Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°216659

L'analyse prospective des priorités régionales des ARS remet la question de leurs marges de manoeuvre au coeur du débat (AEF santé)

La régionalisation du système de santé étant « irréversible » faut-il ou non aller vers des Ordam (objectifs régionaux de dépenses d'assurance maladie) pour pouvoir mettre en oeuvre une politique au plus près des réalités des territoires ? Donner aux ARS des marges de manœuvre en allant jusqu'à la fongibilité des enveloppes (ville, hôpital, médico-social) pour plus de tranversalité et de décloisonnement entre les secteurs ? Ce sont quelques unes des pistes d'évolution des réformes mises en œuvre depuis le vote de la loi HPST en juillet 2009. Déjà posées au moment du premier anniversaire des agences en avril 2011(AEF n°244248), elles sont reposées un an plus tard dans les conclusions d'une étude réalisée par Alexis Dussol, auteur pour le département AEF Santé (1) d'un travail d'analyse prospective des priorités régionales de santé à partir des PRS arrêtés en avril 2012. Recentrage du système sur des enjeux de santé publique, choix donné à chaque citoyen d'un parcours de santé « lisible, accessible et sécurisé » en tout point du territoire avec une priorité au maintien à domicile et un financement par « parcours de santé » plutôt que par actes ou par pathologies font partie des évolutions attendues d'ici à 2020, selon cet exercice d'analyse prospective.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 89 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Entre 2013 et 2016, l'assurance maladie contribuera pour 13 milliards d'euros à l'effort d'économies sur les dépenses publiques (N. Sarkozy)

Pour tenir l'engagement de retour à l'équilibre des finances publiques en 2016, qu'il n'est « pas possible » de décaler à 2017 car « cela conduirait à augmenter le dette publique de la France de 35 milliards d'euros », Nicolas Sarkozy prévoit de faire contribuer l'assurance maladie à hauteur de 13 milliards d'euros entre 2013 et 2016. Cette mesure d'économie est destinée à contribuer à honorer l'engagement de la France de retour à l'équilibre des finances publiques qui nécessite, selon lui, de trouver 115 milliards, dont 75 milliards proviennent des économies sur les dépenses. Le président-candidat détaille jeudi 5 avril 2012 le financement de son programme. Il affirme que s'agissant des économies sur les dépenses, les réformes déjà mises en œuvre « sécurisent 52 % de l'objectif (39 milliards d'euros sur 75 milliards d'effort). Ces réformes mises en œuvre sont notamment la réforme des retraites (16 milliards) ou la RGPP pour les années 2011 à 2013 (10,8 milliards). « Leur rendement est garanti, sauf à revenir sur la réforme des retraites, sur les réductions d'effectifs dans la FPE ou sur les décisions prises dans le cadre de la RGPP », affirme le candidat de l'UMP.

Lire la suiteLire la suite
Santé : François Hollande veut restaurer « le pacte de 1945 », un « service public » hospitalier et des soins de proximité

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande, a détaillé, jeudi 2 février 2012, son programme en matière de santé, à la faculté de médecine de Paris. En introduction, il a placé son projet dans la lignée du « pacte républicain » de 1945, dont « les liens se sont relâchés » en raison de « la multiplication des déremboursements, des franchises médicales, de l'agrandissement des déserts médicaux, du malaise hospitalier, des scandales sanitaires », ect. « Tout cela m'inquiète à juste raison, surtout quand, en plus, les déficits des comptes sociaux demeurent à un niveau élevé ». La défense du « service public » hospitalier et une « approche territorialisée » des soins de proximité sont deux grands axes de son programme. Il prévoit notamment la fin de la convergence tarifaire à l'hôpital, une réforme de la T2A, l'encadrement de la liberté d'installation des médecins libéraux et la limitation des dépassements d'honoraires. Il a été bref sur la question du financement du système de santé : “Nous ne pouvons pas vivre avec des déficits structurels de l'assurance maladie”, et « si nous devons trouver des ressources nouvelles, nous devrons mettre à contribution l'ensemble des ressources, revenus du travail mais aussi revenus du capital ».

Lire la suiteLire la suite
Présidentielle 2012 : François Hollande présente 60 mesures pour un coût total estimé à 20 milliards d'euros sur cinq ans

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande, a présenté, jeudi 26 janvier 2012, à la maison des métallos à Paris, ses « 60 engagements pour la France », qui seront largement diffusés sous la forme d'un livret de 41 pages. Lors d'une conférence de presse, François Hollande a souhaité « insister sur le financement » de ses mesures : « je ne promets que ce que je suis capable de tenir », a-t-il assuré. Elles ont un coût de 20 milliards d'euros sur cinq ans. François Hollande s'est aussi engagé sur un effort d'économies budgétaires de 29 milliards d'euros, car il se fixe un objectif de réduction du déficit public de -4,5 % en 2012, et qui serait dégressif jusqu'à parvenir « à un équilibre de nos finances publiques en 2017 ». La dette passerait ainsi de « près de 90 % du PIB en 2012 » à 80,2 % en 2017. En parallèle, « il faut admettre qu'il y aura une hausse des prélèvements obligatoires », a déclaré le candidat: ils passeraient de 45,1% du PIB en 2012 à 46,9% en 2017. Mais cet effort doit répondre à un objectif de « justice » : il ne serait pas demandé « à l'ensemble des Français », et notamment aux « classes moyennes », mais « aux plus aisés » et « aux entreprises ». À une exception près : il prévoit un relèvement de la cotisation vieillesse pour les salariés et les entreprise de 0,1 point par an pendant cinq ans pour financer sa réforme des retraites. François Hollande affirme que la hausse des prélèvements obligatoires qu'il prévoit n'est pas plus importante que celle qui est advenue au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy : « je m'inscris dans la même trajectoire ».

Lire la suiteLire la suite
Le Premier ministre annonce un deuxième plan d'austérité en deux mois pour économiser sept milliards d'euros supplémentaires dès 2012

Le Premier ministre, François Fillon, annonce, ce lundi 7 novembre 2011 un deuxième plan d'économies après le premier train de mesures présenté le 24 août dernier (AEF n°234297). Ce plan vise une économie de 17,4 milliards d'euros d'ici à 2016 dont 7 milliards d'euros dès 2012 de façon à ramener les finances publiques à l'équilibre en 2016. Le budget de l'État sera rogné de 500 millions d'euros supplémentaires et celui de la sécurité sociale de 700 millions via une réduction du taux de l'Ondam de 0,3 points (2,5 % au lieu de 2,8 %, soit 500 millions d'euros d'économies) ainsi que d'autres mesures de réduction des dépenses de gestion.L'application de l'une des principales mesures de la réforme des retraites - le recul progressif de l'âge légal de départ à la retraite de deux années d'ici à 2018)- est anticipée d'un an (2017) de façon à économiser 4,4 milliards d'euros d'ici à 2016. La revalorisation des prestations familiales et des prestations logement, au titre de l'année 2012, sera alignée sur la prévision de croissance (revue à la baisse à +1 % au lieu de +1,75 %) ce qui devrait économiser 500 millions d'euros. Le taux réduit de TVA est porté à 7 % (au lieu de 5,5 %) sauf sur certains produits ou services (1), générant 1,8 milliard d'euros de recettes supplémentaires chaque année. Enfin, de nouvelles mesures de réduction des niches fiscales (suppression du dispositif Scellier en 2013, recentrage du prêt à taux zéro sur les achat d'immobilier neuf…) devraient rapporter 2,6 milliards d'euros d'ici à 2016.

Lire la suiteLire la suite