Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Il faut un « réel droit d'expression » pour les gendarmes, demande l'association « Gendarmes et citoyens »

« Nous aspirons à un droit d'association professionnelle, non syndicale mais surtout apolitique comme nous l'avons toujours été », affirme le président de l'association Gendarmes et citoyens, Christian Contini, dans un courrier adressé au nouveau ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, vendredi 18 mai 2012. Dans une lettre envoyée à la même date au ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, il souhaite « un réel droit d'expression » pour les gendarmes, « ce qui demande le dépoussiérage de [leur] statut militaire ». « Nous souhaitons également défendre l'arme qu'est toujours la gendarmerie, malgré son rattachement au ministère de l'Intérieur », poursuit-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
« Gendarmes et citoyens » écrit aux candidats à la présidentielle pour demander le droit d'expression des gendarmes

« Gendarmes et citoyens » souhaite connaître la position des candidats à l'élection présidentielle concernant « le droit de créer une ou des associations, apolitiques et non syndicales, sur un modèle proche du système de la 'guardia civil' espagnole ». C'est ce qu'écrit le président de l'association, Christian Contini, dans une lettre ouverte aux candidats publiée dans le magazine du mois de février. Il demande également une réponse aux candidats sur le « droit d'expression par l'intermédiaire de représentants bénéficiant d'un minimum d'indépendance vis-à-vis de la hiérarchie, droit qui serait encadré pour éviter des dérives en particulier les atteintes au secret professionnel ». L'association préconise par ailleurs de cesser les « suppressions de postes et les restrictions de budget, la gendarmerie étant rendue 'à l'os' selon les propos de son propre directeur » (AEF Sécurité globale n°238399).

Lire la suiteLire la suite
« Les gendarmes ont le sentiment que les discussions conduites au CSFM sont éloignées de leurs préoccupations » (rapport parlementaire)

« Les gendarmes sont un corps particulier, relativement sensible en ce moment. Tous affirment tenir à leur statut militaire. Ils ont cependant le sentiment que les discussions conduites au niveau du Conseil supérieur de la fonction militaire sont relativement éloignées de leurs préoccupations ». C'est ce qu'affirme le député UMP du Gard Étienne Mourrut lors de l'examen par la commission de la Défense nationale et des forces armées de l'Assemblée nationale du rapport d'information sur le dialogue social dans les armées dont il est l'auteur avec Gilbert Le Bris (SRC, Finistère), mardi 13 décembre 2011. Il souligne que le mode de fonctionnement des instances de concertation dans les armées « ne donne pas pleinement satisfaction ». « Au final, cela procure de la frustration dans la communauté militaire, qui a l'impression, très largement relayée par les audits effectués en 2008, que ses intérêts ne seraient pas défendus et que tout le système de concertation ne sert qu'à donner bonne conscience au commandement », indique Gilbert Le Bris.

Lire la suiteLire la suite