Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Droits de l'homme : une multinationale sur cinq a dû faire face à au moins une allégation de violation (étude Vigeo)

Une multinationale sur cinq (1) a dû faire face à « au moins une allégation de violation des droits de l'homme au cours des trois dernières années », selon une étude de Vigeo publiée mardi 4 septembre 2012. Elle se base sur une analyse comparée du comportement managérial de près de 1 500 entreprises cotées nord-américaines, européennes et asiatiques entre 2009 et 2012. « La mise en oeuvre des engagements, notamment la capacité à rendre compte des processus dédiés à la protection des droits de l'homme et à la prévention des risques de violation, reste limitée et souvent controversée », constate l'agence de notation et d'analyse extrafinancière.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Droits humains et entreprises : des entreprises minières cotées essayent de se conformer aux 31 principes directeurs de Ruggie

Des entreprises minières cotées aux Bourses de Londres, de Johannesburg, de Toronto, et d'Australie reconnaissent leur « responsabilité quant au respect des droits de l'homme au sein de leurs organisations et de celles de leurs sous-traitants », selon une étude du cabinet de conseil Mazars, publiée le 9 juillet 2012. « 65 % des 62 entreprises ayant participé à l'étude (sur 500 contactées) ont affirmé qu'elles travaillaient activement à la mise en conformité avec les 31 principes directeurs pour les droits de l'homme et les entreprises, adoptés par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU fin juin 2011 (AEF n°239643) et issus du travail de John Ruggie, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour les droits de l'homme et les entreprises. Ils proposent « des mesures pratiques et concrètes pour répondre à l'impact des entreprises sur les droits des individuels ». Le cadre de l'ONU est basé sur trois piliers : « le devoir des États », « la responsabilité des entreprises » et « un plus grand accès à des recours efficaces pour les victimes ».

Lire la suiteLire la suite