Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Hélène Conway-Mouret, ministre chargée des Français de l'étranger, détaille à AEF ses projets pour l'enseignement scolaire

« Nous allons demander au ministère de l'Éducation nationale de faire des efforts vers l'international », déclare à AEF Hélène Conway-Mouret, ministre chargée des Français de l'étranger, lors d'une interview réalisée le 18 septembre 2012. « Il est clair que ces dernières années, les suppressions massives de postes dans l'Éducation nationale ont eu des conséquences sur le nombre de professeurs détachés à l'étranger. Le nombre de professeurs titulaires était fixe, mais le nombre d'élèves scolarisé a lui augmenté. Localement, des personnels non titulaires ont été recrutés. Or, il y a un lien entre qualité de l'enseignement et personnels titulaires », poursuit la ministre. Dès lors, « l'idée est de pouvoir réinjecter autant que nous le pourrons des professeurs qualifiés », affirme la ministre. Suppression de la PEC (AEF n°211185), ouverture d'une concertation en janvier 2013, relations avec le MEN etc., Hélène Conway-Mouret détaille pour AEF les chantiers de son ministère, son objectif étant de « diversifier et multiplier » l'offre scolaire française à l'étranger.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Lycées français à l'étranger : François Hollande propose de « revoir » la gratuité des frais de scolarité

« Nicolas Sarkozy, qui est le président, a fait la gratuité des inscriptions dans les lycées [français à l'étranger], sans condition de ressources. Donc [les] personnes qui ne payent pas d'impôts en France, bénéficient en plus de la gratuité des cours qui sont dispensés dans les lycées. Ça sera revu », déclare François Hollande, au micro d'Europe 1, lundi 30 avril 2012. « Ça sera revu parce que je mettrai plutôt [en place] un mécanisme de bourses à niveau assez élevé pour que les expatriés français, qui eux travaillent et qui permettent à notre pays d'être représenté partout, puissent avoir des frais de scolarité moins élevés », poursuit le candidat PS à l'élection présidentielle.

Lire la suiteLire la suite
Bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy : la promesse de rendre l'enseignement gratuit pour les Français de l'étranger tenue, mais coûteuse

Il « n'est pas normal qu'un enfant français soit exclu de notre système d'enseignement soit pour des raisons financières, soit pour des raisons géographiques », déclarait Nicolas Sarkozy en avril 2007, alors candidat à l'élection présidentielle. Son souhait : que le coût des études dans les lycées français à l'étranger à compter de la classe de seconde soit « intégralement pris en charge par la collectivité nationale » (AEF n°384347). Reste que le coût élevé de la mise en œuvre de cette promesse au niveau lycée - 60 millions d'euros en 2010 et 106,3 millions d'euros en comptant l'augmentation des bourses, selon la mission d'évaluation et de contrôle de la commission des Finances de l'Assemblée nationale - pourrait constituer un frein à l'extension de cette mesure du CP à la terminale, que les parlementaires estiment à « plus de 700 millions d'euros » à l'horizon 2018-2020. Retour sur cinq ans d'une gratuité scolaire non dénuée d' « effets pervers » (AEF n°311879).

Lire la suiteLire la suite
Enseignement français à l'étranger : huit établissements labellisés « FrancÉducation »

Huit établissements scolaires à l'étranger ont obtenu le label « FrancÉducation » (AEF n°243477), annonce Édouard Courtial, secrétaire d'État auprès d'Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères et européennes, à Prague (République tchèque) jeudi15 mars 2012, où il remet « officiellement leur label aux établissements distingués dans ce pays. » Ces huit établissements sont situés aux États-Unis (New-York), en Finlande, en République tchèque, et en Nouvelle-Zélande. À terme, le MAEE souhaite que « 20 établissements » soient labellisés en 2012, « une cinquantaine en 2013, une centaine à l'horizon 2015. » Ces établissements créeront « le réseau FrancÉducation, complémentaire de celui que forment [les] 485 lycées français. » Les « priorités géographiques » associées à ce label sont l'« Europe, les pays du G20, la zone Afrique du Nord-Moyen Orient et l'Afrique subsaharienne francophone. » Le label est « attribué pour trois ans, renouvelable après un nouvel audit. » Obtenir ce label représente un coût de 1 200 euros par an.

Lire la suiteLire la suite
Lycées du réseau AEFE : hausse de 41 % des frais de scolarité depuis 2007

« La subvention à l'AEFE est prévue en 2012 à 422,5 millions, montant quasi-équivalent à celui de la loi de finances initiale 2011, de 421,3 millions (+ 0,3 %) », indique l'annexe n°1 « Action extérieure de l'État » du rapport fait au nom de la Commission des Finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire sur le projet de loi de finances pour 2012 par Gilles Carrez, député (UMP, Val-de-Marne) et rapporteur général de cette commission. L'AEFE « assure en 2010 - 2011 la scolarisation d'environ 110 000 élèves français dans le monde (tous types d'établissements confondus). » Les crédits de l'action 2 « accès des élèves français au réseau AEFE » du programme 151 « Français à l'étranger et affaires consulaires » (1) sont prévus à 125,5 millions d'euros au lieu de 119 millions (+ 5,5 %) », constate le rapport.

Lire la suiteLire la suite