Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Pharmacie : « En 2010, 14 laboratoires internationaux ont bénéficié d'un CIR de 54 millions d'euros » (note du Lir)

« En 2010, quatorze laboratoires membres du Lir (Laboratoires internationaux de recherche, [1]) ont bénéficié d'un CIR (crédit impôt recherche) de 54 millions d'euros pour un montant de dépenses de 184,4 millions d'euros. » C'est ce que détaille le Lir dans le document « Orientations pour 2012 », présenté le 19 janvier 2012. « Le montant le plus faible de CIR était de 76 000 euros et le plus élevé atteignait 9,2 millions d'euros, la moyenne étant de 4 millions d'euros », précise l'association, qui se définit également comme un « think-tank » (laboratoire d'idées) pour l'innovation en santé. Les postes de dépenses les plus importants éligibles au CIR étaient les suivants : dépenses de sous-traitance (66 millions d'euros, soit 35,79 % des dépenses éligibles au CIR) ; dépenses de personnel (62,5 millions d'euros, soit 33,88 %) ; dépenses de fonctionnement (46,8 millions d'euros, soit 25,4 %) ; dotations aux amortissements (7 millions d'euros, soit 3,76 %).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Maladies rares : 180 millions d'euros pour le deuxième plan national 2011-2014, dont 51 millions pour de nouvelles mesures en recherche

Le deuxième plan national sur les maladies rares est lancé par Nora Berra, secrétaire d'État chargée de la Santé, et Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, lundi 28 février 2011, à l'occasion de la journée internationale des maladies rares. Doté de 180 millions d'euros, ce plan 2011-2014 prévoit 86 millions d'euros de mesures nouvelles, dont « au moins 51 millions d'euros pour la recherche », indique Valérie Pécresse. « Nous poursuivrons nos efforts pour soutenir les projets scientifiques les plus porteurs, que ce soit au travers des financements courants de l'ANR ou des moyens exceptionnels du plan d'investissements d'avenir », ajoute la ministre. « Dans le cadre de la programmation de l'ANR, les maladies rares bénéficieront ainsi chaque année d'une enveloppe d'au moins dix millions d'euros », annonce-t-elle, soit un total de 40 millions sur toute la durée du second plan.

Lire la suiteLire la suite