Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy : la promesse de rendre l'enseignement gratuit pour les Français de l'étranger tenue, mais coûteuse

Il « n'est pas normal qu'un enfant français soit exclu de notre système d'enseignement soit pour des raisons financières, soit pour des raisons géographiques », déclarait Nicolas Sarkozy en avril 2007, alors candidat à l'élection présidentielle. Son souhait : que le coût des études dans les lycées français à l'étranger à compter de la classe de seconde soit « intégralement pris en charge par la collectivité nationale » (AEF n°384347). Reste que le coût élevé de la mise en œuvre de cette promesse au niveau lycée - 60 millions d'euros en 2010 et 106,3 millions d'euros en comptant l'augmentation des bourses, selon la mission d'évaluation et de contrôle de la commission des Finances de l'Assemblée nationale - pourrait constituer un frein à l'extension de cette mesure du CP à la terminale, que les parlementaires estiment à « plus de 700 millions d'euros » à l'horizon 2018-2020. Retour sur cinq ans d'une gratuité scolaire non dénuée d' « effets pervers » (AEF n°311879).

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 94 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Enseignement français à l'étranger : « Il faut poursuivre le déploiement de la prise en charge jusqu'en CP » (S. Joissains, sénatrice UMP)

« Dans ce rapport, nous préconisons de prolonger le moratoire de la PEC (prise en charge) pour une durée d'au moins deux ans. Pour le moment, la prise en charge est étendue aux lycées, nous estimons qu'il faut attendre une reprise de la croissance économique avant de l'étendre aux classes de 3e, 4e et 5e », indique à AEF Sophie Joissains, sénatrice UMP des Bouches-du-Rhône, mercredi 3 novembre 2010. Le rapport « Prise en charge des frais de scolarité des Français à l'étranger », qu'elle a coécrit avec Geneviève Colot, députée UMP de l'Essonne, a été remis à la mi-journée au président de la République. Il doit être présenté en conseil des ministres par le Premier ministre mercredi 10 novembre 2010. Selon Sophie Joissains, « le rapport a été plutôt bien reçu » par le président de la République.

Lire la suiteLire la suite
Enseignement français à l'étranger : un rapport parlementaire demande la suspension de la prise en charge au profit d'un système de bourses

Suspendre « le dispositif de prise en charge au profit d'un mécanisme, potentiellement plus généreux mais aussi plus ciblé, de bourses sur critères sociaux » : c'est la principale proposition formulée par la mission de contrôle et d'évaluation de la commission des finances de l'Assemblée nationale, dans son rapport d'information sur l'enseignement français à l'étranger, présenté mercredi 30 juin 2010 (AEF n°265236 ). « Nous ne faisons pas cette proposition de gaieté de cœur, mais nous sommes des députés raisonnables et c'est la seule façon que nous avons de dégager des moyens à l'intérieur du système pour assurer le fonctionnement du réseau », déclare le député Jean-François Mancel (UMP, Oise), rapporteur de cette mission aux côtés d'André Schneider (UMP, Bas-Rhin) et Hervé Féron (PS, Meurthe-et-Moselle). « Nous tirons la sonnette d'alarme : si nous ne donnons pas les moyens à notre enseignement français à l'étranger, dont nous sommes très fiers, les moyens de relever les défis qui l'attendent, nous risquons d'ici quelques années d'avoir de mauvaises surprises », ajoute-t-il. « Si on continue ainsi, l'AEFE court à la catastrophe », ajoute Hervé Féron.

Lire la suiteLire la suite