Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°196483

Retraite : 60 % des Français considèrent « nécessaire » un nouveau recul de l'âge légal (baromètre 2013 du cercle des épargnants)

Les Français, qui ne se sont jamais déclarés aussi inquiets pour leur retraite (67 % d'inquiets avec 25 % qui sont « tout à fait inquiets »), sont partagés pour l'avenir du système entre le maintien du système actuel (35 %), la mise en place d'un régime unique par points (32 %) et un régime unique prenant en compte l'espérance de vie pour le calcul de la pension (comptes notionnels ; 26 %), selon l'enquête 2013 « Les Français, l'épargne et la retraite » du cercle des épargnants (1). Les partisans d'un maintien du système sont plus nombreux chez ceux qui se déclarent confiants sur leur propre retraite (42 %) et chez les salariés du secteur public (40 %). À plus court terme, les mesures qu'ils jugent « acceptables » sont, dans l'ordre : le calcul des pensions sur l'ensemble de la carrière (et non plus sur les 25 meilleures années ou les 6 derniers mois comme chez les fonctionnaires) (26 %), l'âge légal à 65 ans (24 %), 43 ans de cotisations (20 %), la prise en compte de l'espérance de vie des catégories socio-professionnelles (17 %), l'augmentation des cotisations (13 %) et la baisse des pensions (2 %).

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 83 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Lionel Tourtier, ancien dirigeant de l'Afpen, lancera le 4 février 2013 un think tank sur l'épargne retraite : « génération ERIC »

Génération ERIC : Épargne Retraite Investissement Croissance. C'est le nom choisi par un ancien dirigeants de l'Afpen (Association des régimes et fonds de pension créée en 1996 puis reconvertie quelques années plus tard en « Association française de l'épargne retraite »), Lionel Tourtier, pour poursuivre - autrement - les activités de l'association qui s'est auto-dissoute en juin 2012 suite à des difficultés financières, notamment (AEF n°223522). Lionel Tourtier, ancien délégué général de l'association et nouveau délégué général de l'Institut Silverlife (1) depuis le 22 décembre 2012, est en charge de ce projet de think tank qui sera lancé officiellement le 4 février 2013. Il devrait également être le délégué général de cette nouvelle association, dont le conseil d'administration comprendra des représentants de la FNMF, du cabinet de droit social Capstan, de la société Maximis retraite et Éric Verhaeghe. Des discussions sont en cours avec Allianz Global Investors et avec Bernard Cohen Hadad (président de la commission financement des entreprises de la CGPME). Par ailleurs, Lionel Tourtier souhaite avoir dans le conseil d'administration un DRH ainsi qu'un représentant de la fonction publique.

Lire la suiteLire la suite
Retraite : les Français se préparent financièrement de plus en plus jeunes et privilégient l'épargne individuelle (baromètre Deloitte)

La part des actifs âgés de 25 à 34 ans qui déclarent avoir débuté la préparation (financière) de leur retraite est passée de 11 % en 2011 à 16 % cette année, selon le deuxième baromètre Deloitte/Harris Interactive sur « les Français et la préparation de la retraite », présenté mardi 27 novembre 2012 (1). En moyenne, c'est vers le milieu de la quarantaine que la plupart des Français commencent à préparer financièrement leur retraite. Ainsi, la durée moyenne de préparation est d'environ 20 ans alors que les retraités d'aujourd'hui déclarent avoir projeté leur retraite environ sept années avant de liquider leurs droits, souligne Hugues Magron, directeur conseil du secteur assurance chez Deloitte. Les 25-34 ans sont même « deux fois plus nombreux que la génération des 35-44 ans à se préoccuper de leur retraite avant 35 ans » (44 % contre 20 %). Interrogés sur les moyens qu'ils privilégient pour s'assurer d'un niveau de vie suffisant à la retraite, 40 % des actifs citent avant tout la constitution d'une épargne financière individuelle, devant l'accession à la propriété (20 %), la poursuite d'une activité rémunérée (15 %), la pension prévue par le régime obligatoire (14 %) ou l'investissement locatif (9 %). Leurs aînés (les retraités) comptaient avant tout sur l'accession à la propriété (37 %) et la pension de la sécurité sociale (26 %), devant l'épargne individuelle (23 %) et envisageaient peu de recourir à la poursuite d'une activité rémunérée (6 %) ou à un investissement locatif (6 %). En moyenne, les Français utilisent 2,7 produits financiers ou immobiliers pour préparer leur retraite.

