Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Sciences Po : Jean Gaeremynck, président adjoint de la section des finances du Conseil d'État, est nommé administrateur provisoire

« Après avoir consulté les présidents des deux conseils, j'ai décidé de confier [la] responsabilité [de l'administration provisoire de Sciences Po] à Jean Gaeremynck, Conseiller d'État, président adjoint de la section des finances du Conseil d'État », écrit Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, mercredi 28 novembre 2012, dans un communiqué de presse. « Les grandes compétences et l'expérience confirmée de M. Gaeremynck lui confèrent toute l'autorité pour atteindre les objectifs qui seront confirmés par une lettre de mission : assurer la continuité de direction à la tête de l'IEP de Paris ; engager la mise en oeuvre des recommandations de la Cour des comptes pour mettre fin aux dysfonctionnements relevés par celle-ci et améliorer la gouvernance (AEF n°201744) ; préparer avec les conseils dirigeants les conditions de nomination du futur directeur, dans les meilleurs délais ; proposer, en lien avec la Fondation nationale des sciences politiques, l'adaptation des statuts de Sciences Po. »

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
J-C. Casanova à l'Assemblée nationale : « Tout vient de la rémunération de Richard Descoings. Cela a consumé son image et il en est mort »

« Il y a deux problèmes délicats [relevés dans le rapport de la Cour des comptes], ce sont la rémunération de Richard Descoings et la mission lycées. Tout vient de cette rémunération. Cela a consumé son image, il en a souffert très profondément, et je peux dire qu'il en est mort », déclare Jean-Claude Casanova, président de la FNSP, devant la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée nationale, jeudi 22 novembre 2012, jour de la publication du rapport de la Cour des comptes sur Sciences Po (AEF n°201744, n°201696, n°201676 et n°201729). « Entre 2007 et 2012, il n'y a eu aucun changement dans la position de Richard Descoings sur sa rémunération : il disait qu'il était conseiller d'État, qu'il avait 50 ans et qu'il était en concurrence avec des écoles comme HEC et des grandes universités étrangères (…). Il est vrai que comparé au monde universitaire strict, sa rémunération était quatre à cinq fois au-dessus. Mais de mon point de vue, elle a été décidée régulièrement. Elle n'était pas publique, et sa publicité a créé un problème. Peut-être était-il trop payé ? En tout cas, je dédierai un bâtiment de Sciences Po à sa mémoire, car je ne crache pas sur les cadavres. »

Lire la suiteLire la suite
Sciences Po : Geneviève Fioraso va désigner un nouvel administrateur provisoire

« Après avoir consulté les présidents des deux conseils [de Sciences Po], je désignerai dans quelques jours un nouvel administrateur provisoire de l'IEP. » C'est ce que fait savoir Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, jeudi 22 novembre, dans un communiqué de presse après la publication par la Cour des comptes d'un rapport intitulé « Sciences Po : une forte ambition, une gestion défaillante » (AEF n°201744). Ce rapport « confirme les anomalies et les dysfonctionnements relevés par le rapport provisoire », justifie la ministre, qui « observe que leur gravité a conduit la Cour à déférer certains de ces faits devant la CDBF (Cour de discipline budgétaire et financière) ». « Il faut en tirer les conséquences », poursuit Geneviève Fioraso. « Les conditions ne sont pas réunies, dans un tel contexte, pour donner suite aux délibérations des deux conseils dirigeants de Sciences Po et pour procéder à la nomination d'un directeur. » Fin octobre, le conseil d'administration de la FNSP et le conseil de direction de l'IEP avaient tous deux désigné Hervé Crès, actuellement administrateur provisoire de Sciences Po Paris, pour succéder à Richard Descoings à la direction de l'établissement (AEF n°203351 et n°203390).

Lire la suiteLire la suite
URGENT. Sciences Po : la Cour des comptes saisit la Cour de discipline budgétaire et financière

« La troisième chambre de la Cour des comptes, qui a effectué les contrôles dont il est rendu compte dans le présent rapport public, a décidé de saisir la Cour de discipline budgétaire et financière de certains faits constatés et a transmis le dossier au parquet général à cette fin », lit-on en conclusion générale du rapport public thématique de la Cour des comptes consacré à l'IEP de Paris, intitulé « Sciences Po : une forte ambition, une gestion défaillante », rendu public jeudi 22 novembre 2012 et dont l'essentiel du contenu avait déjà été publié par AEF (AEF n°203547, n°203509, n°203489 et n°203497). Les faits dont est saisie la CDBF ne sont pas précisément énoncés dans le rapport, mais la Cour écrit néanmoins dans sa conclusion : « Les irrégularités et dysfonctionnements constatés dans le suivi du service des enseignants-chercheurs ou dans la gestion des logements de fonction résultent d'une gestion laxiste qui a accompagné la stratégie d'attractivité mise en place par Sciences Po dans le cadre de sa politique de recrutement. »

Lire la suiteLire la suite
Sciences Po : des représentants élus du personnel dénoncent une « usurpation de légitimité et d'identité » par les organisateurs de l'AG

Des représentants élus du personnel de Sciences Po, issus des organisations Unsa et CFTC (1), adressent, vendredi 16 novembre 2012, une lettre à la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche dans laquelle ils dénoncent une « usurpation de légitimité et d'identité », qui « s'est produite lors de l'assemblée générale ciblée » du 14 novembre (AEF n°202323), « qui n'avait de 'générale' que le nom, obéissant à une logique de regroupement corporatiste et clivante ». Ce jour-là, 119 personnels de Sciences Po (2) ont en effet voté une motion pour demander le départ de Jean-Claude Casanova, président du conseil d'administration de la FNSP, et de Michel Pébereau, président du conseil de direction de l'IEP. « Le mécontentement des salariés est intense lorsqu'ils apprennent par la presse que ce collectif s'exprime au nom 'des personnels de Sciences Po', voire 'de tous les salariés de Sciences Po' », écrivent les sept élus, dont se sont en revanche désolidarisés les élus du personnel issus des organisations CFDT et CGT.

Lire la suiteLire la suite