Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Deux rapports du CGLPL pointent les « bonnes pratiques » et les difficultés des brigades de gendarmerie de Meru et Decize

« Aucun local dédié aux auditions n'existe », remarque le Contrôleur général des lieux de privation de liberté dans son rapport de visite de la brigade territoriale de Decize (Nièvre), publié mercredi 9 mai 2012. Les enquêteurs « utilisent leur propre bureau ou un bureau disponible » et « les militaires partageant le même bureau vont alors s'installer dans un autre local, où ils retrouveront la même configuration informatique pour poursuivre leur travail ». C'est ce que constatent les deux contrôleurs du CGLPL lors de leur visite, le 21 octobre 2010. Les fenêtres des locaux « ne sont pas équipées de barreaux et les personnes gardées à vue ont généralement une main menottée et attachée au siège ». Ils pointent les mêmes éléments dans leur rapport de visite de la brigade territoriale autonome de Méru (Oise), également publié le 9 mai 2012 suite à une visite effectuée en décembre 2009.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
« La réinsertion du délinquant dans le système pénitentiaire passe à l'arrière plan », affirme Jean-Marie Delarue (CGLPL)

« Le système pénitentiaire français est en train de changer de nature aujourd'hui », affirme Jean-Marie Delarue, Contrôleur général des lieux de privation de liberté lors de la présentation du rapport annuel 2011, mercredi 22 février 2012 . « Depuis toujours, la prison sert à punir. Depuis la loi pénitentiaire de 1945, elle sert aussi à réinsérer les personnes qui s'y trouvent, et depuis la dernière loi pénitentiaire en 2009, elle sert aussi à prévenir la récidive. Le premier objectif l'emporte désormais sur les deux autres », explique-t-il. « L'aspect réinsertion du délinquant dans le système pénitentiaire passe à l'arrière plan. […] On est plutôt dans un sens régressif que dans un sens progressif. Si la prison n'assure pas ce rôle de réinsertion, le condamné sort dans l'état où il est rentré, voire pire », précise-t-il. Il ajoute que « le système pénitentiaire change de nature pour une illusion : aucune mesure ne permettra de prévoir ce qu'un jour un être humain a décidé ».

Lire la suiteLire la suite
Garde à vue : le CGLPL pointe « des difficultés en matière de confidentialité » au commissariat de Rennes

« Les personnels rencontrés ont manifesté des inquiétudes quant à la possibilité de voir deux auditions se dérouler simultanément dans un même bureau, impliquant une personne gardée à vue et une victime ou un témoin concernant la même affaire ». C'est ce qu'indique le CGLPL (Contrôleur général des lieux de privation de liberté) dans un rapport de visite du commissariat de police de Rennes (Ille-et-Vilaine) publié vendredi 10 février 2012. La visite s'est déroulée les 11 et 12 mai 2010. Les auditions des gardés à vue sont « souvent réalisées en présence d'un autre fonctionnaire, puisque les bureaux sont occupés par deux personnes ». Ce mode de fonctionnement peut « entraîner des difficultés en matière de confidentialité ou même gêner le bon déroulement de l'enquête de police. En effet, chaque OPJ ne connaît pas forcément la nature du dossier traité par son collègue de bureau, et on peut imaginer qu'une personne gardée à vue soit auditionnée dans le même bureau et en même temps qu'une personne auditionnée pour la même affaire (victime, témoin, etc.) ou une affaire connexe », détaille le CGLPL.

Lire la suiteLire la suite
Plusieurs rapports du CGLPL émettent des observations sur les gardes à vue dans des commissariats et des brigades de gendarmerie

Le CGLPL (Contrôleur général des lieux de privation de liberté) souligne, dans un rapport consacré au commissariat de Sartrouville (Yvelines), que le nombre de gardes à vue y « est en constante augmentation ». Entre 2007 et 2008, le CGLPL constate une hausse de 10,3 %. En outre, « la fouille de sécurité est apparemment systématique, et réalisée dans la cellule », ce qui n'est « ni conforme aux instructions nationales, ni respectueux de la dignité de la personne ». « La procédure de nettoyage des couvertures n'est pas satisfaisante », « les chambres de dégrisement sont dépourvues de vidéosurveillance » et « le registre des consignés ne précise que rarement l'heure à laquelle le cas de la personne amenée au commissariat est réglé », pointe en outre le rapport. Ce texte vient d'être rendu public, en même temps que six comptes-rendus de visites de commissariats et de brigades de gendarmerie effectuées entre le 4 mai 2009 et le 11 février 2010.

Lire la suiteLire la suite

Sécurité publique

Aperçu de la dépêche Aperçu
Le contrôleur général des lieux de privation de liberté décrit l'état « pas très reluisant » des locaux de garde à vue
Lire la suite