Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Matignon : le parcours du conseiller « développement durable, transports » Xavier Piechaczyk

Xavier Piechaczyk a été nommé conseiller « développement durable, transports » au cabinet du Premier ministre par l'arrêté du 29 mai 2012 publié au Journal officiel du 30 mai (AEF n°214046). Cet ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts était, depuis octobre 2009, adjoint au directeur des services de transport à la DGTIM (direction générale des infrastructures, des transports et de la mer) du ministère de l'Écologie, où il travaillait notamment à l'organisation et la régulation des services de transport terrestre et à la mise en place de politiques incitatives pour le report modal.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à découvrir
Les partenaires sociaux réfléchissent "à une deuxième phase de télétravail" pour 2021 (G. Roux de Bézieux/RMC-BFM TV)

Alors que le président de la République a annoncé le 25 novembre 2020 que les entreprises devaient continuer à recourir au télétravail, lorsque cela était possible, jusqu’aux vacances, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, explique, lors d’une interview accordée à RMC et BFM TV le 26 novembre, que le Premier ministre a demandé aux partenaires sociaux lundi soir (lire sur AEF info) de réfléchir "à une deuxième phase de télétravail pour le début de l’année, qui ne soit pas le télétravail à 100 %, mais qui ne soit pas non plus le retour au stade précédent, du type quelques jours par semaine obligatoires, mais pas 100 %. […] On est collectivement persuadés que le 100 % télétravail au bout de quelques semaines a d’autres conséquences : psychologiques, sur la hausse des violences conjugales, sur les addictions. On ne peut pas rester durablement à 100 % en télétravail", indique-t-il.

Lire la suiteLire la suite