Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°217399

Retraite : Gérard Rivière et Gérard Ménéroud plaident pour un « vrai débat » sur les ressources que l'on affecte à la solidarité

« 45 % des dépenses du régime de base et 20 % des dépenses du régime complémentaire relèvent de la solidarité. Nous sommes là devant quelque chose qui n'a jamais été débattu et qui est le résultat d'une stratification historique de mesures pour mille catégories. Qu'il y ait un débat sur le niveau de solidarité dans notre régime de retraite et que l'on fixe le niveau que l'on souhaite consacrer à la solidarité me semblerait pédagogiquement important. Je n'avais vu cette question apparaître dans le débat social ». C'est ce que déclare Gérard Ménéroud, président du directoire de MFPrévoyance, vice-président (Medef) de l'Arrco et membre du conseil d'administration de la Cnav qui s'exprimait, jeudi 5 avril 2012, dans le cadre d'un colloque sur la protection sociale en entreprises organisé par la mutuelle MCDef entreprises. Gérard Rivière, président (FO) de la Cnav a abondé dans ce sens en rappelant deux mesures récentes visant à valider de nouvelles périodes au titre de la retraite : les sportifs de haut niveau qui en vertu d'une mesure prise dans la LFSS pour 2012 pourront valider quatre trimestres par an pendant quatre ans (AEF n°232170)et les jeunes en recherche d'emploi qui bénéficiaient jusqu'à récemment de trimestres validés au titre d'une première période de chômage non indemnisée dans la limite de quatre (un an), limite portée à six (un an et demi) depuis un décret d'août 2011. « Qui va payer pour ces mesures ? L'ensemble des assurés ! »

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 73 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Retraite à 60 ans pour 41 années cotisées : une mesure qui « paraît » généreuse mais « qui n'est pas sociale » selon Gérard Rivière

« Des mesures qui peuvent apparaître d'une grande générosité ne sont pas des mesures sociales qui plus est, lorsque l'on tend à les faire financer par l'ensemble des assurés sociaux » Tel est le commentaire émis « à titre personnel » par Gérard Rivière, président FO de la Cnav, sur l'une des propositions sociales du candidat socialiste François Hollande, à savoir rétablir la possibilité pour ceux qui ont cotisé pendant 41 années (164 trimestres) de partir à la retraite à l'âge de 60 ans. Il s'exprimait dans le cadre d'un colloque organisé par la mutuelle MCDef entreprises sur la prévoyance collective le jeudi 5 avril 2012 à Paris. Cette mesure, souligne Gérard Rivière, ne concerne que « les salariés qui n'ont jamais rencontré de problèmes pour cotiser » en excluant « les trimestres d'invalidité, de chômage de majoration de durée pour enfant de congé parental, etc. ». Elle concerne donc principalement « les hommes (à 70 % ou 75 %), et notamment les salariés des grands groupes industriels qui n'ont jamais connu le chômage ». Par ailleurs, le président de la Cnav note que « statistiquement » le niveau de pensions des assurés qui ont bénéficié du dispositif de retraite anticipé pour carrières longues est « supérieur de 25 % » à celui de la pension moyenne servie tous âges, « voire 35 % pour les femmes » (les 25 à 30 % qui peuvent faire valoir une carrière complète). Or, la mesure proposée par François Hollande revient à admettre dans le dispositif « carrière longues » ceux qui ont commencé à travailler à partir de 19 ans.

Lire la suiteLire la suite
Le Medef présente son « nouveau pacte fiscal et social » fondé sur un transfert des cotisations sociales vers la TVA et la CSG

Une « double hélice de la protection sociale » consistant à baisser les cotisations patronales et salariales et à augmenter la TVA et la CSG : telle est le principe du « nouveau pacte fiscal et social pour la compétitivité de la France », présenté par la présidente du Medef, Laurence Parisot, mardi 15 novembre 2011, à l'occasion de sa conférence de presse mensuelle. Annoncé depuis de nombreux mois, ce « nouveau pacte » sera « défendu becs et ongles » par l'organisation patronale durant la campagne présidentielle. « Aujourd'hui, nous sommes convaincus de la nécessité d'assainissement des finances publiques », déclare Laurence Parisot. « Le désendettement passe par une dynamisation de l'économie » et ce « pacte » serait, « à prélèvements constants », « quelque chose d'efficace et moteur ».

Lire la suiteLire la suite
Retraites: la Cour des comptes se prononce pour une réorientation complète du dispositif de minimum contributif

La Cour des comptes se penche dans son dernier rapport sur la Sécurité sociale, présenté le 10 septembre 2008, sur les minima de pension et préconise une refonte du dispositif de minimum contributif (Mico) en faveur des retraités, dont la pertinence n'est plus évidente dès lors qu'il touche plus de 40% des pensions liquidées. Il est vrai que la perception du Mico s'est largement brouillée avec la mise en place avec la loi du 21 août 2003 d'un Mico majoré. Par ailleurs, un meilleur ciblage est d'autant plus nécessaire que le choix politique a été fait de majorer sur cinq ans le minimum vieillesse.

Lire la suiteLire la suite