Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Cnam : les présidents du conseil scientifique et du conseil des formations s'opposent à la création d'un « pôle national de criminologie »

« Nous, soussignés Jacky Akoka, président du conseil des formations du Cnam (Conservatoire national des arts et métiers) et Antoine Bevort, président du conseil scientifique du Cnam, protestons contre la décision du ministère de créer au sein du Cnam deux postes de professeurs des universités, deux postes de maîtres de conférences en criminologie et un poste d'ingénieur d'études, sans motivation pédagogique et scientifique », écrivent les deux élus de l'établissement dans une déclaration commune datée du 3 avril 2012. « Cette décision n'est pas conforme aux délibérations des instances du Cnam », avancent-ils. Contacté par AEF, Antoine Bevort explique avoir été informé de cette décision ministérielle en consultant les documents de préparation du prochain conseil scientifique du Cnam, le 10 avril prochain. Il précise n'avoir « jamais entendu parler de ces créations de postes auparavant », des postes qui seront rattachés à un « pôle national de criminologie » dans l' « École Management et société » du Cnam, l'une des deux écoles de l'établissement (1). Cette déclaration devrait se transformer en pétition, annonce-t-il.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 85 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Partisans et opposants à la section de criminologie se répondent par tribunes interposées après « l'hypermédiatisation de l'affaire Merah »

« D'un côté, l'hypermédiatisation de l'affaire Merah à Toulouse a mis en scène des commentateurs présentés comme des 'criminologues' (…), d'un autre côté, cette 'expertise' consacrée par la télévision est largement désavouée dans les milieux scientifiques et universitaires ». C'est le constat que dressent Laurent Mucchielli, directeur de recherche en sociologie au CNRS (1), Olivier Nay, professeur de science politique à l'université Lille-II, Xavier Pin, professeur de droit pénal et sciences criminelles à l'université Lyon-III et Daniel Zagury, psychiatre des hôpitaux, expert auprès des tribunaux, tous quatre opposés à la création de la section de criminologie au CNU (AEF n°219115), dans une tribune intitulée « La 'criminologie' entre succès médiatique et rejet universitaire » mise en ligne jeudi 28 mars 2012 sur le site du journal « Le Monde » (AEF n°218071). Dans le même temps, le site publie une contribution d'Alain Bauer, professeur de criminologie au Cnam (Conservatoire national des arts et métiers), titrée « La criminologie, une science qui répond au besoin d'explication ». « Il suffit de constater ce que la tragédie de Toulouse a provoqué en termes de demande d'explications. Le crime terroriste, qui n'est qu'un aspect de la criminalité, pourrait-il se traiter sans criminologues ? », interroge-t-il en se référant aux récents homicides commis par Mohamed Merah sur trois enfants et un professeur d'un établissement scolaire confessionnel juif à Toulouse.

Lire la suiteLire la suite
La conférence des doyens de droit et de science politique « condamne » la création de la section de criminologie au CNU

La conférence des doyens de droit et de science politique « condamne la création de la section 75 'criminologie' du Conseil national des universités », écrit l'association dans un communiqué le 25 mars 2012. Par ailleurs, elle « regrette que les nombreuses oppositions exprimées depuis plusieurs mois n'aient pas été entendues par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche », et « soutient les recours engagés contre les arrêtés du 13 février 2012 ».

Lire la suiteLire la suite
Création d'une section de criminologie : les réactions de la CP-CNU, du Sgen-CFDT et du Snesup-FSU

Après la publication au « Journal officiel » de deux arrêtés portant création de la section 75 « criminologie » au CNU (Conseil national des universités) (AEF n°219146 et AEF n°219115), le bureau de la CP-CNU (commission permanente du CNU) « tient à exprimer publiquement son indignation », dans un communiqué du 15 mars 2012. La CP-CNU « réprouve la création d'une nouvelle spécialité scientifique par une voie politique » et rappelle que « ce projet n'a fait l'objet d'aucun débat au sein de la communauté universitaire et qu'il a été préparé dans la plus grande obscurité et dans la méconnaissance des positions exprimées par la très large majorité des spécialistes des sciences criminelles et des questions de sécurité ». « Tout en soutenant les démarches visant à dynamiser les études en criminologie comme champ d'études disciplinaires, le bureau estime que cette création est portée par un groupe de personnes véhiculant des préoccupations étrangères à toute considération scientifique », insiste encore l'instance chargée des carrières des enseignants-chercheurs (AEF n°220517).

Lire la suiteLire la suite
Deux arrêtés créent la section de criminologie au CNU. Cela permettra de « progresser vers la voie de l'excellence », selon le MESR

Deux arrêtés datés du 13 février 2012 portant création de la section 75 « criminologie » au CNU (Conseil national des universités) sont publiés, jeudi 15 mars 2012, au journal officiel (AEF n°219146). Cette nouvelle section fait partie du groupe 12 du CNU, qui comprend les sections les plus récemment créées et par ailleurs interdisciplinaires. La section est formée de 18 membres titulaires, soit neuf professeurs d'universités et neuf maîtres de conférences (même répartition pour les suppléants), qui devraient être nommés par le MESR (ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche) dans 30 jours. Cette durée correspond au temps imparti aux enseignants-chercheurs qui le souhaitent pour être rattachés à cette section, indique l'un des arrêtés. À l'issue du prochain renouvellement du CNU, dans quatre ans, l'un des textes prévoit que sur les 18 membres, douze soient élus et six soient nommés. Dans un communiqué du 15 mars 2012, le ministère indique que « la France, en cette matière, peut encore progresser vers la voie de l'excellence qui est la sienne dans de nombreux champs disciplinaires. À cet effet, la création d'une nouvelle section au CNU permet de répondre à ce besoin en termes de formation et de recherche, tout en prenant en considération de manière constante les nouveaux besoins disciplinaires qui surgissent ».

Lire la suiteLire la suite