Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

La protection judiciaire de la jeunesse prend en charge 100 000 mineurs délinquants par an (Mireille Gaüzerre, PJJ)

« Chaque année, la PJJ prend en charge 100 000 mineurs délinquants. En ce moment, nous en prenons en charge un peu moins de 50 000. Ils sont, pour 95 % d'entre eux, en milieu ouvert. C'est à dire qu'ils sont pris en charge par les services de la PJJ six jours sur sept et 52 semaines par an. Mais, ils ne sont pas hébergés. » C'est ce qu'indique Mireille Gaüzerre, lundi 29 octobre 2012. L'adjointe au directeur de la PJJ, Jean-Louis Daumas, s'exprimait lors des journées d'études internationales sur « l'éducation à l'épreuve de la détention », organisées avec la direction de la PJJ, le groupement d'intérêt public « mission de recherche droit et justice » et l'école de droit de Sciences Po.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La direction de la PJJ « a conduit un effort considérable de restructuration de ses établissements et services » (rapport)

La direction de la PJJ « a conduit un effort considérable de rationalisation, de restructuration de ses établissements et services du secteur public ». C'est ce qu'indique le député Christian Eckert (SRC, Meurthe-et-Moselle) dans ses commentaires sur l'exécution du budget 2011 pour la mission « Justice ». Son rapport a été publié le 5 juillet 2012 dans le cadre de l'élaboration de la loi de règlement des comptes pour l'année 2011, publiée au Journal officiel du 1er août 2012. Il explique que « les établissements de petite capacité ou sous-utilisés ont été fermés ou complètement transformés, les autres établissements ont été rénovés et mis aux normes ou agrandis, leurs équipes étant renforcés afin de concentrer les moyens sur un nombre réduit de structures ».

Lire la suiteLire la suite