Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Les détenus sont pour la plupart « traités correctement » mais certains rapportent un « usage excessif de la force » (Conseil de l'Europe)

« La plupart des personnes qui étaient ou avaient récemment été privées de liberté par les forces de l'ordre ont indiqué avoir été traitées correctement tant au moment de leur interpellation que lors des auditions qui ont suivi. Cependant, la délégation a recueilli quelques allégations d'usage excessif de la force au moment de l'interpellation ainsi que de coups assénés peu après l'interpellation (notamment des gifles, des coups de poing et/ou des coups de pied une fois la personne maîtrisée) », écrit le CPT (Comité pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants) du Conseil de l'Europe, dans son rapport sur la France, publié jeudi 19 avril 2012. Le document fait suite à la visite conduite entre le 28 novembre et le 10 décembre 2010 dans différents hôtels de police, centres pénitentiaires, maisons centrales et établissements psychiatriques (1). Les conclusions ont été rendues publiques avec l'autorisation des autorités françaises.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 96 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
« Le confinement à l'intérieur d'un cordon de police pendant une manifestation ne constitue pas une privation de liberté » (arrêt CEDH)

« Le confinement à l'intérieur d'un cordon de police pendant une manifestation violente n'a pas constitué une privation de liberté », affirme la CEDH (Cour européenne des droits de l'homme) (1), dans un arrêt rendu jeudi 15 mars 2012. « Dans cette affaire, une manifestante et trois passants se plaignaient d'avoir dû rester pendant près de sept heures à l'intérieur d'un cordon de police lors d'une manifestation antimondialisation à Londres », ajoute la Cour européenne. Elle « relève que la police a mis en place le cordon dans un but d'isolement et de confinement d'une foule nombreuse, dans des conditions dangereuses et instables. À ses yeux, il s'agissait du moyen le moins intrusif et le plus efficace pour protéger les personnes d'actes de violence ».

Lire la suiteLire la suite
Les fouilles intégrales systématiques dans les prisons « sont un aveu de faiblesse de l'ordre public » (Jean-Marie Delarue, CGLPL)

« Les fouilles intégrales systématiques, loin d'être un aveu de force pour l'administration pénitentiaire, sont un aveu de faiblesse de l'ordre public », affirme le Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, lors d'une audition par la commission des Lois du Sénat, mardi 6 mars 2012. La loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 « a posé le principe selon lequel il faut fouiller de façon intégrale seulement si un risque particulier est identifié », rappelle-t-il. Or la circulaire du 14 avril 2011 relative aux moyens de contrôle des personnes détenues « opère un glissement » qu'il trouve « contraire à l'esprit de la loi ». Selon cette circulaire, « il y a des situations qui, par nature, sont risquées et il s'agit donc, pour les chefs d'établissement, d'identifier ces situations et non plus seulement les personnes à risques », rapporte le CGLPL. Jean-Marie Delarue affirme que le gouvernement doit « reconnaître que la circulaire est contraire à la loi ».

Lire la suiteLire la suite
Projet de loi sur l'exécution des peines : plusieurs associations et syndicats s'opposent à la construction de « 30 000 places de prison »

Le projet de loi de programmation relatif à l'exécution des peines « prévoit entre autres de porter à 80 000 places le nombre de places de prison. D'horizons très divers, nous, organisations de la société civile et professionnels du monde judiciaire, nous opposons fermement à cette perspective. » C'est ce qu'indique dans un texte commun publié mardi 10 janvier 2012 plusieurs associations et syndicats (1), tels que l'Observatoire international des prisons, le Snepap-FSU ou le Syndicat de la magistrature. « Construire 24 397 nouvelles places de prison n'est pas la solution miracle pour lutter ni contre l'insalubrité réelle de certains anciens établissements ni contre la surpopulation de nos prisons », précisent-ils. Ils estiment qu' « au-delà de ce paravent l'objectif réel aujourd'hui est d'incarcérer davantage, faisant de la prison la peine de référence, en contradiction frontale avec les évolutions de la loi pénitentiaire et les modalités d'aménagement qu'elle a introduites ».

Lire la suiteLire la suite