Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

« Il faut agir pour que le ministère de l'Intérieur soit le plus transparent possible » (Michèle Alliot-Marie)

« Il faut agir pour que le ministère de l'Intérieur soit le plus transparent possible », affirme Michèle Alliot-Marie lors de son audition par la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, mardi 13 novembre 2012. Interrogé par le président-rapporteur de la mission, Jean-Yves Le Bouillonnec (SRC, Val-de-Marne), sur « la suspicion » envers le fonctionnement de l'ondrp (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales), elle répond : « C'est tout le ministère de l'Intérieur qui fait l'objet de suspicions. Je pense que c'est un dommage pour la République, le fait que le ministère de l'Intérieur apparaisse comme un ministère d'officines, c'est une erreur démocratique. » Pour l'ancienne ministre de l'Intérieur, « le jour où on aura une transparence, du haut en bas du ministère de l'Intérieur, cela touchera aussi les organismes qui sont autour ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 91 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
L'ONDRP « a un positionnement institutionnel assez innovant », affirme son directeur, Christophe Soullez

L'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales) « a un positionnement institutionnel assez innovant », affirme Christophe Soullez, directeur de l'ONDRP, lors de son audition par la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, mardi 6 novembre 2012. « S'il n'a pas le caractère d'un SSM (service statistique ministériel), il en exerce en tout cas toutes les missions pour le ministère de l'Intérieur, mais de par son positionnement auprès du Premier ministre, il va bien au-delà des activités d'un SSM classique. Son rattachement aux services du Premier ministre et le fait qu'il ne soit dans aucun ministère, lui confère une indépendance qui peut parfois être bien plus importante que celle d'un SSM », poursuit-il. « Pour l'ONDRP, l'impartialité et l'indépendance passe par la transparence de ses méthodes, de ses décisions et sur la nature des interprétations qu'il propose et par la diffusion de ses études », souligne Christophe Soullez.

Lire la suiteLire la suite
« C'est une nécessité que l'ONDRP ait un interlocuteur fort au sein du ministère de la Justice » (Pierre-Victor Tournier)

« Si l'on accepte de conserver l'ONDRP, il va falloir que le ministère de la Justice entre dans le jeu d'une manière ou d'une autre », affirme Pierre-Victor Tournier, directeur de recherche au CNRS, lors de son audition par la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances et de leurs conséquences, de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, mardi 30 octobre 2012 (AEF Sécurité globale n°203199). Il estime que, lors de la création de l'observatoire, « nous avons assisté à l'inertie totale des responsables du ministère de la Justice qui auraient du participer au processus de la mise en place de l'Observatoire national de la délinquance. […] C'est un véritable problème, une anomalie ». Il souligne que « c'est une nécessité que l'ONDRP, retrouvant son équilibre entre les ministères de la Justice, de l'Intérieur et tous les autres, ait un interlocuteur fort au sein du ministère de la Justice ». Il propose donc la création d'une « structure de coordination au sein du secrétariat général du ministère de la Justice, qui porterait sur la production statistique, la production d'études, d'évaluations voire de recherches ».

Lire la suiteLire la suite
ONDRP : le député socialiste Christophe Caresche préconise « un mode de désignation du président indépendant du pouvoir exécutif » 

« Le président de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales [Alain Bauer] n'a pas réussi à donner à l'institution un caractère suffisamment indépendant par rapport à l'exécutif. Il faut corriger cela. » C'est ce qu'indique le député Christophe Caresche (SRC, Paris) lors de son audition par la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances et de leurs conséquences de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, mardi 16 octobre 2012. Il préconise « un mode de désignation indépendant du pouvoir exécutif » et propose que le président soit « désigné par une majorité des trois cinquièmes » des commissions des Lois de l'Assemblée et du Sénat. Le président de l'ONDRP doit avoir « une grande valeur morale, être au-dessus de la mêlée politique, et ne pas être lié à l'exécutif. Son mode de désignation doit donner à l'observatoire son indépendance et sa crédibilité », précise-t-il.

Lire la suiteLire la suite
« La statistique de la délinquance est un outil de réduction et de déformation des métiers de policier et de gendarme » (Laurent Mucchielli)

« Il faut inventer de nouveaux indicateurs pour essayer de rendre compte de toute la diversité des métiers de la police », affirme le sociologue Laurent Mucchielli lors de son audition par la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances et de leurs conséquences de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, mardi 9 octobre 2012. « La statistique de police et de gendarmerie actuelle ne rend compte que d'un volet très particulier de l'activité des policiers et des gendarmes, l'activité procédurale des services de police judiciaire. Or elle est prise comme l'outil d'évaluation des policiers et des gendarmes. Quid des services de renseignement, de maintien de l'ordre ? Quid des convoyages de suspects ou de détenus ? Et surtout, quid de ce qui occupe en réalité la majorité du temps des policiers et des gendarmes de base à savoir les missions de secours, le dialogue et la médiation, les contrôles… ? » s'interroge le chercheur au CNRS. « Il n'existe aucune statistique pour compter et valoriser ces missions, il me semble que c'est un problème majeur », souligne-t-il.

Lire la suiteLire la suite