Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Masse salariale des universités : Michel Dellacasagrande regrette une « erreur de raisonnement » de la Cour des comptes

« La méthode de la Cour des comptes est contestable », déclare à AEF Michel Dellacasagrande, expert auprès de la CPU, à propos du rapport de la Cour des comptes sur l'exécution du budget 2011 de la Mires (mission interministérielle « recherche et enseignement supérieur ») publié le 30 mai 2012. Celui-ci constatait, selon « les données d'exécution provisoires disponibles à la fin février 2012 », « une sous-exécution de 202 millions d'euros [des crédits de masse salariale] en 2011 » (AEF n°213947 et n°213948). Or Michel Dellacasagrande, ancien directeur des affaires financières du MEN et du MESR, y voit une « erreur de raisonnement » : « La Cour des comptes a regardé le montant de la dotation de masse salariale versée par l'État aux universités, l'a comparée à leurs dépenses de masse salariale à partir des chiffres de la paie à façon, et a chiffré l'écart entre les deux comme étant de 202 millions d'euros. Or la réalité est beaucoup plus complexe car la masse salariale des universités est financée à la fois par la dotation de masse salariale État et par leurs ressources propres, qui représentent près de 15 % de leur budget. La rémunération de nombreux agents non titulaires devrait être en partie imputée sur la dotation de l'État et en partie imputée sur ressources propres. Comme les outils de la paye à façon ne permettent pas la double imputation, l'université est contrainte de choisir l'une des deux imputations. »

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 84 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Masse salariale : 202 M€ de crédits non consommés par les universités RCE en 2011, selon la Cour des comptes

Alors que 99 millions d'euros « ont été mobilisés en fin de gestion 2011 pour venir abonder les crédits de masse salariale des établissements passés aux responsabilités et compétences élargies », il apparaît, selon « les données d'exécution provisoires disponibles à la fin février 2012 », « une sous-exécution de 202 millions d'euros sur ce poste en 2011 ». Tel est la « discordance » relevée par la Cour des comptes dans son rapport d'analyse de l'exécution du budget 2011 de la Mires (mission interministérielle « recherche et enseignement supérieur ») mis en ligne mercredi 30 mai 2012. « Ces données doivent être prises avec précaution, des écarts techniques pouvant exister entre la masse salariale de la paie à façon et celle qui figurera dans les comptes des établissements. Il semble, en revanche, peu contestable que le mécanisme actuel d'allocation des dotations a conduit à abonder les crédits des établissements de dotations que leur exécution ne justifiait pas. Il a de ce fait conduit à mettre en oeuvre un schéma de fin de gestion au sein du programme et de la mission dont la nécessité est sujette à caution, à l'exception de quelques établissements, dont les besoins auraient pu être au demeurant pris en charge par la reprise de dotations aux établissements manifestement surdotés par rapport à leur consommation. » En effet, la Cour des comptes montre que treize établissements ont consommé davantage de crédits de masse salariale que la dotation versée par l'État en 2011 (AEF n°213948).

Lire la suiteLire la suite
Masse salariale : 13 universités ont consommé plus que leur dotation 2011, selon la Cour des comptes

Treize des 84 établissements passés aux RCE ont consommé davantage de crédits de masse salariale que la dotation versée par l'État en 2011, d'après la Cour des comptes, qui publie, mercredi 30 mai 2012, son rapport d'analyse de l'exécution du budget 2011 de la Mires (mission interministérielle « recherche et enseignement supérieur »). Dans une annexe, il présente un tableau synthétisant, par établissement, l'écart entre la dotation 2011 en crédits de masse salariale et leur consommation. Il en ressort, qu'au total, 202 millions d'euros n'ont pas été consommés, alors que 99 millions d'euros « ont été mobilisés en fin de gestion 2011 pour venir abonder les crédits de masse salariale des établissements passés aux responsabilités et compétences élargies » (AEF n°213947).

