Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Principes directeurs de l'OCDE : « La CGT considère le PCN comme stratégique et compte multiplier les plaintes » (Pierre Coutaz)

La CGT considère le PCN (point de contact national) pour les principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales comme « stratégique et compte multiplier les démarches de plaintes ('circonstances spécifiques'), en travaillant plus en amont avec d'autres ONG et syndicats », affirme à AEF Pierre Coutaz, conseiller confédéral Europe et international à la CGT, siégeant au PCN, le 14 mars 2012. « Nous avons intérêt à déposer des plaintes ensemble, en visant des entreprises qui croisent les violations (syndicales, environnementales, droit de l'homme). Nous allons bientôt être co-auteur de plaintes avec des ONG sur les activités d'entreprises en Inde, en Afrique, en Asie et en ex-URSS », poursuit-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Principes directeurs de l'OCDE : les ministres de 42 pays adoptent la révision

Les ministres de 42 pays (1) ont adopté la révision des principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales pour un comportement plus responsable dans le contexte international, mercredi 25 mai 2011. L'OCDE a organisé sa conférence ministérielle à Paris les 25 et 26 mai, ainsi que des événements pour célébrer ses 50 ans. Selon l'organisme international, cette version actualisée comportent de « nouvelles normes, plus strictes, de comportement des entreprises » et intègre de « nouvelles recommandations concernant la violation des droits de l'homme et la responsabilité des entreprises tout au long de la chaîne d'approvisionnement », ce qui en fait le « premier accord intergouvernemental dans ce domaine ». La dernière révision date de 2000.

Lire la suiteLire la suite
Droits sociaux et environnementaux : Sherpa et d'autres ONG déposent une « plainte OCDE » contre Bolloré, actionnaire de Socapalm

Socapalm, société camerounaise de palmeraies, dont Bolloré est actionnaire, « viole les droits sociaux et environnementaux des communautés locales », dénonce un rapport réalisé par l'association de juristes française Sherpa, les associations camerounaises CED (Centre pour l'environnement et le développement) et Focarfe (Fondation camerounaise d'actions rationalisées et de formation sur l'environnement), et l'association allemande Misereor, rendu public mardi 7 décembre 2010. Après trois ans d'enquêtes entre 2007 et 2010, il dresse le bilan de la privatisation de la Socapalm, « plus importante exploitation d'huile de palme au Cameroun ». Face au constat du niveau « extrêmement bas des standards d'opération de la Socapalm qui s'écartent des principes directeurs de l'OCDE à l'intention des entreprises multinationales », les associations ont décidé de « déposer une plainte OCDE » (ou « circontances spécifiques ») auprès des points de contacts nationaux français, belge et luxembourgeois de l'OCDE, à l'encontre des quatre sociétés qui « exercent de concert le contrôle des opérations sur place ». Il s'agit de Bolloré (France), Financière du champ de Mars (Belgique), Socfinal (Luxembourg) et Intercultures (Luxembourg).

Lire la suiteLire la suite