Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Projet de loi ESR : l'Unef « n'est pas opposée au principe de l'accréditation » mais avec « un vrai cadrage national des diplômes »

« Nous ne sommes pas opposés au principe de l'accréditation (1) mais sous certaines conditions, dont un vrai cadrage national des diplômes », indique à AEF Emmanuel Zemmour, président de l'Unef, jeudi 24 janvier 2013. L'organisation étudiante a été reçue par le cabinet de Geneviève Fioraso, le 22 janvier, dans le cadre des réunions bilatérales sur le projet de loi, et spécifiquement sur l'accréditation également la semaine dernière. Le non-respect de ces conditions est l'une des trois « lignes rouges » identifiées par l'Unef et que le projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche ne doit pas franchir (AEF n°197022). La deuxième concerne les communautés d'universités qui ne doivent pas délivrer de diplômes. La troisième est la disparition du Cevu, fusionné avec le CS dans un conseil académique. Néanmoins plusieurs « points positifs » figurent dans ce projet loi, estime l'Unef, parmi lesquels « la spécialisation progressive en licence », la priorité d'accès des bacheliers professionnels et technologiques en STS et IUT, la généralisation du rapprochement université/CPGE et l'expérimentation d'une autre voie d'accès aux études de santé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Espé : les nouveautés du projet de loi d'orientation présenté en conseil des ministres

Les « biens meubles et immeubles » affectés aux IUFM (instituts universitaires de formation des maîtres), cités dans le code de l'éducation, seront « affectés aux écoles supérieures du professorat et de l'éducation ». C'est ce qu'indique le nouvel article 52 du projet de loi de programmation et d'orientation pour l'école, présenté en conseil des ministres, mercredi 23 janvier 2013. Cette disposition ne figurait pas dans la première version publiée par la presse (AEF n°200574). Le projet de loi devrait être discuté au Parlement à partir de mars, pour une adoption définitive prévue « mi-juin » (AEF n°198494).

Lire la suiteLire la suite
Rapport Le Déaut : les propositions sur les évolutions pédagogiques nécessaires à la réussite des étudiants

« Réserver [dans la loi] un quota de places en STS et IUT aux bacheliers technologiques et professionnels », proposer à ces publics l'accès à une « classe préparatoire universitaire à la licence », supprimer le concours de la Paces et mettre en place une « spécialisation progressive » dans le cadre d'une « licence par grand domaine de santé ». Telles sont quelques-unes des propositions sur les évolutions pédagogiques nécessaires à la réussite des étudiants du rapport de Jean-Yves Le Déaut. Intitulé « Refonder l'université, dynamiser la recherche », ce rapport est remis lundi 14 janvier 2013 au Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui avait confié au député socialiste de Meurthe-et-Moselle la mission de tirer les conclusions législatives des assises (AEF n°208800). Jean-Yves Le Déaut estime qu'« une révolution culturelle » doit être accomplie afin d'améliorer la réussite des étudiants. Pour cela, « il faut promouvoir des idées simples que les assises ont timidement avancées » tant au niveau de l'accès à l'enseignement supérieur (AEF n°198193) que des évolutions pédagogiques. Il estime notamment qu'il « faut que le MESR pilote totalement le système éducatif supérieur ». Si l'auteur reprend de nombreuses propositions du rapport final des assises, il en formule également de nouvelles et prend position sur certains points laissés en suspens.

Lire la suiteLire la suite