Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Royaume-Uni : le gouvernement réfléchit à une nouvelle législation pour mieux enquêter sur la cybercriminalité

« Toutes les activités délinquantes ont une présence digitale ou sur internet. Très peu de délits sévères vont se dérouler à l'avenir sans la technologie. Nous devons donc être capables d'empêcher ces délits, de perturber les plans quand nous le pouvons et d'enquêter. Nous examinons donc la question d'une nouvelle législation sur la surveillance des communications et de la façon dont elles sont échangées : qui communique, où, et quand ? », explique James Brokenshire, secrétaire d'État britannique à la Sécurité et à la Lutte contre le Crime, mardi 17 avril 2012. Il s'exprimait à Londres dans le cadre de la conférence européenne organisée par l'association Asis International du 15 au 17 avril. « Il faut reconnaître que le mode de communication principal, aujourd'hui, est passé du téléphone à d'autres moyens en ligne. Nous travaillons dessus mais nous reconnaissons le besoin d'avoir des mesures proportionnées et avec un niveau de protection approprié », ajoute-t-il.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
La Convention de Budapest est « un des instruments les plus utiles » pour lutter contre la cybercriminalité (Conseil de l'Europe)

« La Convention de Budapest a un impact dans la lutte contre la cybercriminalité. Elle a été utilisée par différents pays et c'est un des instruments les plus utiles », explique Cristina Schulman, directrice de l'unité cybercrime au sein du Conseil de l'Europe (COE), lundi 21 novembre 2011. Elle intervenait dans le cadre d'une conférence sur le dixième anniversaire de cette Convention, organisée par le COE à Strasbourg. « Je ne pense pas qu'il soit important de qualifier le traité de régional ou de mondial », répond-elle aux critiques sur le périmètre limité de la Convention. « La leçon la plus importante est que cette Convention n'a pas de valeur si on ne fournit pas d'aide pour l'appliquer », ajoute-t-elle. Ainsi, le COE apporte son soutien à des activités de formation, de rédaction de la législation ou de renforcement de la capacité judiciaire dans différents pays du monde, précise-t-elle.

Lire la suiteLire la suite
Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Royaume-Uni : une agence nationale chargée du crime organisé remplacera la Soca et luttera contre la cybercriminalité
Lire la suite
L'Allemagne présente une nouvelle stratégie de cybersécurité et crée un centre national de cyberdéfense

« Assurer la sécurité dans le cyberespace nécessite un fort engagement de l'État. Nous enregistrons statistiquement toutes les deux secondes une attaque sur l'internet allemand », affirme le ministre de l'Intérieur allemand, Thomas de Maizière, lors de la présentation en conseil des ministres de la nouvelle stratégie de cybersécurité, mercredi 23 février 2011. « Chaque semaine, une attaque réussie est comptabilisée contre une autorité fédérale et nous subissons quasiment quotidiennement des attaques lancées de pays étrangers », poursuit-il. La nouvelle stratégie vise à « assurer la cybersécurité à un niveau élevé en Allemagne, sans pour cela réduire les possibilités et les avantages du cyberespace », explique-t-il, en présentant la stratégie, ses « conséquences sur l'industrie et l'économie allemande », ainsi que le « centre national de défense », qui permettra sa coordination entre les différents ministères.

Lire la suiteLire la suite