Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La Cour des comptes recommande d' « étudier l'option d'un désengagement des CRS du secours en montagne »

La Cour des comptes recommande d' « étudier l'option d'un désengagement des CRS du secours en montagne et sa prise en charge complète dans les secteurs concernés par les unités spécialisées de la gendarmerie ». Dans un rapport sur l'organisation du secours en montagne et de la surveillance des plages, publié mercredi 14 novembre 2012, elle constate que « l'organisation de la gendarmerie, ainsi que le principe de disponibilité permanente auquel sont astreints les militaires, leur permettent de répondre aux mêmes besoins opérationnels à moindre coût ». La Cour des comptes précise que « l'organisation territoriale des CRS dans le domaine du secours en montagne s'appuie sur six sections et détachements dont l'implantation n'a pas évolué, sauf pour une, depuis 1958 » et que « leur commandement n'est pas unifié ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Deux rapports font le point sur les missions régaliennes de la police et sur les activités à transférer

Un rapport d'un groupe de travail consacré aux « missions régaliennes » de la police constate un « accroissement très sensible des charges de l'État » en matière de sécurité. « Cette extension ne peut être sans limite, pour des raisons philosophiques et politiques mais, aussi, budgétaires », est-il écrit. En effet, « les moyens de la puissance publique ne sont pas indéfiniment extensibles et sont aujourd'hui fortement impactés par les contraintes financières ». Ces observations conduisent les syndicats policiers « à convenir qu'il ne peut plus être question d'un État Providence, s'occupant de tout ». Ce document de quatre pages, qu'AEF Sécurité globale s'est procuré, est le fruit de réunions entre des membres de la direction générale de la police et les syndicats (AEF Sécurité globale n°266910). Philippe Laureau, directeur des services actifs honoraire, et Marc Baudet, commissaire divisionnaire à l'IGPN, étaient respectivement président et rapporteur de ce groupe de travail.

Lire la suiteLire la suite