Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Conférence des doyens de médecine : Dominique Perrotin, nouveau président, défend la création de facultés communes de santé

« Malgré la mise en place de timides passerelles et la possibilité d'éliminer en fin de S1 les étudiants les moins bien placés », la mise en place de la Paces n'a pas permis d'améliorer sensiblement la gestion des flux d'étudiants, estime Dominique Perrotin, le nouveau président de la Conférence des doyens d'UFR de médecine, dans une interview à l'AEF (1). Il a succédé à Patrice Deteix en mai 2012 (AEF n°213661). Il est également doyen de la faculté de médecine de l'université de Tours. La réforme de la Paces a été mise en place à la rentrée 2010 (AEF n°266191). Dominique Perrotin se dit favorable à une « présélection » après le baccalauréat. Évoquant les points positifs de la réforme, il cite la mutualisation des UE spécifiques (médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique). « Nous avons pris conscience que nous pouvions faire beaucoup de choses en commun. Je suis d'ailleurs favorable à la constitution de facultés communes de santé, réunissant les UFR de médecine, pharmacie, odontologie et les écoles de sages-femme », affirme-t-il. S'agissant de l'intégration des professions paramédicales à l'université, le nouveau président appelle à la prudence. « Il faut prendre le temps de définir précisément nos besoins de santé selon les grands corpus de formation et de réfléchir à l'organisation de l'offre de soins. » Dominique Perrotin revient également sur le projet de réforme des ECN (épreuves classantes nationales), critiqué par les étudiants (AEF n°211054).

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Paces à l'université de Bretagne occidentale : 85 % des étudiants situés en bas du classement adhèrent au dispositif de réorientation

Le dispositif de réorientation des étudiants en Paces (première année commune aux études de santé) mis en place par l'UBO (université de Bretagne-Occidentale) en septembre 2010, « donne satisfaction », selon Anne Bordron, enseignante en biologie cellulaire, qui l'a conçu et mis en place. Le dispositif principal concerne les 15 % d'étudiants situés en bas du classement à l'issue du premier semestre : s'ils sont doublants, ils ne sont pas autorisés à représenter le concours ; les primants pourront le représenter, mais au bout de 18 mois, s'ils ont acquis suffisamment d'ECTS lors de leur premier semestre en Paces. Des passerelles ont été mises en place par l'UBO vers d'autres licences de l'université, vers les IUT de Brest et Quimper, ou encore vers l'Ifsi de Brest.

Lire la suiteLire la suite
Médecine : l'Anemf juge « hâtif » le projet d'informatisation des épreuves classantes nationales

L'Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France) juge « inabouti » et « hâtif » le projet de réforme des ECN (épreuves classantes nationales) qui prévoit de les transformer en épreuves informatisées avec correction automatique, déclare l'association étudiante le 3 juillet 2012. Ce projet a été présenté le 26 juin lors d'une réunion de la CPNES (Commission pédagogique nationale des études de santé). Il a été élaboré par une « commission d'experts » mise en place l'an dernier au sein de la CPNES, piloté par Jean-Michel Rogez, directeur de l'UFR de médecine de l'université de Nantes. La réforme pourrait entrer en vigueur dès la rentrée 2012 et concernerait d'abord les étudiants de 4e année qui passent les ECN en 2015. Ces épreuves, qui ont remplacé le concours de l'internat en 2005, se déroulent en fin de 2e cycle. Le rang de classement des étudiants détermine la région et la spécialité où ils feront leur 3e cycle.

Lire la suiteLire la suite

Cursus et Insertion

Aperçu de la dépêche Aperçu
Dominique Perrotin, élu président de la Conférence des doyens des facultés de médecine
Lire la suite
« Les principaux objectifs de la Paces n'ont pas été atteints » (Loïc Vaillant, séminaire de la CPU)

« Les principaux objectifs de la Paces, qui étaient de limiter le gâchis pédagogique et humain, en facilitant notamment les réorientations, et de permettre l'acquisition d'une culture commune, n'ont pas été atteints », déclare Loïc Vaillant, président de la commission santé de la CPU et président de l'université François-Rabelais de Tours, à l'occasion d'un séminaire intitulé « faut-il réformer l'entrée dans les études de santé » organisé le 20 octobre 2011 à la maison des universités. La Paces (première année commune aux études de santé) a été mise en place à la rentrée 2010 (AEF n°266191) (1). « Les étudiants de pharmacie, contaminés par le virus de la première année de médecine, ont vu diminuer l'offre pédagogique avec la disparition de certains TD au profit des cours magistraux. De plus, le programme s'est révélé très lourd car la mutualisation attendue entre les enseignements de PCEM1 et de PCEP1 n'a pas eu lieu », souligne Loïc Vaillant (AEF n°230858). « Au final, et malgré l'entrée dans le LMD de la formation médicale, la Paces reste une année de sélection et non de formation, basée sur les capacités de mémorisation et non sur l'acquisition de compétences. De même, la Paces garde son caractère tubulaire et l'appui sur la recherche est quasi inexistant », déplore-t-il.

Lire la suiteLire la suite