Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Nicolas Sarkozy évoque la lutte contre le « fondamentalisme » dans sa « lettre au peuple français »

« Il y a un équilibre à trouver entre la libre expression et la sécurité des Français. Le terrorisme, la barbarie, ce n'est pas une opinion », déclare le candidat UMP à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, lors de la présentation de sa « lettre au peuple français », jeudi 5 avril 2012 à Paris. Dans ce texte, le président de la République sortant évoque les tueries survenues en Midi-Pyrénées et la lutte contre le « fondamentalisme » : « Il faut combattre les manifestations criminelles de cette idéologie de haine par le renseignement, la surveillance des réseaux, la coopération policière internationale. Mais il faut aussi la combattre à sa racine intellectuelle, dans les prisons, dans les prêches de certains prédicateurs extrémistes, ou encore sur les sites internet. »

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 90 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Justice : PS, UMP et Modem évoquent leur projets en matière d'application des peines et de garde à vue (conférence des Jeunes avocats)

« ll faut que l'on arrive à un système où il n'y ait pas cette différence incroyable entre ce qui, au nom de la société et du peuple français, est décidé et la réalité de la peine. Cela mériterait que les juridictions d'application de la peine travaillent dans une plus grande transparence. » C'est ce qu'indique le député UMP du Rhône Dominique Perben. Il représentait Nicolas Sarkozy lors d'un débat organisé, lundi 26 mars 2012 à Paris, par la Fédération nationale des unions des jeunes avocats (AEF Sécurité globale n°218203). Selon lui, le système pénal dans sa totalité pose problème, car « il devient complètement schizophrène : on a un mouvement d'aggravation de la peine nominale, la peine virtuelle et une réduction par ailleurs de la peine ». Il souligne que « la fixation de la peine se déroule avec un vrai débat, une transparence, alors que l'aménagement de la peine se fait dans la discrétion la plus absolue. Ce système est dans la durée négatif pour l'institution judiciaire. » Dominique Perben affirme qu' « à partir du moment où un système devient impossible à comprendre, à analyser par l'opinion publique il devient un dispositif fragile. Il faudra demain remettre cela un peu à plat ».

Lire la suiteLire la suite
Bruno Beschizza (UMP) et Laurent Cathala (PS) confrontent leurs points de vue en matière de sécurité (conférence de l'Ismapp)

« La sécurité doit rester une fonction régalienne de l'État pour permettre une égalité de traitement entre les citoyens. L'idée selon laquelle, par exemple, la police nationale devrait s'occuper de la grande délinquance et les collectivités, gérer la petite, n'est pas juste, car on sait que c'est dans les collectivités les plus pauvres que les problèmes se posent avec le plus d'acuité », déclare Laurent Cathala, maire socialiste de Créteil et conseiller de François Rebsamen pour la campagne présidentielle de François Hollande, jeudi 8 mars 2012. « Il faut organiser une grande réunion de l'ensemble des forces de sécurité du pays - police nationale, gendarmerie nationale, police municipales, sécurité privée -, pour réfléchir aux missions de chacun des acteurs du monde de la sécurité. On a toujours entretenu le fait que les acteurs ne se parlent pas », affirme pour sa part Bruno Beschizza, secrétaire national de l'UMP à l'emploi des forces de sécurité.

Lire la suiteLire la suite
« Nous ne pouvons plus éluder la question de la remise à plat de notre justice des mineurs », affirme Nicolas Sarkozy

« Notre droit des mineurs date de 1945. Il n'est plus en mesure de répondre à une délinquance de plus en plus précoce et d'une violence souvent inouïe. Nous ne pouvons plus éluder la question de la remise à plat de notre justice des mineurs ». C'est ce qu'affirme le candidat UMP à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy, lors d'un meeting à Bordeaux (Gironde), samedi 3 mars 2012. Il souhaite « que l'on distingue la dimension répressive et la dimension éducative aujourd'hui confondues entre les mains du seul juge des enfants, car le mineur hyper violent de 16 ans n'est plus un enfant et on ne doit pas le mettre devant un juge pour enfants ». L'actuel président de la République propose ainsi que « l'obligation de réparer le dommage causé soit une priorité de la politique pénale des mineurs. Cela vaut toutes les sanctions ».

Lire la suiteLire la suite