Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

De la Préfecture de police à Veolia, Jean-Louis Fiamenghi décrit les évolutions des métiers de la sécurité

« Le travail policier est devenu plus difficile car plus procédural », explique Jean-Louis Fiamenghi, dans un entretien à AEF Sécurité globale. L'ancien directeur de cabinet du préfet de police revient sur sa carrière et sa nomination comme directeur de la sécurité de Veolia (AEF Sécurité globale n°208240). « C'est vrai que le métier reste difficile comme il l'a toujours été mais un policier aujourd'hui n'est pas malheureux. Il est plutôt bien payé », poursuit-il. « Sur le taux de policiers par habitant, nous sommes dans la moyenne supérieure en Europe. Il s'agit surtout de trouver des organisations plus efficaces », indique-t-il. Jean-Louis Fiamenghi précise que son départ n'est pas lié au changement de direction à la Préfecture de police. « Il y a de plus en plus de personnes passant du public au privé. Aujourd'hui, ce ne sont plus les même schémas qu'il y a quinze ou 20 ans. C'est très bien vu », note-t-il. Pour Veolia, il sera en charge de « la sécurité des bâtiments, des hommes, l'intelligence économique, la sécurité des expatriés, mais aussi organiser un plan de sécurité pour l'ensemble de la famille Veolia, et également ce qui relève des problématiques informatiques ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement