Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°204766

Forfait social : l'impact de la hausse serait « faible sur l'épargne salariale, mais fort sur l'épargne retraite » (Mercer)

L'impact de l'augmentation du forfait social de 8 % à 20 %, prévue par la deuxième loi de finances rectificatives pour 2012, serait « faible sur l'épargne salariale mais fort sur l'épargne retraite », selon une « enquête flash » réalisée par Mercer, dont les résultats sont publiés jeudi 11 octobre 2012 (1). En effet, 42 % des entreprises interrogées prônent un « statu quo » sur l'intéressement et la participation, tandis que plus du quart (27 %) des entreprises disposant d'un Perco ou d'un régime à cotisations définies prévoient de « réviser leurs cotisations ou abondements ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 73 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Hausse du forfait social : Dassault Aviation confirme son intention de dénoncer son accord de participation dérogatoire

Le groupe Dassault Aviation a annoncé son intention de dénoncer l'accord de participation dérogatoire signé le 28 juin 1999, selon le syndicat CFDT. Concrètement, l'officialisation de cette dénonciation devrait intervenir le 14 septembre 2012, à l'occasion d'un CCE (comité central d'entreprise) extraordinaire. Cette décision est la conséquence de la hausse du forfait social sur l'épargne salariale, qui est passé de 8 % à 20 % le 1er août 2012, et de la suppression de l'avantage fiscal que constituait la provision pour investissement des sommes distribuées au titre de la participation pour la part excédant l'obligation légale. Sur les 100 millions d'euros distribués en 2011, en application de l'accord de participation du groupe, le nouveau forfait social représente un coût de 20 millions d'euros auquel s'ajoute « une taxation de 12 millions d'euros » au titre de la suppression de la provision.

Lire la suiteLire la suite
Hausse du forfait social : 68 % des entreprises du SFB 120 considèrent la mesure comme « inappropriée » (Towers Watson)

68 % des entreprises du SFB 120 considèrent la hausse du forfait social prévue par la deuxième LFR pour 2012 comme « inappropriée », au vu du contexte économique. C'est ce qui ressort d'une enquête flash réalisée par Towers Watson entre le 23 juillet et le 1er août 2012, et rendue publique mercredi 29 août 2012. 43 entreprises du SBF 120 y « ont fait part de leur inquiétude quant à la décision d'augmenter de 8 % à 20 % le forfait social portant notamment sur l'intéressement, la participation, l'abondement du 'PEE (plan d'épargne entreprise' ou 'Perco (plan d'épargne pour la retraite collectif)', et les contributions de l'entreprise au régime à cotisations définies ».

Lire la suiteLire la suite
La deuxième LFR pour 2012 définitivement adoptée par le Parlement. Le détail des mesures « sociales »

Le Parlement a adopté définitivement, mardi 31 juillet 2012, la deuxième LFR (loi de finances rectificative) pour 2012, dans la rédaction du texte proposé par la commission mixte paritaire, modifié par quatre amendements rédactionnels du gouvernement. Le texte abroge le dispositif de « TVA sociale », qui devait entrer en vigueur le 1er octobre prochain, ainsi que les dispositifs « Tepa » d'allègements sociaux et fiscaux des heures supplémentaires (sauf l'allègement social patronal au bénéfice des entreprises de moins de 20 salariés). Il aligne le niveau des prélèvements sociaux entre les différents éléments de rémunération que sont l'épargne salariale (hausse du forfait social), les retraites-chapeaux, les stock-options et les attributions gratuites d'actions. Il élargit le champ des indemnités de rupture assujetties dès le premier euro aux cotisations sociales, à la CSG et à la CRDS. Les parlementaires de l'opposition ont d'ores et déjà annoncé qu'ils saisiront le Conseil constitutionnel sur plusieurs dispositions de ce texte, en particulier celles qui abrogent le dispositif « Tepa » d'exonération fiscale et sociale des heures supplémentaires, pour « rupture d'égalité » de traitement en faveur des salariés relevant d'un régime annualisé.

Lire la suiteLire la suite
Forfait social : « une taxe qui ne frappe que les seules entreprises les plus exemplaires ne peut se justifier » (chefs d'entreprise)

« La première mesure du gouvernement envers les entreprises consiste à établir une taxe qui va frapper lourdement les seules entreprises profitables (sinon il n'y a rien à partager) et qui, de surcroît, partagent ce profit avec leurs salariés, c'est-à-dire précisément celles qu'il faudrait encourager. » C'est ce que pointe, à propos de la hausse du forfait social de 8 % à 20 % sur l'épargne salariale, prévue à compter du 1er août 2012, Jean-Pierre Balligand, ancien député PS de l'Aisne, coauteur du « rapport Balligand-Foucauld » sur l'épargne salariale, Laurent Bataille, président de Poclain Hydraulics, Jean-Louis Beffa, président d'honneur de Saint-Gobain, Michel Bon, président de Fondact, Jean-Marie Jestin, président du directoire du groupe Supratec, dans une tribune publiée par « Les Échos » sous le titre « Dommages collatéraux d'une nouvelle taxation ».

Lire la suiteLire la suite
La hausse du forfait social « pénalise les salariés et aggrave l'instabilité de la législation sociale » (Institut de la protection sociale)

En portant le forfait social de 8 % à 20 % à compter du 1er septembre 2012, « le projet de loi de finances rectificative pénalise fortement les salariés et aggrave l'instabilité de la législation sociale pour les TPE - PME ». C'est ce qu'affirme l'Institut de la protection sociale, dans un communiqué publié le 6 juillet 2012 (1). Cette mesure est censée rapporter 550 millions d'euros dès 2012 puis 2,3 milliards d'euros en 2013. La hausse ne serait toutefois pas appliquée aux contributions patronales finançant les régimes de prévoyance complémentaire, rappelle l'IPS (Institut de protection sociale). Il en résulterait une « complexité croissante avec l'application de deux taux » : il y aurait désormais un taux normal de 20 % (épargne salariale) avec une exception de 8 % (contributions patronales finançant les régimes de prévoyance complémentaire).

Lire la suiteLire la suite
Hausse du forfait social : les recettes escomptées sont « largement illusoires au regard des dommages collatéraux » (Fondact)

Les recettes escomptées d'un relèvement du forfait social de 8 % à 20 % sur les sommes distribuées par les entreprises au titre de l'intéressement et de la participation « sont en fait largement illusoires au regard des dommages collatéraux qu'elles provoqueraient », estime Fondact, association d'entreprises qui a vocation à promouvoir les démarches participatives, présidée par Michel Bon, dans un argumentaire contre la hausse du forfait social mis en ligne le 1er juillet 2012. Au total, la mesure envisagée par le gouvernement générerait 4 milliards d'euros de charges supplémentaires en année pleine supportées exclusivement par les entreprises. Fondact « demande aux responsables politiques de bien peser les risques d'une telle décision, qui ne peut rester sans conséquence sur l'attitude des entreprises sur ce sujet ».

Lire la suiteLire la suite