Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Climat : la concentration de CO2 dans l'atmosphère a atteint 390,9 ppm en 2011 (OMM)

La concentration de CO2 dans l'atmosphère a atteint 390,9 ppm (parties par million) en 2011, soit une augmentation de 140 % par rapport aux niveaux préindustriels (avant 1750). Entre 2010 et 2011, le taux d'accroissement du CO2 dans l'atmosphère est proche de la moyenne des dix dernières années (2,0 ppm). C'est ce qu'indique le bulletin annuel de l'OMM (Organisation météorologique mondiale) sur les gaz à effet de serre pour l'année 2011, publié mardi 20 novembre 2012. En 2010, la concentration de CO2 était de 389 ppm. Selon le Giec, il existe une chance sur deux de limiter le réchauffement de la planète à 2°C d'ici 2100 en stabilisant la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère à 450 ppm.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Climat : les pays doivent améliorer leur intensité carbone de 5,1 % par an d'ici à 2050 pour rester sous la barre des 2°C (étude PwC)

Les pays développés et émergents doivent améliorer leur intensité carbone de 5,1 % par an d'ici 2050 pour limiter la hausse de la température mondiale à 2°C d'ici la fin du siècle, indique l'étude annuelle de Pricewaterhousecooper, Low carbon economy index 2012, publiée lundi 5 novembre 2012. Selon le cabinet de conseil, les pays développés et émergents n'ont amélioré leur intensité carbone que de 0,7 % en 2011 et de 0,8 % entre 2000 et 2010. Par conséquent, « même en doublant ce taux, nous risquons d'atteindre un réchauffement de l'ordre de six degrés Celsius. Pour nous donner véritablement une chance sur deux de ne pas dépasser deux degrés, il faudrait multiplier par six notre taux de décarbonisation », indique l'étude.

Lire la suiteLire la suite