Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

IRT M2P : les statuts de la fondation sont finalisés pour une dotation initiale de 1,2 million d'euros (O. Bonnet, pôle Materalia)

« Nous venons de finaliser les statuts de l'IRT (institut de recherche technologique) M2P (matériaux métallurgie procédés) », indique à AEF Olivier Bonnet, directeur du pôle de compétitivité Materalia (Moselle) et directeur de ce projet, à l'issue d'une réunion du conseil d'administration provisoire de l'IRT au siège de Saint-Gobain à La Défense (Île-de-France), jeudi 26 avril 2012. « Malgré de longs délais de mise en oeuvre », les partenaires académiques et industriels issus de quatre régions (Lorraine, Champagne-Ardenne, Franche-Comté et Bourgogne) vont créer une FCS (fondation de coopération scientifique), avec une dotation initiale de 1,2 million d'euros (dont un tiers versé par les industriels et deux tiers par l'État pour le compte des fondateurs publics). « Le décret portant sa création devrait être signé par le Premier ministre François Fillon, de façon imminente », espère Olivier Bonnet.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
IRT BioAster : les statuts prévoient une « dotation initiale » de 7,3 millions d'euros apportée par ses fondateurs

« L'institut de recherche technologique LyonBioTech est constitué sous forme de fondation de coopération scientifique dénommée 'BioAster' », indiquent ses statuts, approuvés par un décret du 17 avril 2012 paru au « Journal officiel » daté du 19 avril 2012, et qu'AEF a consultés. L'IRT (institut de recherche technologique) lyonnais dédié à l'infectiologie et à la microbiologie a été retenu en mai 2011 au titre du programme d'investissements d'avenir et doit recevoir un financement composé d'une dotation en capital de 300 millions d'euros non consomptibles et d'une subvention consomptible de 89 millions d'euros (AEF n°241388 et n°231464). Ses huit fondateurs sont le pôle de compétitivité Lyonbiopôle, l'Institut Pasteur, l'Inserm, le CNRS, le CEA, l'Institut Mérieux, Sanofi-Pasteur et Danone. Ils contribuent au financement de la FCS (fondation de coopération scientifique) BioAster par une « dotation initiale » de « 7,3 millions d'euros dont une partie non consomptible d'un million d'euros », prévoient les statuts de la fondation.

Lire la suiteLire la suite
IRT : signature des conventions des deux premiers instituts, Jules-Verne à Nantes et Nanoélec à Grenoble

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Éric Besson, ministre chargé de l'Industrie, de l'Énergie et de l'Économie numérique, et René Ricol, commissaire général à l'investissement, annoncent la signature des conventions avec les deux premiers IRT (instituts de recherche technologique) : Jules-Verne localisé à Nantes, Saint-Nazaire et Le Mans (AEF n°219664), et Nanoélec, localisé à Grenoble, lundi 16 avril 2012. Les deux IRT sont lauréats de l'appel à projets lancé dans le cadre des investissements d'avenir. À ce titre, l'IRT Jules-Verne bénéficiera d'une subvention consommable de 45 millions d'euros et d'une dotation non consommable de 230 millions d'euros, tandis que l'IRT Nanoélec bénéficiera d'une subvention consommable de 100 millions d'euros et d'une dotation non consommable de 200 millions d'euros (AEF n°231464). La signature de ces deux conventions « finalise le processus de contractualisation et permet le versement des premières subventions », indiquent les ministres.

Lire la suiteLire la suite
« Les IRT sont un trait d'union entre les secteurs académique et industriel » (Roger Genet, DGRI, aux RUE 2012)

« Il faut considérer les IRT (instituts de recherche technologique) dans un plan global de rénovation de l'enseignement supérieur et de la recherche en France. Les IRT sont un trait d'union entre les secteurs académique et industriel, dans l'objectif de créer des instruments de puissance industrielle en faisant converger les capacités de la recherche, de la formation et de l'industrie sur des secteurs stratégiques. » C'est ce que déclare Roger Genet, DGRI (directeur général pour la recherche et l'innovation) au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, jeudi 15 mars 2012, lors d'une table ronde intitulée « Les IRT : une fausse bonne idée à deux milliards d'euros ? », organisée par AEF dans le cadre des RUE (rencontres universités entreprises), à Paris (AEF n°219228). Selon lui, « les IRT sont une vraie bonne idée parce qu'ils répondent à une attente extrêmement forte », mais il reconnaît qu'ils introduisent « un changement de paradigme et qu'il n'est donc pas totalement étonnant que des difficultés surgissent ça et là ». « Pour autant, ajoute-t-il, elles ne sont pas insurmontables et il est important de comprendre que l'État, loin de vouloir 'caporaliser' le système, entend y apporter un accompagnement sans précédent, en mettant en avant trois mots-clés : le décloisonnement des acteurs de la recherche (organismes, universités, écoles, entreprises) ; la responsabilité donnée à ces acteurs ; une plus grande liberté pour créer et innover. »

Lire la suiteLire la suite
Laurent Wauquiez inaugure l'IRT Jules-Verne, « premier IRT de France », doté d'un budget de 274 millions d'euros sur dix ans

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, inaugure mercredi 7 mars 2012 à Bouguenais (Loire-Atlantique), l'IRT (Institut de recherche technologique) Jules-Verne, « premier IRT de France », qui se positionne sur les technologies avancées de production, pour les structures composites, métalliques et hybrides. Les statuts de la FCS (fondation de coopération scientifique) qui porte cet IRT ont été approuvés par un décret publié au « Journal officiel » du 6 mars 2012 (AEF n°219884). Le ministre salue un projet « totalement exemplaire » : « On a avec l'IRT Jules-Verne, premier IRT opérationnel, le vaisseau amiral de ce qu'on essaie de faire en matière de recherche et d'innovation : mettre le paquet sur la recherche, et avoir des cycles très courts entre recherche fondamentale et applications industrielles. » Pour Laurent Wauquiez, les IRT représentent « le chaînon manquant » qui « permet de faire converger les énergies entre recherche fondamentale et milieux industriels ».

Lire la suiteLire la suite