Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Préparation de la loi : un bac pro en quatre ans pourrait être réintroduit pour les élèves en difficultés

Le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, serait favorable à la mise en place d'un parcours en quatre ans pour les élèves en difficultés scolarisés en bac professionnel, apprend AEF de sources syndicales, mardi 16 octobre 2012, à l'issue de la deuxième journée de négociations entre les organisations syndicales et le ministère de l'Éducation nationale en vue de la préparation de la loi d'orientation et de programmation pour l'école (AEF n°204426 et AEF n°204613). Un module d'accompagnement pour les élèves en difficulté serait également proposé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Préparation de la loi d'orientation : Vincent Peillon promet de ne pas augmenter le temps de travail des enseignants

Le ministre de l'Éducation nationale, Vincent Peillon, a confirmé aux organisations syndicales le passage à la semaine de 4,5 jours avec des journées de travail d'une durée de 5 heures de cours, avec une demi-journée le mercredi matin de 3 heures. C'est ce qu'indiquent plusieurs sources à AEF, le 16 octobre 2012, à l'issue de la matinée de la deuxième journée de négociations en vue de la préparation de la loi d'orientation et de programmation pour l'école (AEF n°204613). Les enseignants garderont le même volume de service hebdomadaire et annuel. Selon les premiers éléments, le ministre envisage que le temps libéré par le raccourcissement des journées scolaires soit reporté sur une aide au devoirs. Ce temps de travail serait intégré dans le temps de travail hebdomadaire, le temps d'enseignement des professeurs des écoles serait de 23h. La question de la compensation financière de la demi-journée supplémentaire travaillée (le mercredi) doit encore faire l'objet de négociations, ainsi que son incidence en termes de conditions de travail et de conditions de vie des enseignants.

Lire la suiteLire la suite