Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Chômage des jeunes : la Commission européenne recommande l'introduction d'une « Garantie pour la jeunesse »

« Donnant suite aux demandes du Conseil européen et du Parlement européen, la Commission a inclus dans son 'Paquet emploi jeunes' une proposition de recommandation aux États membres concernant l'introduction d'une 'Garantie pour la jeunesse'. Celle-ci vise à ce que tous les jeunes jusqu'à l'âge de 25 ans se voient proposer une offre de qualité portant sur un emploi, un complément de formation, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant leur sortie de l'enseignement formelle ou la perte de leur emploi », annonce la Commission européenne dans un communiqué paru mercredi 5 décembre 2012. La recommandation proposée appelle les États membres à « établir des partenariats solides avec des parties prenantes, à assurer l'intervention à un stade précoce des services de l'emploi et d'autres partenaires qui soutiennent les jeunes, à prendre des mesures d'aide à l'insertion professionnelle, à tirer pleinement parti du Fonds social européen et des autres fonds structurels à cette fin, à évaluer et à améliorer constamment les dispositifs de 'Garantie pour la jeunesse' et à les mettre en œuvre dans les meilleurs délais ». La Commission précise qu'elle « laisse aux États membres le soin de définir le cadre institutionnel au sein duquel ladite 'Garantie' sera fournie ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Emploi des jeunes : Pôle emploi et les missions locales ont dépassé les objectifs initiaux d'accompagnement de l'ANI du 7 avril 2011

Pôle emploi et les missions locales atteignent largement leurs objectifs en matière d'accompagnement des jeunes pour accéder à l'emploi. C'est ce qui résulte du deuxième bilan chiffré relatif à la mise en oeuvre de l'accord national interprofessionnel du 7 avril 2011 « sur l'accompagnement des jeunes demandeurs d'emploi dans leur accès à l'emploi ». Après un premier bilan d'étape réalisé fin mars 2012 portant principalement sur la première phase de l'accompagnement (AEF n°217792), c'est-à-dire la phase de diagnostic de la situation du jeune et de construction de son projet professionnel, ce deuxième bilan présenté en comité de pilotage paritaire de l'ANI, mardi 27 novembre 2012, montre que Pôle emploi et le réseau des missions locales ont suivi plus de 30 000 jeunes chacun sur la première phase et près de 20 000 jeunes chacun dans la deuxième phase visant à définir le plan d'action et à lancer l'accompagnement intensif.

Lire la suiteLire la suite
Europe : un « consensus » se dessine sur la notion de salaire minimum au sein de la CES (Bernadette Ségol, secrétaire générale)

« Nous arrivons à un consensus » sur la notion de salaire minimum au niveau européen, annonce la secrétaire générale de la CES (Confédération européenne des syndicats), mardi 3 avril 2012, à l'occasion d'une rencontre organisée par l'Ajis (Association des journalistes de l'information sociale). Alors que, faute d'accord entre syndicats adhérents, le congrès d'Athènes en mai 2011 avait préféré confier le sujet à la nouvelle équipe confédérale, la CES semble aboutir sur le sujet (AEF n°240507) et devrait inclure ce salaire minimum dans un « pacte social » qui sera présenté avant l'été. En pratique, le « consensus » en question consiste à dire que « là où les organisations syndicales considèrent qu'un salaire minimum est nécessaire, ce qui n'est pas le cas dans les pays nordiques ou en Italie, il devra s'élever progressivement à 50 % du salaire moyen ou à 60 % du salaire médian » du pays en question, précise Bernadette Ségol.

Lire la suiteLire la suite