Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Copropriétés dégradées : l'ARC insiste sur la prévention à l'occasion de la sortie d'un guide pour les nouveaux copropriétaires de Cergy

Sensibiliser, informer et mobiliser les nouveaux copropriétaires : c'est l'objectif du « livret d'accueil pédagogique », élaboré par l'ARC (Association des responsables de copropriétés), en partenariat avec l'Unarc (Union nationale des associations des responsables de copropriétés) pour le compte de la ville de Cergy (Val d'Oise). « Cergy a été la première ville en 1995, à mettre en place un plan de sauvegarde pour la copropriété de La Bastide en raison de la mauvaise maîtrise des outils de gestion », explique M'Bark Marzouq, en charge des relations avec les copropriétés au sein de la direction de l'aménagement urbain et du développement durable de la mairie, contacté par AEF Habitat et Urbanisme mercredi 14 décembre 2011. Ces difficultés, ont d'abord conduit à la mise en place par la mairie de formations, puis en 2000 à l'édition d'un premier guide. « En attendant la réactualisation d'un outil plus complet, y compris pour un public de copropriétaires avertis, nous avons décidé de rédiger cet outil simple à destination des copropriétaires des quelque 1 700 logements qui seront livrés entre 2011 et 2014 », ajoute-t-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Mission sur les copropriétés dégradées : Dominique Braye veut mettre l'accent sur la prévention

« Prévention, formation, accompagnement » : tels sont les trois principes directeurs suivis par le président de l'Anah, Dominique Braye, dans le cadre de la mission sur les copropriétés dégradées (AEF Habitat et Urbanisme n°238834) que lui a confié Benoist Apparu, le secrétaire d'État chargé du Logement. Ses propositions, qu'il veut « audacieuses » et qu'il remettra d'ici le 31 décembre 2011, seront testées auprès d'un panel d'acteurs auditionnés, dont l'ARC (Association des responsables de copropriété), avant d'être rendues publiques. Interrogé sur l'avenir de ces propositions, Dominique Braye, qui ne se représente pas et aura quitté son poste de sénateur à l'issue du scrutin du 25 septembre prochain, s'en remet au politique : « Moi, mon travail est de remettre un rapport, c'est tout [..] Toutefois, si on décide de s'attaquer aux copropriétés dégradées, on a beau optimiser l'argent, c'est un sujet qui demandera énormément de fonds. » Ils s'exprime jeudi 15 septembre 2011 dans le cadre d'un déjeuner-débat organisé par l'Ajibat (Association des journalistes de la ville et de l'habitat) (1).

Lire la suiteLire la suite
Copropriétés : l'ARC plaide pour un « plan pluriannuel de travaux » et des « fonds travaux obligatoires »

À la suite de l'annonce par Benoist Apparu, secrétaire d'État au logement, de la mission sur les copropriétés (AEF Habitat et Urbanisme n°238834) confiée au président de l'Anah, Dominique Braye, l'ARC (association des responsables de copropriété) rappelle sa position, jeudi 9 juin 2011. Tout d'abord, elle affirme que « les copropriétés se dégradent » et que les copropriétaires « ont de moins en moins d'argent » et « refusent à 80 % de faire des travaux nécessaires, y compris de rénovation énergétique ». L'association fait ensuite état, avec son union nationale l'Unarc, de plusieurs propositions pour « sortir de l'impasse » que posent les « gros travaux (énergétiques ou non) de cinq millions de copropriétés », ajoutant que « c'est la dégradation énergétique et technique des copropriétés qui coûte cher ». Elles préconisent d'obliger chaque copropriété à définir des plans pluriannuels de travaux, notamment grâce à des fonds travaux sur des comptes bancaires sécurisés et séparés ; la création d'un PEC (plan d'épargne copropriété) ; et la mise en place d'une fiscalité « adaptée aux fonds travaux obligatoires » avec des crédits d'impôts « pour les ménages modestes » ainsi qu'un prêt collectif à taux zéro.

Lire la suiteLire la suite