Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Nicolas Sarkozy souhaite que les « crimes sexuels répétés » soient « punis par la réclusion criminelle à perpétuité » (colloque de l'IPJ)

Nicolas Sarkozy souhaite « que les crimes sexuels répétés, jugés au cours de la même procédure, puissent être punis par la réclusion criminelle à perpétuité au lieu de 20 ans de prison comme aujourd'hui ». C'est ce que le candidat UMP à l'élection présidentielle déclare lors d'un colloque organisé par l'Institut pour la justice à Paris, samedi 31 mars 2012. Au cours de ce colloque, les candidats ou représentants de candidats à l'élection présidentielle ont réagit aux propositions de l'association organisatrice, présentées dans le « Pacte 2012 pour la justice » en novembre 2011 (AEF Sécurité globale n°228784).

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Nicolas Sarkozy et François Hollande détaillent leurs programmes en matière de sécurité dans le dernier numéro de « L'Essor »
Lire la suite
« Nous ne pouvons plus éluder la question de la remise à plat de notre justice des mineurs », affirme Nicolas Sarkozy

« Notre droit des mineurs date de 1945. Il n'est plus en mesure de répondre à une délinquance de plus en plus précoce et d'une violence souvent inouïe. Nous ne pouvons plus éluder la question de la remise à plat de notre justice des mineurs ». C'est ce qu'affirme le candidat UMP à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, lors d'un meeting à Bordeaux (Gironde), samedi 3 mars 2012. Il souhaite « que l'on distingue la dimension répressive et la dimension éducative aujourd'hui confondues entre les mains du seul juge des enfants, car le mineur hyper violent de 16 ans n'est plus un enfant et on ne doit pas le mettre devant un juge pour enfants ». L'actuel président de la République propose ainsi que « l'obligation de réparer le dommage causé soit une priorité de la politique pénale des mineurs. Cela vaut toutes les sanctions ».

Lire la suiteLire la suite
Nicolas Sarkozy rappelle sa volonté de généraliser le dispositif des jurés populaires et réaffirme l'indépendance de la justice

L'expérimentation en cours du dispositif des jurés populaires « fera l'objet d'une évaluation qui, je l'espère, permettra ensuite de généraliser la réforme dans toute la France », affirme le président de la République, jeudi 26 janvier 2012 lors d'un déplacement à Dijon, où 210 citoyens assesseurs ont été formés. Comme il l'avait fait lors de ses voeux aux Hautes juridictions, vendredi 13 janvier 2012 (AEF Sécurité globale n°223798), il rappelle ainsi sa volonté d'étendre les jurés populaires à l'ensemble des juridictions pénales dès 2013 : « Depuis près d'un mois, plusieurs centaines de nos compatriotes ont été tirés au sort à partir des listes électorales pour siéger, en qualité d'assesseurs, au sein des juridictions pénales [des cours d'appel de Dijon et Toulouse] (AEF Sécurité globale n°233807). Ils participent au jugement de délits graves, en première instance comme en appel, et sont associés aux décisions de libération conditionnelle pouvant concerner des criminels lourdement condamnés. Ils découvrent ainsi de l'intérieur la justice du quotidien, alors que leur participation était jusqu'à présent limitée au jugement des crimes par les cours d'assises », rappelle-t-il. « J'attache la plus grande importance à cette réforme parce que je suis convaincu qu'elle va profondément changer le regard que nos concitoyens portent sur la justice. »

Lire la suiteLire la suite