Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Assises nationales : faire reconnaître le doctorat dans les conventions collectives « est une évidence » (Albert Fert, prix Nobel de physique)

« La proposition 54 du comité de pilotage pour la reconnaissance du doctorat est une évidence ! » Telle est l'appréciation portée par Albert Fert, prix Nobel de physique 2007 et professeur émérite à l'université Paris-Sud, sur l'une des propositions faites par le comité de pilotage des assises nationales de l'enseignement supérieur et de la recherche, débattues durant les assises lors de l'atelier sur « donner une nouvelle ambition pour la recherche », lundi 26 novembre 2012 au Collège de France à Paris (AEF n°201293, n°201312 et n°201402). Cette proposition vise à « faire reconnaître le doctorat dans les grilles de la haute fonction publique » et à « négocier avec les filières pour que le doctorat soit valorisé dans les conventions collectives des branches professionnelles ». En outre, le comité de pilotage préconise de « prendre en compte le doctorat dans les concours d'accès à la fonction publique et inscrire à terme (dix ans) un quota minimal de docteurs dans les grands corps de l'État ». Albert Fert, qui est directeur scientifique d'une unité mixte de recherche associant le CNRS et le groupe Thales, pense à ce sujet que « le rapprochement entre grandes écoles et universités à travers les idex (initiatives d'excellence) devrait favoriser le passage des docteurs vers l'entreprise ». Mais il observe aussi que « si les ingénieurs docteurs sont recrutés assez facilement par les entreprises, c'est plus difficile pour les docteurs de formation universitaire ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 82 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Assises nationales : « Une grande ambition de la recherche n'est pas compatible avec la précarité » (Pierre Tambourin)

« La loi Sauvadet part de principes a priori vertueux, mais son application met fin brutalement à des CDD occupés par des jeunes chercheurs qui se retrouvent sans situation de rechange. » C'est ainsi que Cédric Villani, médaille Fields 2010 et membre du comité de pilotage des assises nationales de l'enseignement supérieur et de la recherche, introduit le thème de la « précarité » lors de l'atelier « Donner une nouvelle ambition à la recherche » qui se tient lundi 26 novembre 2012 au Collège de France, à Paris, dans le cadre des assises nationales (AEF n°201468). « Le problème se pose d'ailleurs, semble-t-il, de façon assez différente selon les disciplines, les plus touchées étant la biologie et les sciences humaines et sociales », poursuit-il. En restituant les conclusions de l'atelier, mardi 27 novembre, Pierre Tambourin, directeur général de Génopole et membre du comité de pilotage, avoue avoir « découvert l'ampleur du problème : le nombre d'emplois précaires a explosé. » Il retient notamment des débats qu' « une grande ambition de la recherche n'est pas compatible avec la précarité de la jeunesse », et qu' « un recrutement massif des précaires sans création de postes serait une catastrophe ».

Lire la suiteLire la suite
Assises nationales : les propositions sur la recherche soumises au débat par le comité de pilotage

« Remplacer en deux ans un grand nombre d'entités existantes (labex, RTRA, GIS, équipex, etc.), ayant toutes pour objectif de faire coopérer des équipes de manière transverse aux unités de recherche, par un seul outil coopératif type, simple, léger et sans personnalité morale, doté d'un conseil scientifique et le cas échéant pédagogique : le groupement de coopération scientifique. » Telle est l'une des 121 propositions que le comité de pilotage des assises de l'enseignement supérieur et de la recherche soumet au débat lundi 26 novembre 2012, à l'occasion des assises nationales qui se tiennent au Collège de France à Paris, les 26 et 27 novembre 2012. « Ces propositions ont vocation à être examinées et débattues » dans les ateliers qui se tiennent ce lundi, précise le comité de pilotage. « Elles ne correspondront donc pas forcément aux propositions formulées in fine par le rapporteur général. » Ce dernier doit remettre son rapport mi-décembre au président de la République. Ensuite, la « loi d'orientation », qui doit remplacer la loi sur la recherche de 2006 et la loi LRU de 2007, sera présentée fin janvier 2013 pour être votée avant juin sans procédure d'urgence, précise la ministre, Geneviève Fioraso, lors d'une conférence de presse.

Lire la suiteLire la suite