Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Obliger les jeunes médecins à exercer pendant 5 ans dans leur région de formation risque de « tuer la médecine ambulatoire », selon l'Anemf

« L'instauration d'une période d'exercice de 'cinq ans dans sa région de formation de 3è cycle' est le premier pas vers un processus coercitif inacceptable », déclarent l'Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France), l'Isnar-IMG (Inter Syndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale) et ReAGJIR (Regroupement autonome des généralistes, jeunes installés et remplaçants), au lendemain de la publication des recommandations du Cnom sur l'accès aux soins, dans un communiqué commun publié le 30 mai 2012. « L'ordre [des médecins] aurait-il trouvé le moyen de tuer la médecine ambulatoire et de décourager les vocations ? », s'interrogent ces organisations.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 84 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Présidentielle : les propositions de l'Anemf, de l'Isnar et de l'Isnih-IMG pour faire évoluer les études médicales

Il convient que la spécialité de médecine générale « soit aussi visible que les autres durant le deuxième cycle, tant en réalisant un stage ambulatoire chez le médecin généraliste qu'en bénéficiant d'enseignements dispensés par des universitaires de médecine générale » car chaque médecin sera amené à travailler en lien avec des médecins généralistes. C'est l'une des 15 propositions de l'Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France), l'Isnar-IMG (Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale) et l'Isnih (Inter syndicat national des internes des hôpitaux) pour répondre à la « nécessaire évolution des études médicales » et à la problématique de l'accès aux soins, dans le cadre des élections présidentielles et législatives. Elles sont rendues publiques le 13 mars 2012. Les stages réalisés au cours du cursus doivent être « le reflet de la diversité des modes d'exercices (ambulatoire, établissements de santé privés et publics) » et ne plus être « hospitalo-centrées », estiment les syndicats.

Lire la suiteLire la suite
Démographie médicale : les propositions de l'Anemf pour améliorer l'efficacité du contrat d'engagement de service public

En 2011, « seuls 200 étudiants ont signé un CESP » (contrat d'engagement de service public), « soit moitié moins que l'objectif fixé par le gouvernement », en raison du « manque de communication autour du dispositif » et de « la durée de l'engagement » qui « décourage les étudiants », indique mardi 24 janvier 2012, l'Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France), qui a réalisé un état des lieux de ce dispositif. Instaurés par la loi HPST (hôpital, patients, santé et territoires) de juillet 2009 pour lutter contre les « déserts médicaux », ces contrats permettent à des étudiants volontaires de recevoir une allocation de 1 200 euros par mois contre un engagement à exercerd ans des zones où « la continuité des soins fait défaut » durant une période identique à celle pendant laquelle ils ont touché cette somme. En 2010, 145 contrats ont été signés. 20 % des signataires des contrats sont des internes et 80 % des étudiants en médecine de 1er et 2d cycles, selon l'Anemf.

Lire la suiteLire la suite
Réduire les redoublements en 6e année doit permettre de « mieux répartir les médecins sur le territoire » (ministère de la Santé)

Le décret du 10 aout 2011 sur le troisième cycle des études médicales, qui prévoit une limitation des redoublements en DCEM4 (6e année), a pour but d'améliorer la répartition des médecins sur le territoire, indique l'entourage de Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l'emploi et de la Santé à AEF le 5 septembre 2011 (AEF n°234298). En 2010, le taux d'inadéquation entre postes d'internes ouverts et postes pourvus après les ECN était de 10 %, soit environ 700 postes vacants (AEF n°236900). Il s'agit en majorité de postes d'internes en médecine générale et dans des zones sous-dotées. Désormais, les étudiants devront valider leur DCEM4 et leur 2e cycle avant de passer le concours (1).

Lire la suiteLire la suite
Épreuves classantes nationales 2010 : 10 % des postes ouverts restent vacants, essentiellement en médecine générale (Drees)

« La hausse des postes [d'internes] ouverts se poursuit dans presque toutes les disciplines », indique la Drees dans sa dernière note « Etudes et résultats » datée de juin 2011 sur les affectations des étudiants en médecine à l'issue des ECN (épreuves classantes nationales) de 2010 (1). Le nombre de postes augmente de 10,6 % entre 2009 et 2010 et s'élève à 6 839 (AEF n°270471). Une progression « plus marquée pour trois disciplines » : en biologie médicale (hausse de 43 %), pour les spécialités appartenant au groupe des spécialités médicales (2), qui enregistre « sa progression la plus importante depuis la création des ECN (+27 %, soit 254 postes supplémentaires ouverts) » et en médecine du travail (+12 % soit 15 postes supplémentaires). » Ces évolutions, qui « suivent parfaitement celles du numerus clausus » font partie d'une nouveauté relevée par la Drees : « les prévisions d'ouverture de postes sont présentées pour les cinq années à venir » (AEF n°264391). Ainsi, il est prévu d'ouvrir 38 578 postes d'internes entre 2010 et 2014.

Lire la suiteLire la suite