Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°215796

Santé : Apicil expérimente un dispositif pour inciter entreprises et salariés à réduire les risques

La mutuelle Apicil annonce le 26 avril 2012 le lancement d'un « programme innovant » de prévention santé baptisé « Ma santé je m'en occupe ! ». Avec l'appui du cabinet de conseil Deuxpointcinq, Apicil expérimente, auprès de cinq entreprises, des « solutions novatrices pour améliorer le bien-être des salariés et permettre à l'entreprise d'augmenter sa performance sociale ». À partir d'un questionnaire individuel, il s'agit de produire un diagnostic personnel confidentiel, puis un « profil collectif de la santé dans l'entreprise », afin de définir des actions préventives adéquates.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 93 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Santé au travail : Apicil publie un livre blanc présentant les bonnes pratiques des entreprises

Susciter l'adhésion, favoriser l'écoute au sein de l'entreprise ou encore mettre en place de nouveaux outils de mesure du bien-être au travail, à l'image du « présentéisme » ou de « l'Ibet » (indice de bien-être au travail). Telles sont les recommandations faites par le groupe de protection sociale Apicil dans son livre blanc sur la santé au travail, une « approche économique du bien-être », publié mardi 20 septembre 2011. Destiné à être un « outil de gestion de la santé et du bien-être au travail » à destination des entreprises, le document est enrichi de cas pratiques permettant aux DRH de mettre en place des dispositifs « qui permettent une gestion efficace de la présence au travail ». Une problématique d'autant plus importante que, selon Apicil, « la moitié des salariés français (51 %) considèrent que leurs conditions de travail sont plus importantes que leur niveau de rémunération ». En outre, « la crise aidant, le stress au travail ne cesse de gagner du terrain ». En effet, le nombre d'accidents au travail reste très élevé : environ 700 000 cas sont encore répertoriés chaque année.

Lire la suiteLire la suite
Santé au travail : un tiers des entreprises n'ont pas de projet en matière de prévention des risques (CSP Formation/Didacthem)

Un tiers des entreprises (33 %) « affirment ne pas avoir de projet d'actions » de prévention santé pour le moment. En revanche, près d'une sur deux (45 %) ont des projets en la matière dès 2011, 17 % des projets « à courte échéance », et 6 % « après 2011 ». C'est ce que montre une enquête réalisée par Météojob pour le compte de CSP Formation et Didacthem, dont les résultats sont rendus publics mardi 21 juin 2011 (1). Les projets des entreprises portent en priorité sur le stress et les risques psychosociaux (55 %), les comportements sécurité (40 %), la prévention de la pénibilité (22 %), l'aménagement des postes de travail (20 %) et les troubles musculo-squelettiques (19 %).

Lire la suiteLire la suite
« La démarche de santé en entreprise manque de cohérence globale » (Laurence Breton-Kueny, DRH du groupe Afnor)

« J'ai la certitude qu'il n'y a pas de performance économique sur le long terme sans performance sociale. Quand les collaborateurs d'une organisation se sentent bien dans leur tête et dans leur poste, tout le monde est gagnant : les personnes, et l'organisation qui les emploie. » Partant de ce constat, Laurence Breton-Kueny, DRH du groupe Afnor, décide début 2010 de mettre en place une politique de santé globale dans son entreprise, en s'inspirant de la norme québécoise « Entreprise en santé » (1). « Jusqu'ici, on ne faisait que par petites touches, à travers les négociations sur les seniors, la GPEC, le handicap… En filigrane, c'est de santé en général dont il est question. Mais la démarche de santé en entreprise manque de cohérence globale. » Depuis un an, Laurence Breton-Kueny tente donc de « donner du sens, une plus-value » aux actions menées en matière de santé, en concertation avec les représentants du personnel.

Lire la suiteLire la suite
« Les dépenses de santé et de sécurité au travail sont un investissement et non un coût » (rapport annuel 2009 EU-Osha)

« Les dépenses de santé et de sécurité sur le lieu de travail doivent être considérées comme un investissement et non comme un coût. » C'est ce qu'indique Jukka Takala, directeur de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-Osha), à l'occasion de la publication du rapport annuel 2009 de l'agence, selon un communiqué du 22 juin 2010. L'EU-Osha met également en garde les organisations qui « renoncent à des bénéfices à long terme pour des gains à court terme, en réduisant leurs budgets de santé et de sécurité dans des temps difficiles. Alors que 80 % des responsables européens indiquent que les accidents sur le lieu de travail constituent leur principale source de préoccupation, nous ne pouvons pas nous permettre de faire des coupes dans le secteur de la santé et de la sécurité au travail ».

Lire la suiteLire la suite
« La question n'est plus de savoir où s'arrête le rôle de l'entreprise en matière de santé. » Échos des assises nationales de l'ANDRH

« La question n'est plus de savoir où s'arrête le rôle de l'entreprise en matière de santé », affirme le docteur Véronique Chabernaud, médecin cancérologue passée de l'industrie pharmaceutique au conseil en promotion de la santé. « L'espérance de vie est certes en augmentation, mais dans le même temps nous sommes passés de 170 000 à plus de 320 000 nouveaux cas de cancer par an, nous sommes envahis par les maladies respiratoires, et les maladies neurologiques augmentent au point que l'on ne sait plus comment aborder le problème : voilà l'état de la santé publique aujourd'hui en France. » Véronique Chabernaud dresse ce constat à l'occasion des assises nationales 2010 de l'ANDRH, vendredi 18 juin 2010, lors d'une table ronde sur le thème : « la santé au travail : jusqu'où ? ». Les intervenants s'accordent sur la nécessité, pour les entreprises, d'intégrer ces éléments de santé publique dans leur stratégie en matière de santé. Les assises nationales de l'ANDRH sont le terme de son Tour de France, au cours duquel l'association a présenté et soumis au débat ses propositions 2010.

Lire la suiteLire la suite