Lire la suiteLire la suite
RCE : la Cour des comptes estime que « des lacunes inquiétantes demeurent dans les procédures comptables » (rapport annuel)

« Les investigations auxquelles a procédé la Cour confirment que si la fiabilité des états financiers progresse, des lacunes inquiétantes demeurent dans les procédures comptables et les dispositifs de maîtrise des risques. Ces constats sont de nature, s'il n'y est pas porté remède, à réduire l'exercice d'une autonomie réelle des universités », écrit la Cour des comptes dans le tome 2 de son rapport annuel 2012, publié mercredi 8 février 2012. Elle donne les conclusions du suivi qu'elle a effectué sur le passage aux RCE de sept universités parisiennes, commencé en 2009-2010. Estimant que « la mise en oeuvre [des RCE] est difficile » et soulignant des « faiblesses comptables persistantes », la Cour identifie deux « zones de risque » qui perdurent : l'immobilier et la gestion de la masse salariale et des emplois. « Les risques, dans ces domaines, ne sont pas diminués de façon suffisante par les actions entreprises [par les deux ministères concernés] (1). » Elle réitère donc deux de ses recommandations : « intensifier les actions de renforcement de la maîtrise des risques pour la gestion immobilière et salariale » et « renforcer prioritairement les systèmes d'information et de gestion ».

Lire la suiteLire la suite

Enseignement supérieur

Aperçu de la dépêche Aperçu
URGENT. Budget des universités : L. Wauquiez et L. Vogel favorables à une révision du décret financier de 2008 (entretien croisé pour AEF)
Lire la suite
CONFIDENTIEL. La liste des sept établissements dont le budget serait arrêté par les recteurs et les réactions des établissements

L'UPMC, Paris-XIII, Limoges, l'université de Savoie, Nice-Sophia-Antipolis (1), Bordeaux-III, l'Insa de Rouen et l'ENS Cachan seraient, selon les informations recueillies par AEF, les huit établissements placés sous gestion rectorale ou du MESR. Interrogé par AEF, le ministère confirme l'exactitude de cette liste, et précise qu'il ne s'agit pas d' « incriminer » les universités, mais de travailler avec elles « de manière sereine, constructive et dans un dialogue constant afin d'assainir leur situation financière ». « On est simplement dans l'application du droit. » Il précise que « les causes de ces déficits sont diverses et différentes d'un établissement à l'autre », résultant parfois d' « exercices d'écriture comptable ». Il rappelle que « le comité des pairs a vocation à les accompagner au plus près » (AEF n°227916). Cette décision signifie qu'à la suite de deux déficits de fonctionnement consécutifs constatés en 2009 et 2010, ce sont les recteurs qui arrêteront le prochain budget, conformément à l'article 56 du décret financier du 27 juin 2008. Le conseil d'administration de l'établissement est alors dessaisi de sa compétence sur le vote du budget et celui-ci ne peut-être modifié pendant la durée de l'exercice qu'avec l'accord préalable du recteur. Ces dispositions s'appliquent jusqu'au rétablissement complet de l'équilibre financier.

Lire la suiteLire la suite
Michel Dellacasagrande s'interroge sur « la capacité des rectorats » à contrôler les universités déficitaires (note interne de la CPU)

Dans une note sur « le contexte budgétaire des universités » établie pour le compte de la CPU le 16 novembre 2011, et qu'AEF s'est procurée, Michel Dellacasagrande, ancien directeur des affaires financières du MESR, estime que « s'agissant de la soutenabilité de la masse salariale, on voit mal le type de contrôle que les recteurs sont en capacité d'opérer aussi longtemps que n'auront pas été établies les règles d'actualisation de la masse salariale ». Il poursuit : « Lorsque par ailleurs des décisions interviennent en cours d'exercice budgétaire, ainsi que c'est le cas cette année pour le GVT (glissement vieillesse technicité), comment [les recteurs] peuvent-ils s'assurer de l'adéquation entre prévision de dépenses et prévision de recettes ? Enfin on peut attendre des services rectoraux qu'ils opèrent une distinction entre des déficits lourds de fonctionnement liés le plus souvent à une mauvaise estimation de l'évolution de la masse salariale et des déficits purement faciaux occasionnés par la régularisation d'écritures comptables. »

Lire la suiteLire la suite