Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

« Les policiers porteront un élément d'identification sur leur uniforme ou sur leur brassard » (Manuel Valls sur France inter)

« Nous allons adresser, avec la garde des Sceaux, une circulaire concernant les règles en matière d'intervention de contrôle d'identité et, après consultation avec les syndicats, les policiers porteront un élément d'identification sur leur uniforme ou sur leur brassard ». C'est ce qu'indique le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, mercredi 17 octobre 2012. Interrogé sur France inter, il réagit à la proposition du Défenseur des droits de rétablir un matricule sur les uniformes des forces de l'ordre (AEF Sécurité globale n°204435). « Nous avons besoin de cet élément d'identification », souligne le ministre. Sur le reçu de contrôle d'identité, il affirme : « Je ne veux pas que les policiers aient une tracasserie administrative supplémentaire. Ils en ont déjà beaucoup et malheureusement, on a fait la démonstration que le récépissé lui-même n'était pas efficace » (AEF Sécurité globale n°206549). Il précise qu'un « arbitrage a été rendu sur ce sujet par le Premier ministre ». Jean-Marc Ayrault a en effet affirmé, jeudi 27 septembre, que le projet de récépissé lors des contrôles d'identité « n'était pas la bonne réponse » (AEF Sécurité globale n°205627).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Antiterrorisme : le texte adopté par le Sénat en première lecture « construit un surcroît de sécurité », selon Manuel Valls

Le Sénat adopte, mardi 16 octobre 2012 en fin de soirée, le projet de loi « relatif à la sécurité et à la lutte contre le terrorisme » en première lecture (AEF Sécurité globale n°204848 et n°205194). Le texte, sur lequel le gouvernement a engagé la procédure accélérée, doit à présent être validé par l'Assemblée nationale. « Avec ce projet de loi, nous construisons un surcroît de sécurité pour nos concitoyens », se félicite le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, en ouverture des débats. Pour l'élaboration du texte, « nous avons pris le temps de la concertation, examiné toutes les propositions sans esprit partisan, travaillé en complémentarité avec la garde des Sceaux », poursuit-il. « La coordination entre sécurité intérieure et justice est l'un des atouts du modèle français, nous devons le préserver. Ce projet de loi de mobilisation est donc le fruit d'un travail commun. Tout ce qui était utile aux services a été retenu et nous nous sommes gardés de toute surenchère. » Et d'ajouter : « Nous devons être unis dans la lutte contre le terrorisme. »

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Le Défenseur des droits propose quatre options pour la mise en oeuvre d'un reçu de contrôle d'identité en France

« La solution du 'récépissé', y compris dans sa forme la plus aboutie (Royaume-Uni et États-Unis), ne règle pas au fond le problème des contrôles discriminatoires lorsqu'ils se produisent. En revanche, elle apparaît, par ses seuls effets mécaniques, comme une source de réduction du nombre des contrôles et, par suite, du nombre de contrôles abusifs. » C'est ce qu'indique le Défenseur des droits dans son rapport relatif aux relations police-citoyens et aux contrôles d'identité, rendu public mardi 16 octobre 2012. Le Défenseur des droits, Dominique Baudis, constate que la remise d'un formulaire lors des contrôles « a entraîné une diminution quantitative des contrôles d'identité ». Ces contrôles « se révèlent par contre beaucoup plus pertinents. Cette efficacité accrue est mesurable par le ratio simple du nombre de contrôles effectués par rapport au nombre de contrôles aboutissant à la constatation d'infractions ». Cependant, malgré l'existence de ces dispositifs, « les associations de défense des droits de l'homme, la presse et les organismes de contrôles mis en place affirment que la police continue de pratiquer des contrôles plus fréquents envers les populations 'minoritaires' »

Lire la suiteLire la suite
Contrôle d'identité : le Défenseur des droits préconise le retour du matricule sur l'uniforme et l'encadrement juridique des palpations

« Toute évolution » de l'encadrement des contrôles d'identité « suppose trois pré-requis : l'identification des auteurs de contrôles ; l'encadrement des palpations de sécurité qui accompagnent les contrôles ; l'expérimentation préalable de tout dispositif de régulation des contrôles ». C'est ce qu'indique le Défenseur des droits dans son rapport relatif aux relations police-citoyens et aux contrôles d'identité, rendu public mardi 16 octobre 2012 (AEF Sécurité globale n°204436). Le Défenseur des droits regrette « qu'en dépit d'un constat partagé sur la dégradation des relations police-public, aucun travail d'envergure n'a jamais été initié par les pouvoirs publics pour analyser les pratiques et mesurer les effets des modes d'intervention des forces de l'ordre auprès de la population ».

Lire la suiteLire la suite