Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Fleur Pellerin : « La France souffre d'une conception trop restrictive de la R&D et d'une faible capacité à convertir sa recherche en succès »

« Mobiliser les grands groupes français pour stimuler l'innovation et soutenir les PME innovantes de leur filière, dans un esprit gagnant-gagnant. » Tel est l'objectif de la « charte des entreprises à participations publiques en faveur de l'émergence et du développement des PME innovantes », signée au ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, par Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique et une dizaine de grands groupes dont notamment la SNCF, GDF Suez, Areva et La Poste, mardi 18 décembre 2012. « La France dispose d'atouts importants, et notamment d'une recherche publique de haut niveau. Pour acquérir une place internationale de premier plan, il est indispensable de consolider et renforcer les coopérations au sein du tissu économique, de créer des 'écosystèmes' innovants, alliant recherche et industrie, grands groupes et PME, sciences techniques et sciences sociales, technologies et design », détaille la charte. « La confirmation pour cinq ans de crédit impôt recherche et le soutien aux pôles de compétitivité s'inscrivent dans cette logique », poursuit le document (AEF n°200724 et n°202200).

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
URGENT. Pacte de croissance : le gouvernement va réorienter les pôles de compétitivité et lance un groupe de travail sur le transfert

« Nous devons davantage investir dans la recherche et le développement, pour monter en gamme, conquérir de nouveaux marchés, et reprendre place en position de force dans la compétition mondiale. » C'est ce que déclare le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, lors de sa présentation du « Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l'emploi », mardi 6 novembre 2012 à l'Hôtel Matignon. Ce pacte comprend « 35 décisions concrètes » inspirées « de la quasi totalité du rapport Gallois remis hier », précise Jean-Marc Ayrault (AEF n°203034). Sur ces 35 mesures, 5 concernent directement l'innovation et la recherche, et en particulier les pôles de compétitivité, le transfert de technologie, les dispositifs fiscaux, la BPI et l'achat public innovant. « Tous les six mois, je réunirai les ministres concernés pour faire le point de l'état d'avancement de ce pacte, et j'ai demandé à Louis Gallois de m'apporter son concours pour en suivre la mise en oeuvre. Il l'a accepté », se félicite le Premier ministre.

Lire la suiteLire la suite
CONFIDENTIEL. Le club des pôles mondiaux présente à Fleur Pellerin cinq propositions pour la phase 3.0 des pôles de compétitivité

« Doter les structures d'animation des pôles d'un business model pérenne (…) car aucun des pôles mondiaux n'a été suffisamment capitalisé au départ pour faire face à la croissance qu'ils ont connue. » Telle est l'une des propositions du club des pôles mondiaux (1) dans un document intitulé « cinq propositions pour une politique 3.0 des pôles de compétitivité » remis à Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME, à l'Innovation et à l'Économie numérique, lundi 23 juillet 2012 et qu'AEF s'est procuré. « Il est aussi nécessaire de maintenir et de poursuivre la professionnalisation des équipes, gage du succès des pôles, afin d'apporter une véritable reconnaissance et des parcours à ces centaines de collaborateurs investis dans cette politique », poursuit le club. Il est également préconisé « d'améliorer les couplages avec d'autres pôles soit pour affronter de nouveaux défis aux frontières de différentes disciplines (Tic et santé, bioéconomie etc.) ». Les pôles mondiaux proposent aussi de « poursuivre l'effort de focalisation sur les coeurs technologiques et les marchés ainsi que sur les projets de R&D, en y ajoutant des projets plus proches de la mise sur le marché et en proposant également des projets de R&D de plus petite taille (entre 750 000 et 1,5 million d'investissement) conduits par des PME et pouvant intégrer des démonstrateurs ou des prototypes industriels. »

Lire la suiteLire la suite