Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

« La consultation de sites pédopornographiques est plus simple à réprimer que la consultation de sites terroristes » (Myriam Quemener)

« La consultation de sites pédopornographiques est plus simple à réprimer que la consultation de sites terroristes car il y a un consensus international en matière de lutte contre la pédophilie », affirme Myriam Quemener, procureure adjointe près le tribunal de grande instance de Créteil, spécialisée en cybercriminalité, mercredi 11 avril 2012. Elle s'exprimait au Sénat, lors de son audition par la commission sénatoriale pour le contrôle et l'évaluation des dispositifs législatifs sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme. « Pour la pédophilie, c'est très concret, derrière ces images, il y a des enfants. En matière de terrorisme, c'est différent. On touche à la liberté d'expression, au droit à l'information. À partir de quand un site est-il terroriste ? C'est plus complexe à définir », ajoute-t-elle.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Depuis la création de la DCRI, « les effectifs policiers affectés au département judiciaire ont fondu » (Marc Trévidic)

« Depuis la fusion entre les RG et la DST, les effectifs policiers affectés au département judiciaire de la DCRI ont fondu ». C'est ce qu'indique Marc Trévidic, juge d'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris, lors de son audition par la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois, mercredi 4 avril 2012 (AEF Sécurité globale n°217710). « En 2008, il y avait environ 60-65 fonctionnaires de police [dans ce département], aujourd'hui on arrive au maximum à 40. Les policiers mis à disposition des procureurs et des juges d'instruction sont beaucoup moins nombreux », ajoute-t-il. Il constate par ailleurs que « les services de police judiciaire spécialisés dans la lutte anti-terroriste, et en particulier la brigade criminelle et la Sdat (sous-direction anti-terroriste), sont très employés à des tâches qui ne sont pas forcément du terrorisme. Par exemple, dès qu'il y a un mail de menace, une alerte à la bombe, on fait systématiquement appel à ces services spécialisés ».

Lire la suiteLire la suite
Tueries en Midi-Pyrénées : les directeurs des services de renseignement ne seront finalement pas entendus par une commission sénatoriale

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, et le ministre de la Défense, Gérard Longuet, « ont décidé de ne pas donner de suite favorable » à la demande du président de la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois, le sénateur David Assouline (PS, Paris), annoncent-ils dans un communiqué, vendredi 30 mars 2012 (AEF Sécurité globale n°218336). La commission souhaitait entendre prochainement les directeurs de la DCRI et de la DGSE, respectivement Bernard Squarcini et Érard Corbin de Mangoux, « à la suite des événements dramatiques récents » afin « de faire un état des lieux complet et objectif des dispositifs législatifs actuels concernant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme », précise le Sénat vendredi 30 mars.

Lire la suiteLire la suite
Terrorisme : internet sert « au recrutement, au financement, à l'échange d'informations et, peut-être, comme arme » (Marc Trévidic)

« Ce qui m'a marqué quand je suis revenu à l'anti-terrorisme en 2006, après un premier passage entre 2000 et 2003 c'est qu'internet avait pris une ampleur extraordinaire », explique Marc Trévidic, juge d'instruction au pôle antiterroriste du TGI de Paris, mercredi 5 octobre 2011. Ces dix dernières années, après le 11 septembre, ont vu « l'explosion de l'outil internet pour les terroristes », précise-t-il lors d'un petit-déjeuner organisé par le Cercle Stratégia, à l'Assemblée nationale. « L'image-type » est devenue « le terroriste derrière son clavier ». Internet est un moyen de communication et un outil opérationnel, souligne-t-il. « Internet va de la propagande au recrutement, au financement, à l'échange d'informations jusqu'à l'utilisation comme arme, peut-être, dans le futur ».

Lire la suiteLire la suite