Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Royaume-Uni : l'introduction d'un critère d'impact dans l'évaluation de la recherche universitaire provoque « des réactions fortes » (rapport)

« À partir de 2014, le Royaume-Uni utilisera un nouveau système d'évaluation de la qualité de la recherche universitaire, le REF (Research excellence framework). (…) La grande nouveauté du REF est d'ajouter à l'évaluation [existante], menée par des panels d'experts par discipline, la prise en compte de l'impact socio-économique de la recherche. » C'est ce qu'écrit Adélaïde Ploux-Chillès, auteure d'un rapport intitulé « Évaluation de la recherche universitaire, exemple du Research excellence framework au Royaume-Uni », supervisé par Maggy Heintz et édité par le service pour la Science et la technologie de l'Ambassade de France au Royaume-Uni en août 2012. L'inclusion du nouveau critère d'impact produit, selon ce rapport, « des réactions fortes et contrastées ». « Une certaine incertitude pèse sur la manière dont il va être évalué. Il risque par ailleurs d'alourdir l'exercice. Enfin, pour beaucoup, c'est un critère d'évaluation en faveur de la recherche appliquée au détriment de la recherche fondamentale. »

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 88 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Royaume-Uni : les bourses de recherche pourraient être conditionnées à la signature d'un code de bonne conduite scientifique

La UUK (Universities UK, l'équivalent britannique de la CPU) et plusieurs agences de financement de la recherche et de l'enseignement supérieur (1) signent, le 11 juillet 2012, un « concordat pour l'intégrité de la recherche ». Dans cet accord, figurent cinq engagements destinés à « fournir un cadre national pour la bonne conduite de la recherche » : « maintenir les plus hauts standards de rigueur et d'intégrité dans tous les aspects de la recherche » ; « s'assurer que la recherche est menée dans un cadre, avec des obligations et des standards éthiques, légaux et professionnels adaptés » ; « financer un environnement de recherche qui s'appuie sur une culture de l'intégrité et se fonde sur la bonne gouvernance, de bonnes pratiques, et un soutien pour le développement des chercheurs » ; « avoir recours à des processus transparents, solides et équitables dans le cas où des allégations de mauvaises pratiques seraient rapportées » ; « travailler ensemble pour renforcer l'intégrité de la recherche et examiner les progrès accomplis de façon régulière et ouverte ».

Lire la suiteLire la suite
Royaume-Uni : le gouvernement va investir 310 millions d'euros dans les instituts « de pointe » en biotechnologie et en biologie

« Le BBSRC (Biotechnology and Biological Sciences Research Council – Conseil pour la recherche en sciences biotechnologiques et biologiques) va accorder des subventions substantielles, d'une valeur de 250 millions de livres [310 millions d'euros] aux instituts de recherche de pointe. Ces subventions comprennent 14,5 millions de livres [18 millions d'euros] pour le centre mondial d'analyse du génome de Norwich. » C'est ce qu'annonce David Willetts, ministre britannique des Universités et la Science dans un discours prononcé le 24 mai 2012 à l'université d'East Anglia (Norwich, Angleterre). « À l'heure actuelle, nous pouvons cultiver à peine plus de douze tonnes de blé à l'hectare dans les parties les plus efficaces et rentables du pays. Le BBSRC a fixé comme objectif d'atteindre 20 tonnes de blé à l'hectare d'ici à 2020. Cela sera vraiment la prochaine révolution agricole. La recherche que nous finançons aidera à ce qu'elle ait lieu. »

Lire la suiteLire la suite
Le Royaume-Uni prépare l'accès en open access aux résultats de la recherche, un « bouleversement sismique pour l'édition scientifique »

« Le gouvernement s'est engagé sur le principe d'un accès public aux résultats de recherche financés par l'argent public. […] Les contribuables qui financent la recherche scientifique doivent pouvoir y avoir accès. » C'est ce que déclare David Willetts, le ministre britannique des Universités et de la Science dans un discours prononcé mercredi 2 mai 2012 à l'occasion de la conférence annuelle des éditeurs, dans lequel il annonce officiellement le projet du gouvernement britannique de développer un site en open-access [accès libre] pour la recherche financée par l'argent public. La veille, dans une tribune parue dans le quotidien britannique « The Guardian », David Willetts promet un « bouleversement sismique pour l'édition scientifique » et annoncé « avoir fait appel » aux services du co-fondateur de l'encyclopédie en ligne Wikipédia, Jimmy Wales.

Lire la suiteLire la suite
Les salariés en science et technologie des pays nordiques et du Royaume-Uni « plus mobiles que dans les autres pays de l'UE » (OCDE)

Plus de 8 % des RHST (ressources humaines en science et technologies [1]) des pays nordiques et du Royaume-Uni ont changé d'emploi au cours de 2009, ces pays arrivant en tête de ceux où la mobilité professionnelle (2) des RHST est la plus élevée au sein de l'Union européenne, selon le « Tableau de bord 2011 » de l'OCDE pour la science, la technologie et l'industrie, dont l'édition française est parue le 14 janvier 2012 (AEF n°223692). « Les estimations d'une année à l'autre peuvent être volatiles, mais elles donnent à penser que la mobilité s'est globalement ralentie entre 2000 et 2010 », relève l'étude. Pour l'OCDE, « l'acquisition de connaissances au sein des entreprises permet aux RHST de partager des informations, de remettre en question des modèles existants, d'expérimenter et de collaborer pour améliorer les produits et les procédures », et « la 'circulation des cerveaux' entre les emplois, les entreprises et les secteurs d'activité peut favoriser les transferts de connaissances, l'application du savoir à des problèmes nouveaux, et mener à l'adoption de méthodes exemplaires et à plus d'ouverture, de créativité et d'innovation ». Enfin, note l'étude, « cela peut aussi entraîner une perte de capital humain dans les entreprises qui investissent dans la formation de leur personnel ».

Lire la suiteLire la suite