Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

« Les IHU sont une étape, mais nous sommes loin du compte » (Alain Fischer, directeur de l'institut « Imagine », auditionné par l'Opecst)

« Les IHU (instituts hospitalo-universitaires) permettent, sur des fragments de site, de faire mieux et d'aller plus vite tout en valorisant les travaux de recherche » pour maintenir « le balai incessant entre le laboratoire, la clinique et de nouveau le laboratoire », déclare le professeur Alain Fischer, PU-PH à l'hôpital Necker-enfants malades à Paris, directeur de l'Institut des maladies génétiques et directeur de l'IHU « Imagine », lors d »une audition publique sur le thème : « investissements d'avenir : un nouvel élan pour la recherche française », organisée par l'Opecst (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques), mardi 17 janvier 2012 à l'Assemblée nationale (1). Ce projet, doté de 64,26 millions d'euros, a été classé premier par le jury des IHU (AEF n°244560). « 800 personnes sont impliquées, dont 500 ETP », précise Alain Fischer, qui ajoute que l'IHU « existe officiellement depuis trois mois et que les premiers financements viennent d'être reçus ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L'absence d'IHU sur le cancer est un « rappel à l'ordre salutaire auprès d'équipes qui n'ont pas réussi à convaincre » (René Ricol)

« Quand l'État décide de lancer un plan cancer et qu'aucun projet d'IHU [sur ce thème] ne sort du grand emprunt (AEF n°244560), cela pose quand même un problème : nos équipes actuelles sont-elles nulles ? Le jury ne trouve-t-il pas d'équipes d'excellence que l'on pourrait faire émerger ? » Telle est l'une des questions que pose, mercredi 11 mai 2011, le député Alain Claeys (SRC, Vienne) à René Ricol, commissaire général à l'investissement. Le député est l'un des rapporteurs de la Mec (mission d'évaluation et de contrôle) de l'Assemblée nationale, qui prépare un rapport sur les financements extrabudgétaires de l'enseignement supérieur et de la recherche (1) (AEF n°241632). « Les projets sélectionnés au titre des cohortes portent surtout sur le cancer », tempère René Ricol (AEF n°249994). D'un autre côté, le commissaire général juge que « ce rappel à l'ordre est salutaire auprès d'équipes qui n'ont pas réussi à convaincre un jury international », le travail du CGI (Commissariat général à l'investissement) consistant maintenant à « leur redonner une chance ».

Lire la suiteLire la suite
URGENT. IHU : les six lauréats seraient Marseille, Strasbourg, Bordeaux, Paris-Descartes et l'UPMC (deux projets)

Six projets d'IHU (instituts hospitalo-universitaires) sur les 19 déposés devraient être sélectionnés à l'issue de l'appel à projets lancé dans le cadre des investissements d'avenir (AEF n°262895). Il s'agirait, selon des informations recueillies par AEF, des projets de Marseille, Strasbourg, Bordeaux, Paris-Descartes et l'UPMC (deux projets pour cette dernière). Les lauréats seront officiellement annoncés mercredi 30 mars 2011 par Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et René Ricol, commissaire général à l'investissement.

Lire la suiteLire la suite