Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°227113

Colloque sur le renoncement aux soins : « nous avons besoin d'indicateurs éprouvés », estime Dominique Libault

Dominique Libault, directeur de la direction de la sécurité sociale, a insisté sur « la dimension polysémique de la notion de renoncement aux soins » à l'issue du colloque organisé le 22 novembre 2011 sur le thème du renoncement aux soins. Intervenant en conclusion de cette journée ouverte par Anne-Marie Brocas, directrice de la Drees, à laquelle participaient également des représentants de l'Irdes, de la Cnamts, du Credoc, du Hcaam, de la Mutualité française du Ciss et de Médecins du Monde, il juge que le renoncement au soin est un « indicateur pertinent pour mesurer l'accès aux soins », qui est, lui-même, « une notion subjective dépendant de l'attente des personnes ». « Nous avons besoin d'indicateurs éprouvés, comme ceux de l'Insee ou de l'Irdes », souligne-t-il. « Je n'en dirais pas autant de certaines mesures proposées dans le débat public et qui demeurent frustres ». Il indique vouloir « poursuivre le travail » avec la Cnamts, l'Irdes et d'autres organismes scientifiques sur ces sujets.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
La Mutualité et les syndicats affichent leur volonté de riposter en commun aux attaques contre la protection sociale complémentaire

Étienne Caniard, président de la Mutualité française, entouré de trois secrétaires généraux de confédérations syndicales, François Chérèque (CFDT), Bernard Thibault (CGT), Luc Bérille (Unsa) et d'un secrétaire confédéral en la personne de Philippe Pihet (CGT-FO), ont dialogué pendant près de trois heures le 25 novembre 2011 à Lyon devant un millier de mutualistes sur le thème « Votre santé en 2012 : agissons pour rester solidaires ». Il s'agissait de la troisième étape dans le Tour de France que la FNMF organise pour populariser les orientations qu'elle souhaite voir prises en compte dans la campagne présidentielle. Mais l'organisation d'un dialogue à ce niveau entre le président de la FNMF et quatre organisations syndicales sur le financement du système de protection sociale d'une part, l'organisation du système de soins d'autre part, constituait « une première » à la hauteur, selon ces différents protagonistes, des difficultés à surmonter.

Lire la suiteLire la suite
Plus d'un tiers des bénéficiaires de la CMU-C déclare avoir renoncé aux soins au cours de l'année pour des raisons financières (fonds CMU)

Près de la moitié des bénéficiaires de la CMU-C (1) a renoncé à au moins un soin au cours de l'année écoulée, plus d'un tiers des bénéficiaires ayant renoncé pour des raisons financières et presque un quart pour des raisons autres que financières. C'est ce que révèle une enquête sur le renoncement aux soins des bénéficiaires de la CMU-C, menée par le Cetaf (Centre technique d'appui et de formation des centres d'examens de santé) à la demande du fonds CMU. D'après ce travail mené fin 2010 au sein de 20 centres d'examens de santé, auprès de 4 500 bénéficiaires de la CMU-C de plus de 18 ans. Le fonds CMU note toutefois que le bénéfice de la CMU-C « fait significativement régresser le renoncement aux soins » puisqu'il relève une différence de plus de 13 points entre le taux de renoncement pour raisons financières chez les personnes bénéficiant de la CMU-C depuis moins d'un an (dont 45,5 % déclarent avoir renoncé à un soin pour des raisons financières) et le taux de renoncement chez celles qui en bénéficient depuis d'un an (32,1 % de renoncement).

Lire la suiteLire la suite
Testing du Fonds CMU : à Paris, 25,5 % des médecins généralistes et spécialistes, exerçant en secteur 1 et 2, ont opposé un refus de soins

Un nouveau rapport du Fonds CMU sur les refus de soins a été rendu public aujourd'hui, jeudi 1er juillet 2009. Cette étude, réalisée par l'Irdes, est un testing fait à Paris, à la fin de l'année 2008, auprès de 868 médecins généralistes, ophtalmologues, gynécologues, radiologues, exerçant en secteur 1 et 2. Son principal objectif est de « mesurer le refus de soins de plusieurs catégories de praticiens libéraux à l'égard des bénéficiaires de la CMU ». Selon cette étude, 25,5 % des médecins testés ont opposé un refus aux demandes de rendez-vous d'acteurs se présentant comme des bénéficiaires de la CMU.

Lire la suiteLire la suite
Lors d'un « testing » du Ciss, 22 % des médecins spécialistes de secteur 2 ont refusé de recevoir une patiente bénéficiaire de la CMU-C

« Nous constatons un renoncement de nos responsables publics au principe constitutionnel d'égal accès au soin. Mais la bataille n'est pas terminée. Le temps de l'alerte est venu », a déclaré Christian Saout. Le président du Ciss (Collectif interassociatif sur la santé) réagit ainsi aux amendements au titre II du projet de loi HPST (hôpital, patients, santé, territoires) adoptés par la commission des affaires sociales du Sénat, qui suppriment plusieurs mesures visant à lutter contre les refus de soins(L'AEF n°298852). Pour « alerter l'opinion », le Ciss, la Fnath (Association des accidentés de la vie) et l'Unaf (Union nationale des associations familiales) ont présenté aujourd'hui, lundi 25 mai 2009, le résultat d'un « testing » visant à « évaluer le taux de refus de soins opposés aux patients bénéficiaires de la CMU-C » (Couverture maladie universelle complémentaire). 22 % des 466 médecins spécialistes de secteur 2 testés ont refusé de recevoir ce type de patient, et 5 % y ont mis des conditions.

Lire la suiteLire la suite