Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°216371

Prévoyance et santé : Christian Babusiaux (Cour des Comptes) invite les complémentaires à faire preuve d' « imagination » sur les produits

« Au fond, l'intérêt, le seul intérêt de la protection sociale complémentaire, c'est qu'elle est peut-être plus imaginative sur les produits, que ce soit sur la dépendance ou l'assurance maladie. Je mesure bien combien il est compliqué de rapprocher des contrats dépendance, des contrats santé, des contrats d'assurance-vie, mais enfin… » Des rapprochements se sont effectuées entre les différentes familles d'assureurs pour des raisons prudentielles et de gestion : « pourquoi ne serait-ce pas aussi au service d'une plus grande imagination dans les produits ? » C'est ce qu'estime Christian Babusiaux, conseiller maître au sein de la sixième chambre de la Cour des Comptes (compétente en matière de sécurité sociale) et président de la première chambre (ensemble des comptes publics) entre 2005 et 2012. Il était invité à s'exprimer à l'occasion des « rendez-vous experts » du groupe de protection sociale Mornay consacrés aux « garanties prévoyance » jeudi 19 avril 2012 à Paris.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Le déficit du régime général pour 2011 s'établit à -17,4 milliards d'euros, selon le gouvernement (résultats provisoires)

Xavier Bertrand, ministre du travail, de l'Emploi et de la Santé, Valérie Pécresse, ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l'État, et Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, annoncent mardi 10 avril 2012 que le solde du régime général pour l'année 2011 s'établissait à -17,4 milliards d'euros au 31 mars 2012. Issus des comptes des caisses nationales du régime général, ces résultats sont « encore provisoires » dans l'attente de la fin des opérations de certification par la Cour des comptes. L'avis définitif des magistrats sera rendu « d'ici au 30 juin 2012 », précisent les ministres. Par rapport à la LFSS pour 2012, ils observent une amélioration de la situation financière du régime général de 600 millions d'euros. « Cette amélioration est concentrée sur la branche maladie, dont le résultat est meilleur de 900 millions d'euros par rapport à la dernière prévision », soulignent-ils à la suite de Frédéric Van Roekeghem, directeur général de l'Uncam, dans un entretien aux « Échos » (AEF n°217332). Les branches « vieillesse » et « famille » sont « en ligne » avec respectivement un déficit de -6 milliards et de -2,6 milliards. La branche AT-MP (accidents du travail- maladies professionnelles) est, elle, déficitaire de 200 millions d'euros.

Lire la suiteLire la suite
Frédéric Van Roekeghem annonce un déficit 2011 de -8,6 milliards et estime que « l'équilibre est à notre portée » (presse)

Le déficit de l'assurance maladie l'an dernier a été de -8,6 milliards d'euros (contre -11,6 milliards en 2010 et -10,6 milliards en 2009) indique le directeur de l'Uncam, Frédéric Van Roekeghem aux « Échos » du mardi 10 avril 2012. Alors que le gouvernement table sur un déficit ramené à -5,9 milliards fin 2012, Frédéric Van Roekeghem estime que l'amélioration constatée en 2011 (déficit inférieur de 900 millions aux prévisions) « consolide cette prévision ». Il précise qu'il est « trop tôt » pour se prononcer sur les résultats de 2012 « dont le déficit dépendra principalement de la masse salariale ». Mais il estime que l'objectif de dépenses devrait « a priori être de nouveau respecté ». Interrogé sur le fait que les deux premiers candidats des sondages ne prévoient pas de réforme radicale de l'assurance maladie, il note que le pilotage actuel « a prouvé son efficacité puisque le déficit sera ramené cette année à la moitié de ce qu'il était en 2004, voire moins, alors que la crise de 2008-2009 a été sans précédent ». Selon lui, « l'équilibre est à notre portée, sans se lancer dans des réformes brutales, comme certains le préconisent ».

