Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Emplois d'avenir : la région Lorraine et l'État signent un accord-cadre. 10 000 contrats visés en 2014

« Nous signons là un accord-cadre important, pour assurer que le dispositif des emplois d'avenir soit bien emboîté, entre ce qui est mis à disposition par l'État et ce que propose la région en matière de formation. […] Le couple État-région doit s'investir complètement dans cette politique en faveur des jeunes », annonce Nacer Meddah, préfet de région Lorraine, aux côtés de Jean-Pierre Masseret (PS), président du conseil régional de Lorraine, à l'occasion de la signature officielle d'un « accord-cadre État-région sur les emplois d'avenir » et de celle d'un premier contrat aidé par l'État en région Lorraine, jeudi 15 novembre 2012, dans les locaux de Metz-Borny de la mission locale de Metz. Cette nouvelle génération de contrats aidés, créée par la loi du 9 octobre 2012 (AEF n°203462), s'adresse « aux jeunes de 16 à 25 ans pas ou peu qualifiés, ou jusqu'à 30 ans pour ceux qui sont reconnus travailleurs handicapés ». « Une proportion importante, de l'ordre de 30 %, sera consacrée aux jeunes issus des quartiers sensibles, qu'il s'agisse de ZUS (zones urbaines sensibles) ou de ZRR (zones de revitalisation rurale) », précise le préfet.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Emplois d'avenir : les décrets d'application publiés au Journal officiel

Trois décrets et un arrêté relatifs aux emplois d'avenir sont publiés au Journal officiel du 1er novembre 2012 (AEF n°203155), quelques jours après la publication de la loi au JO du 27 octobre 2012 (AEF n°203462). Un décret précise les critères d'éligibilité à l'emploi d'avenir des jeunes et des employeurs, le mode de fixation de l'aide à l'employeur et le contrôle de ses obligations en matière de formation du salarié. Un deuxième décret tire les conséquences réglementaires de la dématérialisation de la prescription des contrats uniques d'insertion introduite par la loi. Un arrêté fixe le montant de l'aide de l'État pour les emplois d'avenir. Enfin, un troisième décret prévoit l'entrée en vigueur immédiate des dispositions fixées par ces deux décrets et par l'arrêté.

Lire la suiteLire la suite
Emplois d'avenir : la loi publiée au Journal officiel

La loi portant création des emplois d'avenir est publiée au Journal officiel du samedi 27 octobre 2012 (AEF n°203470). Le projet de loi avait été définitivement adopté par le Parlement le 9 octobre 2012 (AEF n°204859) et validée le 24 octobre 2012 par le Conseil constitutionnel avec une réserve, le Conseil jugeant que les employeurs publics ne sauraient recourir à ces contrats aidés que dans le cadre des contrats de travail à durée déterminée pour les CAE (contrats d'accompagnement dans l'emploi) (AEF n°203706).

Lire la suiteLire la suite
Emplois d'avenir : le détail du projet de loi adopté par le Parlement

Le projet de loi portant création des emplois d'avenir a été définitivement adopté par le Parlement mardi 9 octobre 2012, dans la soirée, après un ultime vote du Sénat. Le texte issu de la CMP (commission mixte paritaire) réunie mardi 2 octobre avait été adopté par les députés hier en fin d'après-midi. Le gouvernement s'est fixé l'objectif de 150 000 emplois d'avenir : 100 000 en 2013 et 50 000 supplémentaires en 2014, dont 18 000 emplois d'avenir « professeur » au sein de l'Éducation nationale (AEF n°204902). Les premiers contrats pourraient être signés dès le 2 novembre 2012. Le coût de ce dispositif, promesse de campagne du président de la République, est estimé à 1,5 milliard d'euros par an en rythme de croisière.

Lire la suiteLire la suite