Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Floran Vadillo propose un texte de loi visant à encadrer les services français de renseignement

« Respecter l'État de droit, les libertés fondamentales et vouloir assurer le déroulement de la mission des services de renseignement dans de parfaites conditions (notamment d'efficacité) conduisent inévitablement à militer pour l'adoption par la France d'une loi consacrée à cette question. » Dans une note publiée par la Fondation Jean-Jaurès, mardi 17 avril 2012, le politologue Floran Vadillo, spécialiste du renseignement, présente un projet de texte de loi visant à réformer les services français de renseignement et décrit les mesures envisagées. La loi proposée doterait les services de renseignement « d'une existence légale, définirait et sanctuariserait leurs missions, y compris dans les aspects dérogatoires au droit commun », écrit Floran Vadillo.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Depuis la création de la DCRI, « les effectifs policiers affectés au département judiciaire ont fondu » (Marc Trévidic)

« Depuis la fusion entre les RG et la DST, les effectifs policiers affectés au département judiciaire de la DCRI ont fondu ». C'est ce qu'indique Marc Trévidic, juge d'instruction au pôle antiterroriste du tribunal de grande instance de Paris, lors de son audition par la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois, mercredi 4 avril 2012 (AEF Sécurité globale n°217710). « En 2008, il y avait environ 60-65 fonctionnaires de police [dans ce département], aujourd'hui on arrive au maximum à 40. Les policiers mis à disposition des procureurs et des juges d'instruction sont beaucoup moins nombreux », ajoute-t-il. Il constate par ailleurs que « les services de police judiciaire spécialisés dans la lutte anti-terroriste, et en particulier la brigade criminelle et la Sdat (sous-direction anti-terroriste), sont très employés à des tâches qui ne sont pas forcément du terrorisme. Par exemple, dès qu'il y a un mail de menace, une alerte à la bombe, on fait systématiquement appel à ces services spécialisés ».

Lire la suiteLire la suite
« La DCRI devrait bénéficier de son autonomie budgétaire » (François Heisbourg, lors d'une table ronde au Sénat)

« Il y a un chantier inabouti en ce qui concerne le renseignement intérieur, en termes de moyens mais probablement aussi en terme de logique d'organisation ». C'est ce qu'affirme François Heisbourg, conseiller spécial à la FRS (Fondation pour la recherche stratégique), lors d'une table ronde (1) organisée par la commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois, mardi 3 avril 2012. « La DCRI (direction centrale du renseignement intérieur) devrait bénéficier de son autonomie budgétaire, à la manière de la DGSE (direction générale de la sécurité extérieure) ». Selon lui, depuis l'intégration de la gendarmerie nationale au ministère de l'Intérieur, « il serait plus logique que le renseignement intérieur soit positionné de façon équivalente par rapport à la police et à la gendarmerie, alors qu'aujourd'hui le renseignement intérieur marche sur un pied et non sur deux jambes ». Il indique que la DCRI « n'est pas une direction générale », contrairement à la DGSE et qu'elle est « budgétairement dépendante de la DGPN ». Son budget « évolue donc en fonction de ce que la DGPN est capable de lui donner ».

Lire la suiteLire la suite
Floran Vadillo demande le rattachement du Coordonnateur national du renseignement au Premier ministre

Floran Vadillo, auteur avec le député Jean-Jacques Urvoas (PS, Finistère) d'un ouvrage proposant de réformer le système de renseignement français (AEF Sécurité globale n°241905), entame une action visant à abroger l'article du code de la défense instaurant le Coordonnateur national du renseignement et le plaçant sous l'autorité de la présidence de la République (1). Cet universitaire spécialiste du renseignement a écrit un courrier en ce sens au Premier ministre le 18 janvier 2012 dont AEF Sécurité globale a obtenu copie. Si François Fillon ne répond pas à cette demande dans un délai de deux mois, Floran Vadillo prévoit de déposer un recours pour excès de pouvoir auprès du Conseil d'État.

Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Floran Vadillo et Jean-Jacques Urvoas font 36 propositions pour réformer les services de renseignement en cas de victoire du PS en 2012
Lire la suite
Jean-Jacques Urvoas et Floran Vadillo vont publier un ouvrage préconisant une « réforme globale du renseignement »

Jean-Jacques Urvoas, secrétaire national du Parti socialiste, et Floran Vadillo, doctorant spécialisé sur l'histoire du renseignement, publieront à la Fondation Jean Jaurès, « début avril 2011 », un ouvrage préconisant une « réforme globale du renseignement ». C'est ce qu'indique Floran Vadillo à AEF Sécurité globale. L'ouvrage, qui est en cours de finalisation, est le fruit du travail d'un « groupe d'étude et de réflexion sur le renseignement » mis sur pied par Jean-Jacques Urvoas et coordonné par Floran Vadillo. Ce groupe, né en avril 2010, compte une dizaine de personnes. « Il n'est pas composé d'actifs des services de renseignement, mais d'experts les connaissant bien et ayant exercé de hautes responsabilités en leur sein ainsi que de parlementaires. »

Lire la suiteLire la suite