Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le CHU de Dijon procède à un nouvel emprunt de 39 millions d'euros pour achever les travaux

La directrice générale de l'ARS Bourgogne, Monique Cavalier, a donné son accord, vendredi 29 juin 2012, lors de la réunion extraordinaire du conseil de surveillance, pour que le CHU de Dijon procède à un nouvel emprunt d'un montant de 39 millions. Cette somme va permettre d'achever les travaux qui ont débuté, sur le site du Bocage, en 2006, pour regrouper sur un même site l'ensemble des services hospitaliers de Dijon avec la construction d'un nouvel ensemble de 80 000 mètres carrés. Le projet initial, à 185 millions d'euros, a été révisé à la hausse au fur et à mesure de l'avancée du chantier pour atteindre aujourd'hui 340 millions d'euros.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La situation financière du CHU de Dijon est toujours fragile malgré les efforts réalisés dans le cadre du plan de retour à l'équilibre

« La publication toute récente, le 29 septembre, d'un nouveau décret paru au Journal officiel pour modifier le régime des sanctions (AEF n°233323) est une bonne nouvelle », déclare à AEF Pierre-Charles Pons, le directeur général du CHU de Dijon, pour qui « le texte précédent a donné lieu à des usages abusifs ». Le CHU de Dijon doit s'acquitter de 740 000 euros, au titre du non-respect des règles de l'assurance maladie, dans le cadre de la tarification à l'activité pour laquelle le CHU a perçu de manière indue 90 000 euros. Le montant de la sanction, suite aux contrôles exercés en 2009 sur les séjours facturés en 2008, a été fixé en 2010 par l'Agence régionale de santé (ARS) Bourgogne. « Selon le décret du 29 septembre, ces indus pourront être compensés par l'ensemble des actes sous-facturés par le CHU », souligne Pierre-Charles Pons, qui « remet en question la disproportion prise par la sanction » dont l'établissement doit s'acquitter.

Lire la suiteLire la suite