Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Lancement de la Satt Île-de-France Innov : plus de 150 millions d'euros investis sur dix ans pour maturer 800 projets et créer 200 start-up

« Les Satt (sociétés d'accélération du transfert de technologie) vont marcher, je ne crois pas en leur échec. Elles vont fonctionner car ce sont des structures de proximité et, dans cette optique, il faut que les chargés de valorisation deviennent les meilleurs amis des laboratoires. » C'est ce que déclare à AEF Gilles Rubinstenn, ancien directeur général de la Fondation Pierre-Gilles de Gennes pour la recherche et nouveau président de la Satt « Île-de-France Innov » (AEF n°222686), en marge du lancement officiel de la structure avec la tenue de son assemblée générale constitutive, jeudi 26 janvier 2012, au siège du PRES Sorbonne Paris Cité. Île-de-France Innov financera « des projets issus d'équipes appartenant aux 17 000 personnels et 340 unités qui constituent son périmètre d'intervention » (1). Plus de 150 millions d'euros seront investis en dix ans. Sur cette période, la Satt annonce qu'elle « procédera à la maturation de 800 projets et créera plus de 200 start-up ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« Un des risques des Satt est la déconnexion et le découplage avec les équipes de recherche » (rapport de l'Opecst)

« Un des risques des Satt (sociétés accélératrices du transfert de technologie) est la déconnexion et le découplage avec les équipes de recherche. » Telle est l'une des conclusions de l'Opecst (Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques) formulée dans un rapport intitulé « L'Innovation à l'épreuve des peurs et des risques », rendu public jeudi 19 janvier 2012 (AEF n°223360). « Nous insistons sur l'indispensable proximité entre les personnels des cellules de valorisation et les chercheurs », indiquent les parlementaires qui ajoutent que le fait de « créer une personne morale supplémentaire présente un certain nombre d'avantages, mais présente également des difficultés, notamment pour les chercheurs voyant toujours d'un drôle d'oeil une personne d'un organisme apparemment externe à l'université venir dans leur laboratoire ».

Lire la suiteLire la suite