Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

La LRU s'est traduite par une « centralisation de la décision » et une « priorité accordée à la recherche » (C. Musselin et S. Mignot-Gérard)

« Le plus urgent à mon sens est de revoir le rôle des doyens et des directeurs de composante ou à tout le moins de repenser l'organisation interne des universités. Il est nécessaire d'avoir un niveau intermédiaire et de lui laisser des responsabilités, de lui faire confiance », déclare à AEF Stéphanie Mignot-Gérard, maître de conférences en gestion à l'Upec, jeudi 6 septembre 2012, à l'occasion de la publication de deux rapports de recherche sur la gouvernance des universités auxquels elle a participé aux côtés de la sociologue Christine Musselin, directrice du CSO (Sciences Po, CNRS). Le premier rapport est une enquête qualitative menée en avril 2011 en partenariat avec l'Esen dans trois universités, une de lettres et une pluridisciplinaire en province, et une médicale et scientifique en Île-de-France. Le deuxième rapport résulte d'une enquête quantitative par questionnaire lancée en juin 2011 auprès de l'ensemble des personnes exerçant des responsabilités de gouvernance au sein de toutes les universités françaises (1), réalisée avec Stéphanie Chatelain (Cnam) et Samuel Sponem (HEC Montréal). Les premiers résultats de l'enquête quantitative avaient été rendus publics en avril dernier (AEF n°217503). Stéphanie Mignot-Gérard et Christine Musselin reviennent pour AEF sur les principales conclusions de ces deux recherches complémentaires, à savoir la centralisation de la décision, la priorité accordée à la recherche par rapport à l'enseignement ou encore la faible résistance au changement.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 92 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Sciences Po Paris : les projets des candidats à la succession de Richard Descoings. Partie 2 : Christine Musselin, directrice du CSO

« Consolider l'œuvre de Richard Descoings » de transformer Sciences Po en « une des plus grandes universités de recherche en sciences humaines et sociales » et « achever cette mutation » : voilà la direction que se donne Christine Musselin, directrice du CSO (Centre de sociologie des organisations, UMR Sciences Po-CNRS) et candidate à la direction générale de Sciences Po Paris (AEF n°212538), dans son dossier de candidature long de 11 pages. Elle organise son projet autour de « deux axes prioritaires » : « accélérer la montée en puissance de la recherche à Sciences Po » et « repenser sa gouvernance » de manière à « être adaptée aux nouveaux enjeux » découlant de la croissance numérique de l'IEP, de la « refondamentalisation » des cursus et de la « place croissante accordée à la recherche », autant d'éléments qui ont « entraîné la création de nouvelles instances et de nouveaux niveaux décisionnels ». Elle estime aussi qu'il faudra « mener à son terme la réforme de l'enseignement », « sécuriser les financements » et « faire de Sciences Po un partenaire incontournable et un acteur majeur de son environnement national, européen et international ». Voici le détail du projet de Christine Musselin, après celui de Gilles Andréani (AEF n°211457). Les trois autres candidats temporairement « short-listés » par le comité d'instruction des candidatures, Hervé Crès, Dominique Reynié et Jean-Michel Blanquer (AEF n°210649) n'ont pour l'instant pas souhaité communiquer sur le contenu de leur projet pour Sciences Po.

Lire la suiteLire la suite
à découvrir
Crous Grenoble-Alpes : la CGT suspend sa grève de la faim

La CGT Crous Grenoble-Alpes a indiqué, mercredi 22 septembre 2021, dans un communiqué, suspendre la grève de la faim qu’elle avait entamée lundi 20 septembre pour dénoncer les "dysfonctionnements" au sein du Crous isérois (lire sur AEF info). Les élus syndicaux ont reçu mercredi la visite du recteur de la région académique. Nous "avons pu échanger […] et trouver un compromis", indiquent-ils. "Après ses engagements, nous avons suspendu notre action dans l’attente de résultats concrets, pour l’intérêt de l’ensemble du personnel." Pour rappel, la directrice du Crous, Bénédicte Corvaisier-Drouart, avait d’ores et déjà sollicité l’inspection santé sécurité au travail relevant du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ainsi que l’inspection du travail.

Lire la suiteLire la suite