Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°199529

Réseau de soins : la plate-forme santé Carte Blanche lance un nouveau réseau ouvert d'ostéopathes, en partenariat avec le syndicat SFDO

Carte Blanche, plate-forme santé par laquelle opère notamment l'assureur Swiss Life, a annoncé lundi 17 décembre 2012 un nouveau partenariat avec le SFDO (Syndicat français des ostéopathes) en vue du conventionnement de 1 500 ostéopathes adhérents au syndicat. L'accord, signé le 6 décembre dernier, sera effectif dès le 2 janvier 2013, avec la mise en ligne sur internet de l'annuaire des professionnels conventionnés. « Ce partenariat permet de mettre en lumière notre profession mais également de proposer de façon exclusive aux bénéficiaires des ostéopathes ayant bénéficié d'une formation de haute qualité », s'est félicité Philippe Sterlingot, président du SFDO. L'accord conclu avec Carte blanche – sous forme de charte – prévoit notamment que tous les ostéopathes conventionnés auront reçu une formation, initiale ou continue, équivalente à 4 200 heures d'enseignement. Un engagement de qualité des informations transmises au patient et de maîtrise des dépenses est également prévu dans l'accord, avec notamment un plafonnement par consultation qui pourrait tourner autour de 70 euros. « Dans notre logique de réseau ouvert, tout ostéopathe qui souhaitera être accrédité Carte Blanche devra répondre à ces mêmes engagements », précise Jean-François Tripodi, directeur général de Carte Blanche Partenaires. Pour l'heure, près de 900 professionnels auraient déjà signé la charte contenue dans l'accord entre la plate-forme de santé et le syndicat professionnel.

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 45 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Michel Legmann, président du Cnom, se dit hostile aux réseaux de soins et à l'avenant n°8. La CSMF dénonce un président « sous influence »

Michel Legmann, l'actuel président du Conseil national de l'Ordre des médecins, s'exprime pour la première fois sur l'avenant n°8 visant à encadrer les dépassements d'honoraires excessifs et sur les réseaux de soins dans un entretien au « Quotidien du médecin » paru lundi 3 décembre. Pour lui, « la machine à sanction est en marche » du fait du changement du processus susceptible de déboucher sur des sanctions envers les médecins pratiquant des dépassements d'honoraires « excessifs. » Le nouveau processus « donne aux caisses des pouvoirs exhorbitants », selon Michel Legmann qui ajoute : mais ce n'est pas à moi de remettre en cause la signature des syndicats admis comme représentants officiels des médecins ». Interrogé sur la proposition de loi « Le Roux », il estime que ce texte est « pire que tout » et laisse entendre qu'il remet en cause la liberté de choix des patients. « Il faut s'opposer à ce projet de loi le plus vigoureusement possible », déclare-t-il tout en admettant que Marisol Touraine « a eu un discours relativement précis en disant qu'elle était opposée à cette direction là », à savoir la remise en cause de la liberté de choix des médecins par les patients.

Lire la suiteLire la suite
Les députés votent le texte sur le fonctionnement des réseaux de soins et le conventionnement des Ocam avec les professionnels de santé

La proposition de loi « relative au fonctionnement des réseaux de soins créés par les mutuelles et aux modalités de mise en œuvre des conventions conclues entre les organismes de protection sociale complémentaires et les professionnels de santé », plus connue sous l'appellation de proposition de loi « Le Roux » du nom du président du groupe SRC, a été adoptée dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 novembre par une majorité de députés. Le groupe socialiste a voté ce texte examiné dans le cadre de la procédure de niche parlementaire. L'UMP et l'UDI ont appelé à voter contre. Le groupe GDR s'est abstenu. Lors de l'examen du texte en séance publique, Marisol Touraine a rendu hommage au travail « approfondi » réalisé par la députée Fanélie Carré-Conte, dont Arnaud Robinet (R-UMP, Marne) a estimé qu'elle n'aurait pas du être nommée rapporteure de la proposition de loi, étant une ancienne administratrice de la LMDE.

