Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Serge Haroche à AEF : « L'idéal serait un système avec un équilibre plus favorable aux financements récurrents »

« L'idéal serait un système dans lequel on fait davantage confiance aux gens avec un équilibre plus favorable aux financements récurrents par rapport aux financements sur projets. Mais dans la situation actuelle c'est irréaliste de penser qu'on peut revenir à une situation comme celle là. » C'est ce que déclare le prix Nobel de physique Serge Haroche le 18 décembre 2012 dans un entretien accordé à AEF en marge d'un colloque qui se tenait au CNRS avec les PI (principal investigators - responsables scientifiques) des projets ERC (Conseil européen de la recherche) (AEF n°199464). Durant cette journée, le physicien avait expliqué qu'en raison de l'évolution des modes de financement de la recherche, il n'aurait pas pu financer ses travaux en dehors de l'ERC (il a reçu en 2009 une bourse de l'ERC pour cinq ans). Pour lui, le financement récurrent « est une forme de financement qui est favorable à la recherche : on finance les individus plus que les projets. Malheureusement maintenant ce n'est plus possible ». Mais « le balancier a été très loin dans l'autre sens, vers le financement sur contrat » et « dans ce contexte, la façon dont l'ERC a conçu ses programmes est proche de l'optimum ».

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Horizon 2020 : une pétition européenne pour sécuriser le budget du 8e PCRD réunit plus de 20 000 signatures le jour de son lancement

Près de 20 000 personnes ont signé une pétition appelant à sécuriser le budget recherche de l'UE « pour une Europe tournée vers son avenir », mardi 23 octobre 2012, jour de son lancement par Initiative for science in Europe. Cette pétition s'appuie sur une déclaration de lauréats du prix Nobel et de la médaille Fields, publiée le même jour dans plusieurs quotidiens européens dont « Le Monde » (AEF n°203774). Le budget du programme Horizon 2020 fait actuellement l'objet de négociations dans le cadre des discussions autour du MFF (cadre financier pluriannuel) 2014-2020, qui est à l'ordre du jour du sommet européen extraordinaire les 22 et 23 novembre 2012. Dans sa proposition législative, la Commission européenne prévoit d'affecter une enveloppe de 80 milliards d'euros au programme-cadre (AEF n°226877). Le Parlement a de son côté demandé 100 milliards d'euros (AEF n°218823). Mais les États membres pourraient revoir ce montant à la baisse, et la commissaire à la recherche, Máire Geoghegan-Quinn, a déclaré « mener une bataille pour le budget de la recherche » (AEF n°206228).

Lire la suiteLire la suite
Conseil européen de la recherche : la France en 3e position avec 73 lauréats sur 530 pour les bourses d'excellence junior

L'ERC (Conseil européen de la recherche) a sélectionné 536 chercheurs de haut niveau en début de carrière, qui bénéficieront d'un financement de près de 800 millions d'euros au total, annonce l'institution le 10 septembre 2012. Avec ces « starting grants », d'un montant maximal de deux millions d'euros par projet pour une durée de financement maximale de cinq ans, l'ERC souhaite « donner aux scientifiques les plus prometteurs les moyens de développer des concepts aux frontières de la connaissance ». « Ce financement leur permettra également de former leurs propres équipes de recherche en puisant dans un vivier de plus de 3 000 doctorants et post-doctorants, soutenant ainsi une nouvelle génération de chercheurs de haut niveau en Europe », précise le Conseil. Ce concours a suscité 4 741 candidatures, soit 16 % de plus que l'année dernière.

Lire la suiteLire la suite