Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».

Il faut qu' « une partie importante des statistiques concernant la délinquance soit faite selon les normes européennes » (Paul Champsaur)

« L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales n'est pas un service statistique ministériel et sa production n'est pas de la statistique publique. Il serait bon de faire évoluer cette organisation et de veiller à ce qu'une partie importante des statistiques concernant la délinquance soit faite selon les normes européennes et devienne de la statistique publique. » C'est ce qu'indique Paul Champsaur, président de l'Autorité de la statistique publique, lors de son audition par la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances et de leurs conséquences de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, mardi 19 février 2013. « L'idéal serait que le ministère de l'Intérieur se dote d'un service statistique ministériel pour produire la statistique de la délinquance », ajoute-t-il. Il note cependant que cette création « ne suffirait pas tout à fait ». Paul Champsaur précise en effet que « la statistique en matière de délinquance a un problème particulier, elle doit être beaucoup plus coordonnée qu'elle ne l'est actuellement avec les statistiques de la justice. […] Mais les rapports entre les deux administrations ne sont pas extraordinaires ».

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 87 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Sécurité globale
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
« Le sujet numéro un de la délinquance aujourd'hui est le trafic de drogue et donc l'économie souterraine » (Frédéric Péchenard)

« Le sujet numéro un de la délinquance aujourd'hui est le trafic de drogue et donc l'économie souterraine. Nous nous heurtons à de vraies difficultés. » C'est ce qu'affirme le délégué interministériel à la sécurité routière, Frédéric Péchenard, lors de son audition par la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances et de leurs conséquences de l'Assemblée nationale, mardi 19 février 2013. « Nous avons une vision émergée de l'iceberg avec Marseille, dont on parle beaucoup. Il n'y a cependant pas plus de morts à Marseille cette année et l'année dernière que la moyenne des vingt dernières années et il y a eu moins de morts l'année dernière à Marseille qu'en 2004 », indique l'ancien directeur général de la police nationale. « Les Bouches-du-Rhône ont été pendant des années le troisième département en nombre d'homicides, derrière Paris et la Seine-Saint-Denis et sont devenues le premier département. Nous avons l'impression que le chiffre a augmenté, mais en réalité c'est le chiffre des autres départements qui a baissé », précise-t-il.

Lire la suiteLire la suite
Statistiques de la délinquance : « Il y a une tentation pour les services de sécurité de tout enregistrer » (Jean-Marie Delarue, CGLPL)

« Il y a une tentation pour les services de sécurité de tout enregistrer », affirme le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue. Il s'exprimait devant la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances et de leurs conséquences de l'Assemblée nationale, mercredi 13 février 2013. « La mémoire chez les policiers est quelque chose d'essentiel et [ils disent] par conséquent qu'il est nécessaire que, sans limite de temps et d'objet, on enregistre tout ce que l'on peut enregistrer », ajoute Jean-Marie Delarue. Il donne notamment l'exemple des « dérives du fichier Stic » ou encore des « découvertes » que font « régulièrement » les contrôleurs du CGLPL « dans les commissariats de police de fichiers en carton que l'évolution des moeurs aurait dû conduire à condamner ». Ces fichiers « sont toujours là, dans les sous-sols des commissariats, et toujours actualisés en dépit de toutes les consignes qui sont données à cet égard. Par conséquent il y a des tentations réelles contre lesquelles il faut se prémunir », indique-t-il.

Lire la suiteLire la suite
Manuel Valls détaille les nouveaux indicateurs en matière de statistique de la délinquance

« La présentation des statistiques de la délinquance, dans sa forme actuelle, repose sur des indicateurs trop globaux, trop imprécis et trop hétérogènes », annonce le ministre de l'Intérieur, vendredi 18 janvier 2013. Manuel Valls tenait une conférence sur sa politique de sécurité et sur les chiffres annuels de la délinquance pour 2012 (AEF Sécurité globale n°197720). Il annonce ainsi la mise en oeuvre prochaine d'une « nouvelle présentation des statistiques de la délinquance élaborée en étroite concertation avec l'ONDRP. Elle est composée de quatorze agrégats qui, pour certains, contiendront non seulement le chiffres des infractions constatées pénalement mais aussi le nombre d'intervention effectuées par les services ».

Lire la suiteLire la suite
Selon Frédéric Ocqueteau, « il n'y a pas de raison que le ministère de l'Intérieur ne soit pas doté d'un service propre de statistique »

« Il n'y a pas de raison que le ministère de l'Intérieur ne soit pas doté d'une cellule ou d'un service propre de statistique, donc d'un service statistique ministériel », affirme Frédéric Ocqueteau, directeur de recherches au CNRS. Il s'exprimait devant la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances et de leurs conséquences de l'Assemblée nationale, mardi 11 décembre 2012. Ce service « commenterait mensuellement ou annuellement les chiffres et les résultats et jouerait son rôle de prospective et d'outil statistique qui servirait aux forces opérationnelles », explique-t-il. L'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales), pourrait, selon Frédéric Ocqueteau, toujours exister, mais il devrait être « dirigé par un personnage au delà de tout soupçon, un administrateur de l'Insee. Il faudrait y injecter des statisticiens de profession et des sociologues avec un mandat donné par les services du Premier ministre d'avoir de la connaissance sur les politiques de sécurité ».

Lire la suiteLire la suite
Alain Bauer défend l'action de l'ONDRP depuis sa création en introduction du rapport annuel 2012

L'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales « n'a pas vocation à devenir le militant d'une opposition mécanique aux administrations. Son rôle est d'abord pédagogique et informatif ». C'est ce qu'affirme Alain Bauer, président par intérim du conseil d'orientation de l'ONDRP, en introduction de la synthèse du rapport annuel, présenté mardi 20 novembre 2012. L'observatoire « a donc choisi de convaincre ses interlocuteurs de la nécessité d'une plus grande rigueur statistique qui l'a toujours guidé, plus que l'opposition ou le dénigrement systématique. La principale conséquence de cette démarche a été l'évolution progressive et positive de certaines pratiques », souligne-t-il. « La démarche statistique de l'ONDRP, par sa cohérence et sa continuité, a ainsi permis à ses travaux, et notamment à ses indicateurs sur les crimes et délits enregistrés, de se diffuser petit à petit au sein de la police et de la gendarmerie nationales. »

Lire la suiteLire la suite
L'ONDRP « a un positionnement institutionnel assez innovant », affirme son directeur, Christophe Soullez

L'ONDRP (Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales) « a un positionnement institutionnel assez innovant », affirme Christophe Soullez, directeur de l'ONDRP, lors de son audition par la mission d'information sur la mesure statistique des délinquances de la commission des Lois de l'Assemblée nationale, mardi 6 novembre 2012. « S'il n'a pas le caractère d'un SSM (service statistique ministériel), il en exerce en tout cas toutes les missions pour le ministère de l'Intérieur, mais de par son positionnement auprès du Premier ministre, il va bien au-delà des activités d'un SSM classique. Son rattachement aux services du Premier ministre et le fait qu'il ne soit dans aucun ministère, lui confère une indépendance qui peut parfois être bien plus importante que celle d'un SSM », poursuit-il. « Pour l'ONDRP, l'impartialité et l'indépendance passe par la transparence de ses méthodes, de ses décisions et sur la nature des interprétations qu'il propose et par la diffusion de ses études », souligne Christophe Soullez.

Lire la suiteLire la suite