Lire la suiteLire la suite
Proposition de loi sur les réseaux de soins : la Mutualité demande aux parlementaires « de ne pas entraver la liberté conventionnelle »

La Mutualité française réagit, jeudi 22 novembre, à l'adoption hier mercredi 21 novembre de plusieurs amendements au texte de la proposition de loi n°296 du groupe SRC dont l'intitulé a été modifié par amendement pour devenir une proposition de loi « relative au fonctionnement des réseaux de soins crées par les mutuelles et aux modalités de mise en oeuvre des conventions conclues entre organismes de protection sociale complémentaire et les professionnels de santé ». Si la Mutualité se félicite « bien sûr » de l'auto-saisine du Parlement sur ce sujet, elle indique qu'elle « ne peut accepter de limitation à la liberté contractuelle [des complémentaires] seule de nature à faciliter l'accès des Français à des soins de qualité à un coût maîtrisé ». La liberté des complémentaires à contracter avec des professionnels de santé n'a pas pour but « d'aller à l'encontre du système conventionnel des régimes obligatoires ou de le perturber, mais de le renforcer notamment dans les secteurs où l'assurance maladie obligatoire n'intervient plus à un niveau suffisant. »

Lire la suiteLire la suite
« Tous les organismes de contrôle jugent logique le recours aux réseaux de soins par les mutuelles », J.-M. Cohen-Solal (colloque Les Échos)

Le directeur général de la Mutualité française, Jean-Martin Cohen-Solal, est venu défendre, le rapport 2010 de la Cour des comptes en main, le droit des mutuelles à recourir à des réseaux de soins ce mardi 20 novembre 2012 devant l'auditoire d'une conférence organisée par Les Échos sur l'économie de la santé. « Tous les organismes publics de contrôle jugent qu'il est logique que les mutuelles proposant des complémentaires santé aient le droit de faire comme les autres (…) c'est-à-dire de recourir à des réseaux de soins », avance le directeur de la Mutualité française, en citant la recommandation 58 du rapport 2010 de la Cour des comptes (1). « Trente millions de Français sont couverts via ces réseaux. C'est du gagnant-gagnant », poursuit Jean-Martin Cohen-Solal, qui ajoute que le recours à des réseaux de soins, et les premiers conventionnements de médecins - sur la base du volontariat - remontent à 1996. Poursuivant son raisonnement, Jean-Martin Cohen-Solal ajoute que « le taux d'effort des Français est à son maximum. Si on veut améliorer la qualité des futures complémentaires santé, il faut nécessairement maîtriser la hausse des dépenses (…), c'est tout le débat. Et les organismes complémentaires devraient pouvoir participer à la régulation des coûts. »

Lire la suiteLire la suite
Maîtrise des dépenses de santé : les complémentaires santé et les réseaux mutualistes peuvent-ils jouer un rôle bénéfique ?

Quel peut-être le rôle des complémentaires santé dans le maintien d'un système de santé solidaire à la française ? Telle était l'une des questions posées mardi 13 novembre lors des « 2es rencontres parlementaires sur l'assurance maladie » placées sous la co-présidence des députés Geneviève Levy (UMP, Var), rapporteure du PLFSS 2013 pour la branche famille, et de Pascal Terrasse (SRC, Ardèche). Michel Régereau, président CFDT de la Cnamts, juge utile de rappeler, dans le contexte actuel de discussion du PLFSS 2013 et de crainte exprimée par les médecins grévistes quant au rôle croissant des complémentaires dans la prise en charge des soins, que l'assurance maladie obligatoire prend encore en charge à elle seule entre 75 % et 77 % des dépenses de santé. À l'avenir, seul le « co-paiement » entre l'assurance maladie obligatoire et les organismes complémentaires trouve grâce à ses yeux. Il ne saurait être question d'avaliser une séparation des risques entre « petit risque » et « gros risque » qui laisserait le gros risque à la seule assurance maladie obligatoire.

Lire la suiteLire la suite