Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Pour la « première fois, la statistique de la population sous écrou n'est pas publiée dans des délais raisonnables » (Pierre-Victor Tournier)

« Il y a trois façons de résoudre le problème de la surpopulation dans les prisons. La première, c'est d'augmenter le nombre de places. La deuxième, c'est de diminuer le nombre de détenus. La troisième, c'est de supprimer la statistique ! » C'est ce qu'indique Pierre-Victor Tournier, directeur de recherche au CNRS et président de l'association « DES Maintenant en Europe », mercredi 7 novembre 2012. Il était auditionné par la mission d'information sur les moyens de lutte contre la surpopulation carcérale de la commission des Lois de l'Assemblée nationale.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 95 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Surpopulation carcérale : le magistrat Éric Senna propose de créer des « centres de réinsertion active »

Il faut créer des « centres de réinsertion active », indique Éric Senna, magistrat et conseiller à la cour d'appel de Montpellier. Il était auditionné, mardi 30 octobre 2012, par la mission d'information sur les moyens de lutte contre la surpopulation carcérale de la commission des Lois de l'Assemblée nationale. « On a une floraison de différentes structures », comme les centres pour peines aménagées, les « quartiers nouveau concept » ou les quartiers courtes peines. « Toutes ces structures sont caractérisées par une sécurité allégée, une plus grande ouverture sur l'extérieur et une priorité donnée à l'action éducative. Il serait plus intelligible de réfléchir à un standard commun, décliné sur tout le territoire. »

Lire la suiteLire la suite
Surpopulation carcérale : il faut « renoncer à l'idée récurrente du numerus clausus » (Virgnie Valton, USM)

Il faut « renoncer à l'idée récurrente du numerus clausus » qui va contre le « principe d'individualisation de la peine », affirme Viginie Valton, jeudi 25 octobre 2012. La vice-présidente de l'USM était auditionnée par la mission d'information sur les moyens de lutte contre la surpopulation carcérale de la commission des Lois de l'Assemblée nationale. Elle suggère, en revanche, d'améliorer « le rôle des commissions d'exécution des peines ». « Mais cela suppose de dégager du temps pour les différents services d'application et d'exécution des peines, les services pénitentiaires. » La mission d'information rendra son rapport le 13 janvier 2013, annonce son président, Dominique Raimbourg (SRC, Loire-Atlantique).

Lire la suiteLire la suite
Surpopulation carcérale : le Défenseur des droits préconise « de poursuivre l'application des règles pénitentiaires européennes »

« Ce que nous préconisons, c'est de poursuivre l'application des règles pénitentiaires européennes ainsi que la labellisation des établissements au regard de ces règles européennes », explique le Défenseur des droits, Dominique Baudis, mardi 16 octobre 2012. Le Défenseur des droits était auditionné par la mission d'information sur les moyens de lutte contre la surpopulation carcérale de la commission des Lois de l'Assemblée nationale. Il explique qu'il faudrait « constituer un organe dans lequel se trouverait des personnels de l'administration pénitentiaire, des représentants syndicaux, des associations et qui aurait pour mission de suivre l'application, dans notre pays, de ces règles pénitentiaires européennes ».

Lire la suiteLire la suite
La prison n'est pas forcément « le niveau normal » de réponse pénale, selon le procureur général près la cour d'appel de Lyon, Jacques Beaume

« Il faut interrompre la survalorisation du pénal », affirme Jacques Beaume, procureur général près la cour d'appel de Lyon, lors de son audition par la mission d'information sur les moyens de lutte contre la surpopulation carcérale de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, jeudi 11 octobre 2012 (AEF Sécurité globale n°205862). Il pointe une « tendance lourde à surpénaliser, qui accoutume le juge à penser que la peine d'emprisonnement est le niveau normal de la réponse pénale dans son travail ». Pour le procureur général, « beaucoup d'incriminations sont en réalité des incriminations 'sociales', mais on pense qu'il faut les traiter par le biais de la pénalisation et de l'emprisonnement ». Il cite notamment en exemple les infractions de racolage, de mendicité agressive, de vente à la sauvette ou encore les « bagarres de gamins à l'école primaire ». « Ces faits sont effectivement des phénomènes sociaux très ennuyeux, très difficiles à gérer, mais je ne suis pas sûr que la création d'un délit soit de nature à apporter une réponse de fond », souligne-t-il.

Lire la suiteLire la suite
La solution pour lutter contre la surpopulation carcérale « c'est l'aménagement » des peines (Christine Lazerges, présidente de la CNCDH)

« La solution [pour lutter contre la surpopulation carcérale], c'est l'aménagement » des peines, affirme Christine Lazerges, mardi 25 septembre 2012. La présidente de la CNCDH était auditionnée par la mission d'information de lutte contre la surpopulation carcérale. « Une peine aménagée est une peine exécutée, explique-t-elle. S'il y a des peines non exécutées, il faut les aménager pour qu'elles soient exécutées. » Selon elle, les peines inexécutées sont à plus de 96 % des peines inférieures ou égale à deux ans. « Or la loi pénitentiaire de 2009 offre la possibilité d'aménager les peines jusqu'à deux ans, dit-elle. Ce qui veut dire que nous devrions avoir que 3,9 % de peines inexcutées. »

Lire la suiteLire la suite