Lire la suiteLire la suite
Protection sociale : comment l'Allemagne applique la « règle d'or » et dégage des excédents là où le système français est en déficit

Alors que la sécurité sociale française accumule les déficits (-9,5 milliards d'euros pour l'assurance maladie en 2011, -6 milliards d'euros pour la branche vieillesse et -2,6 milliards d'euros pour la famille, soit un total de -18,6 milliards d'euros selon la commission des comptes de la sécurité sociale dans son dernier rapport de septembre 2011), l'Allemagne affiche des comptes soit en équilibre, soit même en net excédent comme dans l'assurance maladie. Le contraste entre ces deux situations est d'autant plus surprenant que les fondamentaux ne sont pas très différents entre ces deux pays. Systèmes sociaux puisant aux mêmes origines bismarckiennes, niveaux de développement économique semblables, taux de morbidité et de mortalité comparables, rien - à quelques détails près liés à la structure fédérale de l'État allemand - n'explique objectivement de telles différences. Excepté sans doute une volonté tenace d'équilibrer les comptes sociaux pour éviter une dérive qui, comme ne cesse de le répéter François Bayrou, serait de nature à compromettre à terme les fondements mêmes des équilibres politiques et sociaux.

Lire la suiteLire la suite
PLFSS 2011 : Christian Babusiaux met en garde contre « une situation exceptionnelle » de déficits publics généralisés (Dauphine Santé)

« À force de ne regarder que l'assurance maladie, et d'attendre d'hypothétiques recettes, on risque de mal percevoir la perspective d'ensemble. La situation est exceptionnelle. En 2010 et en 2011, toutes les administrations publiques sont en déficit : l'État, les collectivités locales, toutes les branches de la sécurité sociale, les régimes complémentaires vieillesses et l'assurance chômage », énumère Christian Babusiaux, président de la première chambre de la Cour des comptes, à l'occasion des rencontres Dauphine santé organisées, mardi 19 octobre 2010, sur le thème « PLFSS 2011, mission impossible ? ». Pour sa part, le député Jean-Pierre Door (UMP, Loiret), rapporteur du PLFSS 2011, estime que le déficit de la sécurité sociale en 2010 et en 2011 est lié à un « phénomène conjoncturel certain », même s'il souligne la nécessité de « s'attaquer au problème structurel » à travers une réforme de l'assurance maladie. Pour Christian Babusiaux, cette réforme est « urgente », puisque le déficit en 2010 doit atteindre 7,8 % du PIB, soit 150 milliards de déficit pour un PIB d'environ 2 000 milliards d'euros. Quant à ses causes, il estime qu'elles sont « au tiers conjoncturel, et aux deux tiers structurel ».

Lire la suiteLire la suite
« La charge de la dette deviendra le premier budget de l'État vers 2012 » (Christian Babusiaux)

« La charge de la dette deviendra le premier budget de l'État vers 2012 », indique aujourd'hui, mardi 23 juin 2009, le président de la première chambre de la Cour des comptes, Christian Babusiaux. Ce poste représente aujourd'hui le troisième budget de l'État. Christian Babusiaux s'exprimait dans le cadre de l'audition par les commissions des Affaires sociales et des Finances de l'Assemblée nationale, du premier président de la Cour des comptes, Philippe Séguin, sur le rapport préalable au débat d'orientation des finances publiques pour 2010. En 2012, Philippe Séguin prévoit que le déficit public sera encore supérieur à 6 % du PIB (il pourrait approcher les 7 % cette année) et que la dette représentera autour de 90 % du PIB. En 2009, le niveau de la dette rapporté à celui du PIB devrait être de 75 % et de 80 % si l'on prend en compte la SFEF (Société de financement de l'économie française), l'entité créée à l'occasion des mesures de lutte contre la crise afin de fournir la liquidité aux banques françaises. « C'est un seuil au delà duquel les marchés commencent à être plus regardants » pour accorder des prêts, note Christian Babusiaux.

Lire la suiteLire la suite