Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Formation des enseignants : la place du mémoire dans les maquettes de master MEEF fait débat, le CSM ne l'intègre pas au bloc « recherche »

Le CSM (Comité de suivi master) « ne partage pas le postulat selon lequel le travail de mémoire devrait nécessairement être intégré dans le bloc 'recherche' » des maquettes de master MEEF (métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) - parcours PLC (Professeur des lycées et collèges). C'est ce qu'indique Nicole Ménager, présidente du CSM, dans un courrier adressé lundi 18 février 2013 à un collectif d'enseignants-chercheurs (1) demandant la sortie de ce mémoire du bloc « mises en situation professionnelle » dans lequel il se trouve actuellement. Cela, quelques jours après le CSM du jeudi 14 février, au cours duquel les débats ont principalement porté sur « la place du mémoire ainsi que sur son intitulé », indique à AEF Didier Geiger, directeur de l'IUFM de Créteil, invité à participer au CSM comme représentant de la CDIUFM. À cette occasion, le comité a finalisé ses propositions de définition des blocs - autour desquels s'organisent les maquettes - et leur pondération en ECTS (système européen de transfert de crédits). L'ensemble des membres du CSM s'est accordé sur cette structuration, à l'exception du Snesup-FSU qui s'y oppose. Les propositions du CSM, émanation du Cneser, sont transmises à la Dgesip.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
CONFIDENTIEL. Les enseignants des Espé « doivent être recrutés sur leurs compétences » et non selon leur statut actuel (IGAENR-Igen)

« La création d'emplois [dans les Espé] n'apparaît pas comme une priorité », même si « des ajustements pourront se fonder sur une actualisation de l'état des ressources et des besoins après une première année de fonctionnement » de ces écoles. C'est l'une des neuf recommandations du rapport « Évolution et état des lieux des moyens mis en oeuvre pour la formation des enseignants » de l'Igen et l'IGAENR, dont AEF s'est procuré une copie datée de janvier 2013. La mission d'inspection générale « a focalisé son champ d'investigation sur les moyens consacrés à la formation initiale » qui englobent « les moyens que les IUFM consacrent aux étudiants de master », mais aussi ceux « mobilisés par les académies pour assurer la formation des professeurs stagiaires. » Pour justifier leur position, les inspecteurs indiquent que « la diminution du public pris en charge par les IUFM entre 2008-2009 et 2011-2012 [est] globalement estimée à un peu plus de 40 % [de 62 362 étudiants à 34 934], alors que le tassement des heures statutaires l'[est] lui d'environ 20 %. » Toutefois, les auteurs constatent « une très grande variété des situations selon les IUFM ». Le rapport aborde aussi la question « de la constitution d'un potentiel de formateurs de terrain qualifié » (AEF n°460330 749), ainsi que celle du patrimoine immobilier des IUFM (AEF n°195818).

Lire la suiteLire la suite
Formation des enseignants : les travaux du comité de suivi master sur les blocs de compétences, les parcours-type et les thématiques pédagogiques

« Le comité de suivi master propose un cinquième ‘bloc de compétences' relatif aux ‘mises en situation professionnelle' - c'est-à-dire aux stages et à l'alternance - pour les futurs masters dédiés à la formation des enseignants, », indique Nicole Ménager, nouvelle présidente du CSM, interrogée par AEF à l'issue du comité du 13 décembre 2012. Ce cinquième bloc s'ajouterait aux quatre blocs que préconisait le rapport « Principes et recommandations pour une réforme réussie de la formation des enseignants » (AEF n°297064). Ce rapport, daté du 17 juillet 2009, émanait d'un « groupe interconférences universitaires », présidé par Daniel Filâtre, alors président de l'université Toulouse-II-Le Mirail et président de la commission pédagogie et formation continue de la CPU, et aujourd'hui conseiller de Geneviève Fioraso (AEF n°214030). La proposition du cinquième bloc de compétences « permet de ne pas intégrer ces mises en situation à l'un des quatre blocs puisque les compétences travaillées lors de ces mises en situation sont transversales aux quatre autres blocs. De plus, de cette proposition pourrait découler la possibilité de rendre obligatoire l'obtention de ce bloc pour la validation du master », explique Nicole Ménager.

Lire la suiteLire la suite
CONFIDENTIEL. Un nouveau projet de cahier des charges de l'accréditation des Espé supprime leur rôle de « maître d'ouvrage délégué »

Un nouveau document intitulé « Cahier des charges de l'accréditation des écoles supérieures du professorat et de l'éducation (Espé) », daté de décembre 2012 et signé des MEN et MESR, dont AEF a eu copie lundi 17 décembre 2012, supprime la notion de « maîtrise d'ouvrage déléguée », mentionnée dans le précédent projet de cahier des charges (AEF n°201333). À la différence de la précédente version, l'accréditation « a notamment pour but de vérifier », « la capacité de l'Espé à coordonner une politique de formation des enseignants portée par les établissements de l'académie ». La première version évoquait « la capacité de l'Espé à agir en maître d'ouvrage délégué d'une politique de formation des enseignants portée par les établissements de l'académie ». Ce document, qui n'est plus estampillé « document de travail », détaille le principe de l'accréditation, qui reste sensiblement identique.

Lire la suiteLire la suite
Les missions des Espé définies dans le projet de loi d'orientation et de programmation pour l'école

Les Espé (écoles supérieures du professorat et de l'éducation) « organisent les actions de formation initiale des étudiants se destinant aux métiers du professorat et de l'éducation et des personnels enseignants et d'éducation stagiaires dans le cadre des orientations définies pas l'État ». C'est l'une des neuf missions des Espé définies dans le projet de loi d'orientation et de programmation pour l'école dont AEF a eu copie (AEF n°200613). « Ces actions comportent des enseignements communs et des enseignements spécifiques en fonction des métiers, des disciplines et des niveaux d'enseignement. » Les Espé « organisent » également « des actions de formation continue des personnels enseignants du premier et second degré et des personnels d'éducation » et « des formations de préparation aux concours de recrutement dans les métiers du professorat et de l'éducation ». Cette formation « inclut nécessairement des enseignements théoriques, des enseignements pratiques et un ou plusieurs stages ». Pour les « autres métiers de la formation et de l'éducation », les Espé « peuvent conduire des actions de formation ». Pour les enseignants relevant de l'enseignement supérieur, en revanche, elles « participent à la formation initiale et continue ».

Lire la suiteLire la suite