Lire la suiteLire la suite
Réforme des retraites 2013 : la durée d'assurance est aujourd'hui le paramètre le moins désavoué

« Il faut mieux répartir les 13 à 14 % de PIB que nous consacrons aujourd'hui à nos retraites » sans augmenter cette part (1), estime le député Michel Issindou (SRC, Isère), rapporteur sur la branche vieillesse du PLFSS 2013 qui s'exprimait à l'occasion du 20e Forum retraite de la CDC dans le cadre d'une table ronde intitulée : « quelles solidarités pour quelles réformes demain ? ». Michel Issindou estime par ailleurs qu'il faudra construire un « minimum, basé sur la solidarité nationale », avec des modalités d'acquisition des droits qui soient les mêmes quel que soit le régime (notamment les droits au titre des périodes chômées, les avantages familiaux, etc.). « Par exemple, est-il bien raisonnable de conserver les 10 % d'avantages familiaux » pour les pères de trois enfants ? s'interroge l'élu (lui-même bénéficiaire de ce droit). Enfin, Michel Issindou estime que l'âge légal est un « faux problème ». « Nous sommes d'accord pour un âge plancher qui pourrait être à 60 ans mais qui laisse une relative liberté de choix pour ceux qui veulent prendre leur retraite plus tôt pour des raisons personnelles avec les décotes correspondantes ». En revanche, pour assurer la pérennité du système « l'allongement de la durée d'assurance est le paramètre le moins désavoué ».

Lire la suiteLire la suite
20e Forum des retraites de la CDC : pour conserver la répartition, les Français accepteraient un nouvel allongement de la durée d'assurance

Une très nette majorité de Français sont inquiets quant à la pérennité de leur système de retraite et à sa capacité à assurer une situation financière « convenable » aux assurés au moment de quitter leur vie professionnelle. En revanche, le système actuel et le principe de la répartition continuent de recueillir une forte adhésion, y compris chez les jeunes générations. Pour le réformer, c'est le paramètre de l'âge (à travers un allongement de la durée de cotisation plutôt qu'un recul de l'âge légal) qui a les faveurs d'une majorité des personnes interrogées. Tels sont les principaux enseignements d'une étude lancée en juin 2012 (1) par la Caisse des dépôts sur la base d'une enquête menée à l'automne (2) auprès d'un échantillon représentatif de la population française et dont les premiers résultats étaient présentés à l'occasion du 20e forum retraite de la Caisse des dépôts organisé à Bordeaux, ce vendredi 16 novembre 2012.

Lire la suiteLire la suite
Retraite : les Français s'estiment mal préparés et la plupart ignorent les sommes à épargner pour maintenir leur niveau de vie (Accenture)

Les Français font partie de ceux qui pensent être les moins bien préparés au maintien de leur niveau de vie à la retraite puisque seulement 13 % d'entre eux estiment leur épargne suffisante pour remplir cet objectif contre 16 % en moyenne au niveau mondial. En même temps à peine un cinquième d'entre eux déclarent avoir une idée assez juste du montant à épargner chaque mois pour maintenir ce niveau de vie (contre un tiers en moyenne mondiale). C'est notamment ce qui ressort d'une étude publiée par Accenture aujourd'hui, mercredi 7 novembre 2012, et portant sur une quinzaine de pays - dont la France (1). 80 % des Français se disant « inquiets » pour leur retraite (contre une moyenne mondiale à 82 %), une très nette majorité d'entre eux (83 %) estiment qu'il est important de commencer à épargner dès maintenant (soit un peu plus qu'en Allemagne et au Royaume-Uni où ils sont respectivement 79 % et 81 % à partager cet avis, bien qu'ils se disent inquiets à 65 % ou 70 % pour leur retraite). Cette démarche d'épargne pour la retraite est partagée par 99 % des Indiens, 98 % des Mexicains et 96 % des Sud-Coréens.

Lire la suiteLire la suite
Sept Français sur dix jugent « nécessaire » une nouvelle réforme des retraites dans les deux ans à venir (Observatoire des retraites)

Avec une hausse de seize points par rapport à 2011, ce sont désormais 76 % des Français qui se disent préoccupés en 2012 par le montant de leur retraite, selon les résultats de la dernière édition (1) de l'Observatoire français des retraites (créé en 2006 par l'UMR, l'Ipsos et Liaisons sociales magazine (2)), rendus publics mardi 30 octobre 2012. Cette inquiétude s'étend également au domaine de la santé (58 %, en hausse de vingt points) et à la capacité à vivre de façon indépendante (71 %, en hausse de 16 points également). L'étude souligne aussi que ces préoccupations sont plus fortes chez les femmes (81 % d'entre elles sont inquiètes pour leur retraite). Ce sondage montre par ailleurs que 70 % des Français jugent « nécessaire » de faire une nouvelle réforme des retraites dans les deux ans à venir, ce jugement transcendant les affinités partisanes (70 % de sympathisants UMP y sont favorables, 69 % pour les sympathisants PS), de même que le secteur d'activité (72 % des salariés du privé se disent favorables à une réforme, contre 66 % des salariés du public). Selon l'observatoire, cette « nécessité ressentie » serait liée au fait que « pour de nombreux Français, la réforme votée en 2010 n'a pas résolu tous les problèmes de financement ». 37 % d'entre eux estimeraient même « qu'elle n'a rien solutionné du tout ».

Lire la suiteLire la suite